• Dictionnaire des mafias

    Philippe Di Folco

    • Perrin
    • 28 January 2021

    Philippe di Folco livre le premier dictionnaire consacré aux mafias et à leur univers tentaculaire.
    Des Big six - constitués des mafias d'origine italienne, des groupes russes, des yakuzas, des triades chinoises, des cartels de la drogue colombien et des cartels mexicains - aux groupes émergeants (Argentine, Brésil, Jamaïque, Panama, Puerto Rico, République dominicaine, Sierra Leone), il étudie toutes les organisations criminelles sans exception, se penche sur leur fonctionnement et leurs liens, leurs membres, leurs modes opératoires comme leur code de langage.
    Figurent naturellement les notices biographiques de grands mafieux comme Al Capone, Lucky Luciano, Meyer Lansky ou Yosho Kodama mais d'autres aussi thématiques, telles que intimidation, cadavre, extorsion des fonds ou blanchiment de l'argent.
    Un dictionnaire passionnant où les histoires se croisent et se lient pour dessiner une immense fresque des mafias et du crime organisé.

  • Objet de tous les fantasmes, la mafia possède de nombreux visages. Depuis 150 ans, de multiples organisations secrètes à but criminel ont pris son nom.
    De Chicago à Palerme, en passant par le Vatican et La Havane, on croise l'énigmatique marchand d'armes Basil Zaharoff, on plonge dans la comptabilité macabre de l'empereur d'Atlantic City « Nucky » Johnson, on rencontre le premier grand repenti de l'histoire du crime, Joe Valachi, qui brisa la loi du silence. Des femmes aussi se sont fait une place dans ce monde résolument machiste : Stéphanie St. Clair, premier « parrain » noir de Harlem, ou Bonnie Klapper, qui fait aujourd'hui trembler les cartels colombiens et mexicains... Au-delà des caricatures, et à partir de documents inédits, Philippe Di Folco retrace l'histoire secrète et sanglante du crime organisé.

  • Petit caillou montagneux perdu au coeur la Méditerranée, l'île de Montecristo existe bel et bien... Plus surprenant encore, cet îlot italien qui inspira à Alexandre Dumas son célèbre roman abrita, au cours du XIXe siècle, un comte autoproclamé. Un excentrique négociant britannique du nom de George Watson-Taylor qui, après avoir acheté le lopin de granit au grand-duc de Toscane, entreprit d'y installer un fastueux domaine composé d'une villa romaine et d'un jardin botanique... Des prémices de ce fantasme architectural à la désillusion et à la ruine, Philippe Di Folco nous narre avec malice les déboires de ce vrai comte de Montecristo.

  • Ce recueil propose 150 extraits d'oeuvres parmi les plus savoureuses de la littérature française, tous genres confondus (roman, théâtre, nouvelle, conte ou poésie...).

    Du Moyen Âge à nos jours, cette sélection constitue un voyage littéraire et thématique qui chemine de la gourmandise médiévale aux territoires d'aujourd'hui, en passant par "le nouveau monde" humaniste, les lustres du Grand Siècle, la naissance et l'âge d'or de la gastronomie.

    Chacun des textes fait l'objet d'une introduction précise.

  • Fight

    Philippe Di Folco

    • Fitway
    • 13 August 2007

    Ce livre illustré se propose de montrer et d'expliquer l'art du combat, quand le corps à corps se fait attaque et défense, se tient prêt entre postures et positions à l'éventualité d'un affrontement : le combat, immémorial et pérenne, sa philosophie, ses pratiques et ses usages, de la lutte (" sport premier ") au close-combat, en passant par la boxe, le catch, le fighting et ses fondements et déclinaisons ethniques et folkloriques.

  • Au travers de problématiques sociologique, psychologique, philosophique et politique, l'auteur démontre, qu'en fait, une imposture c'est « quelque chose qui n'est pas à la bonne place », quelque chose qui dérange.Mais l'imposture, peut aussi être vue comme un mensonge parfois nécessaire, voire indispensable, lorsqu'elle permet de maintenir la cohésion sociale d'un groupe, ou simplement la survie d'un individu en tant qu'acteur social.

  • Sur commande
  • Salva tm

    Philippe Di Folco

    • Denoel
    • 5 January 2006

    Dans quel monde vit Luca, persuadé d'avoir tué père et mère ? Est-ce le même personnage qui séjourne dans la clinique du Dr Ethel Sehnsucht ? Est-ce encore lui qui fut, au cours de dérives nocturnes parisiennes, le compagnon du mystérieux LGT, alais Le Grand Thérapique ? Luca est-il un criminel ou un cobaye, un agent secret ou un fou ?
    Déroulant les vies parallèles d'un personnage séducteur et mythomane, capable d'épouser plusieurs voix et plusieurs obsessions, ce roman est également l'histoire de salva, produit de consommation courante mais aussi psychotrope à haut risque gardé dans le secret des laboratoires.
    Salva tm est ainsi l'odyssée d'un XXe siècle secret, où s'enchevêtrent histoire de neurosciences, espionnage et aventures amoureuses, canulars, complots et journal intime de John Maynard Keynes... et aussi la véritable recette du Coca-Cola.

