• 1934. Tous les protagonistes du prochain drame sont là : Barthou, aussi lucide que Churchill sur le nazisme, Dollfuss et Mussolini, Cachin et Duclos, Goering et Hitler, le conseiller Prince et Tardieu, Pétain et Otto Abetz. Une année décisive pendant laquelle les peuples sont dupes.

    D'une précision de mots et d'intentions, l'auteur nous impose d'entrer dans l'Histoire avec une passion d'autant plus forte qu'elle est soutenue par les faits scrupuleusement rapportés comme par la forme romanesque, celle d'un roman policier, qu'il lui donne.



    Une reconstitution haletante très cinématographique où l'on combat, on dénonce, on assassine, on entre dans la fourmilière des vendus et des crapules comme dans celle de la diplomatie. Attentats, crimes, complots cadencent l'action menée à un rythme effréné, l'histoire sans digression, une enquête sans complaisance, un roman historique palpitant sur la période qui va du 6 février 1934 ? tentative de prise du Palais-Bourbon par les ligues d'extrême droite ? à l'assassinat à Marseille, le 9 octobre 1934, du roi de Yougoslavie et du ministre des Affaires étrangères français Louis Barthou, véritable cible des terroristes.



    Un roman palpitant dans lequel les événements s'écrivent au jour le jour.

  • On croyait tout savoir sur Munich et l'année 1938 ? Le Livre des trahisons nous montre qu'on était loin du compte.
    Philippe Pivion met au jour des événements oubliés, dont une tentative de coup d'État contre Hitler, un plan français visant à l'installation des Juifs polonais à Madagascar...
    De Berlin au Caire, de Londres à Paris, de Vienne à Évian, conjurés, trafiquants, hommes politiques, diplomates, sans oublier la sulfureuse espionne Stephanie von Hohenlohe et bien d'autres, se croisent dans ce roman riche en rebondissements et coups de théâtre où apparaîtront bientôt en filigrane les ombres sanglantes de la future guerre mondiale. Le décor est planté. Ne reste plus aux peuples qu'à rentrer dans le brasier de l'histoire.

    Sur commande
  • L'action se déroule de juillet 1936 au 26 avril 1937, date du bombardement de Guernica.

    Etienne Frottier, plénipotentiaire à Madrid accompagné de sa femme Annabelle, Victor de l'Espaing, cagoulard devenu brigadiste, Dolorès, tréfileuse, compagne de Georges Gabillon, devenant infirmière au front, Karl Steinbach, réfugié politique allemand, vont entrecroiser leur destin. Broyés par les évènements, ils seront amenés à produire des actes opposés à leurs convictions, tandis que le corps diplomatique tissera des liens avec les représentants nationalistes de Burgos.

    De la création des Brigades, leur entraînement, puis leurs combats héroïques, notamment dans la Cité Universitaire de Madrid et au Pont des Français sans oublier un chapitre sur le consul du Chili, Pablo Neruda, Philippe Pivion éclaire des aspects oubliés de la tragédie espagnole dans ce roman où la fureur côtoie l'amour.

     

empty