• " C'est donc au nom de ces valeurs Que j'accuse avec insistance Ces brasseries de beaux parleurs (Cul et chemise à la Finance) Et ces fast-foods-cambrioleurs (Aux mains d'un gibier de potence, Un tiers clown, deux tiers racoleurs Et grand trafiquant d'appétence).
    Là se goinfrent des avaleurs Adhérents de cette pitance Qui, en retour, adhère à leurs Intestins plombés d'impotence, Chers clients mais pauvres payeurs Qui, pour prix de leur pénitence, Sentiront plus tard les douleurs De l'obésité pour sentence. " Avec " Les Mots de la faim " s'achève le cycle commencé par " Mets & Mots ", prolongé par " l'Opéra-Bouffe " puis par " Le Verbe & la Chère ", aussi vrai qu'il y a quatre points cardinaux, quatre saisons, quatre éléments...
    Et quatre saveurs ! D'octosyllabes en alexandrins les textes s'égrènent et exhibent leurs fruits pleins de joie, teintés d'absurdités et de non-sens... et la langue résonne et déraisonne, s'adressant tout autant à l'esprit qu'à l'oreille interne, source de bien des vertiges - mais sans doute sont-ce, pour qui sait lire, les charmes de l'entendement...

  • " Jeux de mains, jeux de vilains "...jeux de cochons ? Cet ouvrage, écrit à 4 mains, est un abécédaire à la gloire du bienfaiteur de notre table, au fil du temps : le cochon.
    Textes amusés et recettes s'imbriquent en un hymne d'humeur et d'appétit où le coup de " fourchette " succède à la déclaration d'amour, selon une jubilatoire philosophie du plaisir.

  • « Je ne suis pas superstitieux : cela porte malheur. » Absurde, la boutade d'Alphonse Allais ? Pas si sûr. Il n'y a pas de définition claire et sûre de la superstition. Mais il existe une multitude de discours destinés à la détruire, la combattre et la disqualifier.
    D'où cette anthologie sans égale qui, dressant l'histoire et la géographie du mot, établit un panorama complet de la culture globalisée. Qui, de la Renaissance à aujourd'hui, en passant par la Réforme, les Lumières, le Romantisme, la Belle-époque, dessine un tableau exhaustif de la modernité conquérante. Qui, de l'Europe à tous les continents, établit une recension détaillée de la confrontation des civilisations.
    Une anthologie qui, entre descriptions et caricatures, critiques et injures, découvertes et préjugés, enrôle à son service Montaigne, Spinoza, Descartes, Bayle, Kant, Bergson et Nietzsche, mais aussi Luther, Goethe, Sand et Hugo, et encore les écrivains voyageurs, scientifiques ou polémistes, non sans réserver quelques surprises dont Frazer, l'anthropologue défenseur des « sauvages » et de leurs « crédulités ».
    Avec, au bout du compte, une belle leçon éthique : si l'on veut aller au-devant de l'autre dans sa différence, alors faut-il se faire une raison de sa croyance.
    Une somme indispensable, un plaisir de lecture.

  • Réduire les impacts négatifs de l'activité sur l'environnement sans renoncer à faire croître le PIB, et avec lui l'emploi et la richesse : telle est la promesse entretenue par ceux qui croient en la possibilité d'un « découplage » entre croissance et consommation de ressources. Une promesse qui ne s'est jusqu'à présent réalisée nulle part.
    Un découplage massif peut-il néanmoins se réaliser sous certaines conditions ? Ou n'est-il qu'un mythe permettant d'éviter de se poser les vraies questions ? Et dans ce cas, sommes-nous condamnés à adopter des politiques de décroissance générale de l'activité ? Ou peut-on changer le contenu du PIB en favorisant des emplois et des activités à faible empreinte écologique ?
    Trois spécialistes nous aident à mieux comprendre les enjeux d'un débat crucial pour l'avenir de l'humanité. Ils montrent quelles ruptures sont nécessaires et leur impact possible sur nos modes de production et de consommation. Bref : sur notre bien-être individuel et collectif.

  • Tous deux férus d'histoire aéronautique, les auteurs ont fréquenté les jets militaires au plus près, l'un comme reporter, l'autre comme pilote de chasse, avec en commun la passion de la photographie et du témoignage.
    Parce qu'ils ont longuement côtoyé les aviateurs de l'armée de l'Air, partageant directement ou indirectement leur entraînement quotidien comme leurs aventures les plus saisissantes, Alain Crosnier et Philippe Roman nous livrent un regard exclusif sur plus de cinquante années d'aviation de combat en France. Du Vampire, qui entre en service en 1948, au Rafale, concentré de nouvelles technologies et remarquable appareil multimission, l'armée de l'Air aura vécu une profonde évolution, passant des chasseurs américains aux premiers appareils de construction française, pour se concentrer aujourd'hui sur le redoutable Mirage 2000.
    Si les machines ont évolué, la passion du vol et de la mission accomplie est restée intacte chez les équipages et les mécaniciens des escadrons de combat. Ces pages d'histoire, les diverses unités de chasse et de bombardement les ont écrites sur les bases aériennes françaises, mais aussi sur les théâtres d'opération les plus éloignés, en Afrique, au Moyen-Orient, ou même récemment en Asie centrale.
    Le récit, illustré de témoignages des pilotes et des navigateurs qui ont volé sur ces appareils, est associé à de nombreuses photos inédites qui plongent le lecteur au coeur de l'action aérienne. Tout à la fois référence historique et recueil iconographique exclusif, cet ouvrage s'adresse, au-delà des passionnés d'aéronautique militaire, à tous ceux qui portent un regard admiratif sur un avion de combat en vol.
    Les conquérants du ciel et leurs montures dopées au kérosène redessinent ainsi sous nos yeux une épopée soulignée de traînées de condensation gravées dans l'azur.

empty