  • Une fi lle de fermier se fait prêter une fortune sur une simple promesse... Un explorateur vend plusieurs millions d'exemplaires de ses récits de voyage alors qu'il n'a jamais mis le pied en dehors de sa chambre... Un imitateur de tableaux de maître réussit à berner jusqu'aux plus grands musées... Un charlatan particulièrement doué fait fortune aux États-Unis en vendant du rêve... Toutes ces histoires, aussi dévastatrices et invraisemblables soient-elles, sont rigoureusement vraies.
    Et en effet, dès qu'il s'agit de tromper son prochain, l'ingéniosité humaine est sans borne. Philippe di Folco propose ici une savoureuse sélection de ces plus machiavéliques impostures. Des grandes affaires qui ont défrayé la chronique à certains épisodes plus confi dentiels, il en dévoile les ressorts et nous livre une galerie de personnalités hors du commun, résolument détestables ou, au contraire, terriblement touchantes.

  • « Aujourd'hui, est-on capable à l'heure des échanges de savoirs par voie numérique d'établir une bonne fois pour toute « la véritable première première fois » qu'un humain vola, tira un coup de feu, écrivit un roman, peignit la perspective ou encore construisit une maison carrée avec le tout-à-l'égout, fabriqua une cigarette ou que sais-je encore ? Autant de découvertes effectives et pas seulement restée à l'état de rêve ou d'utopie mais que nos usages, nos habitudes, notre propension à les considérer comme évidentes, comme « toute cuites ».
    Ces questions, pour une grande part, divisent encore profondément les humains épris de connaissances et de vérité. Par exemple, les chercheurs américains, qui déposent depuis presque un siècle plus de 75% des brevets d'inventions dans le monde, revendiquent l'avion et le cinéma. Face à ça, les Français brandissent Clément Ader et les Frères Lumière. Mais il est possible de trancher : les faits sont les faits.
    Si l'on sort de nos perspectives hexagonales, si l'on ouvre nos champs d'investigations aux recherches à un niveau transculturels, débordant ainsi les aspects quelque peu nationalistes, nous faisons de surprenantes découvertes en matière de « première fois ». D'autant plus surprenantes qu'elles nous obligent à réviser nos point-de-vue et repenser nos façons d'être à l'heure de la très décriée « mondialisation ».
    La liste qui suit adoptera dans son développement le format des « Cultures confiture » et pourra être segmentée de façon à générer une lecture pratique, une partition en fonction des grands domaines de connaissance comme les Arts et les Loisirs, la Technologie, les Sciences dures (mathématiques, physique, chimie), mais aussi l'Agriculture, la Cuisine ou par d'autres points d'entrées comme le Temps, la Vitesse, la Matière, le Corps humain.

  • La mort fait-elle aimer la vie ? Comprendre la mort permet-il de mieux apprécier la vie ? Telles sont les deux interrogations fondamentales qui parcourent ce dictionnaire, unique en son genre. D'Abattoir à Zombi, plus de 1000 entrées essayent de dresser un tableau à la fois insolite et approfondi de la mort. Ces entrées concernent aussi bien les approches socioculturelles (territoires, lieux, rites ...), les concepts (désir, destruction, irréversibilité...), les manies (psychopathologies, suicides...), que les oeuvres artistiques ou non, les individualités (Cioran, croque-mort, Dark Vador...) ou les communautés et institutions (Pirates, Inquisition...). De même l'histoire des représentations de la mort, l'étymologie, les expressions courantes utilisées à son sujet, sont présentes, sans oublier l'humour... noir évidemment. Ainsi l'histoire, racontée par Freud, du condamné à mort, qui avant d'être mené à la potence, un lundi, soupire : "La semaine commence bien."

  • Un récit empreint d'une nostalgie amusée, d'un retour sur le monde de l'enfance vécue à travers le parcours chaotique d'un jeune garçon, fils d'un immigré italien, on suit pas à pas le chemin tortueux du souvenir. Ce monde est celui de l'enfance, de l'adolescence dans une « ville nouvelle », au milieu des tours en construction et de l'hypermarché Carrefour, ce fameux Centre commercial (au centre du projet « Créteil Soleil » et qu'on vend aux habitants comme la panacée) qui est un personnage à part entière de cette histoire, tant la vie sociale semble tourner autour de ce lieu, des possibilités qu'il renferme et de son rôle social, politique et sentimental pour des jeunes des banlieues au temps de leur naissance.

  • Encyclopédie bizarre et décalée, nourrie d'informations documentaires et scientifiques, d'une riche iconographie mêlant oeuvres anciennes et contemporaines, ponctuée de textes inédits d'écrivains contemporains et de morceaux d'anthologie, cet ouvrage bigarré se donne à lire comme les miscellanées du canidé. Un cabinet de curiosités passionnant autour du plus fidèle compagnon de l'homme...

  • Représentation de l'amour vénal chez les Grecs de l'Antiquité, la pornographie n'a cessé de voir ses frontières évoluer. Renvoyant les uns à ce que l'assouvissement des plaisirs sexuels comporte d'abject et d'ignoble, procurant aux autres la jouissance du spectacle de ces multiples satisfactions corporelles, elle semble se nourrir des sentiments qu'elle provoque, qu'on la condamne ou qu'on la défende. Loin de vouloir la rendre belle ou laide, mauvaise ou bonne, ce premier Dictionnaire de la pornographie a pour unique ambition de mieux connaître, à partir de points de vue souvent opposés, une pratique culturelle qui reste privée et marginale mais qui, aujourd'hui, n'a jamais atteint un tel degré d'industrialisation et de médiatisation. La pornographie est donc un objet de savoir, comme le montrent les 450 entrées de ce volume, suivis de corrélats, de références bibliographiques, filmographiques et de sites internet, qui permettent une exploration personnelle. On trouvera dans cet espace critique inédit, résultat d'une équipe internationale d'une centaine d'auteurs à la fois des articles du fond, des articles de synthèse, des biographies et d'indispensables définitions pratiques. Les histoires culturelles et artistiques, la philosophie morale et politique, la sociologie, l'anthropologie, l'économie, le droit. la psychanalyse, constituent autant d'approches complémentaires d'un phénomène qui interroge toutes les sociétés humaines.

  • Bricoles & brocante

    Philippe Di Folco

    Avec cette trentaine de nouvelles Philippe Di Folco reconstitue une vie.
    La vie d'un type qu'on dit un peu bizarre. Mais une vie qui prend sa forme dans la littérature et dans le cinéma, rythmée par des amours, le premier et le reste, des promesses sur lesquelles une nuit ou quelques années font leur oeuvre.
    La famille derrière tout ça, présente mais un peu délitée, le souvenir d'un potage au pain, du dépeçage d'un lapin, les mots qu'il échange avec une soeur qu'il ne parvient pas à haïr.

    Philippe Di Folco nous fait traverser les âges de la vie, ses espoirs, ses déboires, les rencontres inhabituelles ou impromptues qui marquent.

  • Vous aimez les histoires dont les héros sont des criminels ?
    Sonatine et Perrin pour la première fois en coédition !

    Depuis que Cain a trucidé Abel, l'humanité a accouché d'une ribambelle d'assassins aussi féroces qu'hétéroclites. Leurs motivations tournent toujours autour des mêmes obsessions, passions contrariées, vénalité, haine viscérale de la société, folie incontrôlable.

    Aussi pourrait-on parier que les tueurs qui hantent cet ouvrage ne sortent pas du lot. Ce serait commettre une erreur impardonnable. En effet, ces « virtuoses » ne se sont pas contentés de liquider des êtres humains sans laisser d'autre trace qu'une tombe dans un cimetière. Non, ils ont fait mieux. Beaucoup mieux. Non seulement leurs crimes s'inscrivent dans l'histoire, mais ils ont carrément modifié son cours, sur le plan politique, militaire, juridique ou social. Autant dire que les auteurs de ces méfaits devraient figurer dans n'importe quel manuel scolaire ou autre grand livre d'or du bestiaire humain. Ce qui n'est pas le cas. D'où la nécessité de réparer cette injustice...

  • Depuis que Caïn a trucidé Abel, l'humanité a accouché d'une ribambelle d'assassins aussi féroces qu'hétéroclites. Leurs motivations tournent toujours autour des mêmes obsessions : passions contrariées, vénalité, haine viscérale de la société, folie incontrôlable...
    Aussi pourrait-on penser que les tueurs qui hantent cet ouvrage ne sortent pas du lot. Ce serait une grave erreur. En effet, ces « virtuoses » ne se sont pas contentés de liquider des êtres humains. Ils ont fait mieux, beaucoup mieux. Non seulement leurs crimes s'inscrivent dans l'Histoire, mais ils en ont modifié le cours, sur les plans politique, militaire, juridique ou social.

empty