• Les manipulations de la parole sont devenues courantes dans les sociétés modernes. La démocratie, qui a placé la parole au centre de la vie publique, paraît menacée par la prolifération des techniques qui visent à nous contraindre, sans que nous nous en rendions compte, à adopter tel comportement ou telle opinion. La sensation diffuse de vivre dans un « univers menteur » n'est-elle pas à l'origine de formes nouvelles d'individualisme et de repli sur soi ? Toutes les méthodes de communication et de débat sont-elles bonnes dans un espace public qui se prétend démocratique ?
    Dans ce livre passionnant, Philippe Breton s'efforce de répondre à ces questions en décrivant les différentes techniques de manipulation qui saturent notre environnement, à partir de nombreux exemples pris dans les domaines de la politique, de la publicité, de la psychothérapie et de la communication. Proposant une analyse des faiblesses des sociétés modernes, il ouvre aussi quelques pistes pour redonner à la parole le rôle d'outil vivant de la démocratie. Il introduit notamment le concept original de liberté de réception, sans laquelle la liberté d'expression reste surtout la liberté des puissants.
    La Parole manipulée a été couronné en 1998 par le Prix de philosophie morale de l'Académie des sciences morales et politiques.

  • L'homme ou la femme moderne a tout aussi besoin que le citoyen de l'Antiquité d'apprendre à argumenter pour convaincre son interlocuteur ou son public, que ce soit dans sa vie professionnelle, dans son activité de militant associatif, ou dans le cercle de ses proches. Comme le rappelle ici Philippe Breton, l'acte de convaincre, distinct de celui d'expliquer ou de celui d'informer, a le pouvoir de faire évoluer l'opinion de l'autre et peut contribuer à changer les choses.
    S'inspirant des techniques mises au point par la rhétorique grecque et romaine, ce manuel pratique montre que l'efficacité peut aller de pair avec le respect de l'autre et celui de soi-même, et que la manipulation n'est guère efficace et même le plus souvent contre-productive.
    Réalisé à partir de l'expérience des formations à l'argumentation animées par l'auteur et construit autour de plusieurs dizaines d'exemples, cet ouvrage pose les grands principes du convaincre, puis développe étape après étape le « protocole de l'argumentation » permettant d'atteindre ses objectifs. Le livre se termine par des conseils concernant la prise de parole, l'élocution, la mémorisation.

  • Avons-nous conscience de tout de ce que nous permet la parole ? Utilisons-nous toutes les ressources de cette capacité extraordinairement et spécifiquement humaine ? C'est à la réponse à ces questions, moins triviales qu'il n'y paraît, que s'attache Philippe Breton dans ce livre, où il explore les immenses possibilités de la parole, à la fois sur le plan personnel et sur le plan social. Il montre comment, historiquement, la parole a progressivement constitué un espace de substitution à la violence, à l'exercice sans frein du pouvoir. Et comment les ressources de l'argumentation, mais aussi celles de l'objectivation des passions, ont permis de faire reculer, toujours plus, cette violence. Surtout, et c'est le principal objet de ce livre, il explique comment surmonter les obstacles qui s'opposent aujourd'hui au plein déploiement du pouvoir de la parole. Ce livre démontre comment chacun, sur le plan personnel, peut se réapproprier sa propre parole et comment le pouvoir partagé de la parole peut mettre un frein à la toute-puissance du pouvoir et à sa violence.

  • La société démocratique recourt systématiquement au débat, à la discussion, à l'argumentation. Les techniques qui permettent de convaincre l'autre sans violence sont pourtant peu connues ou enseignées.
    L'auteur pose à ce sujet plusieurs questions fondamentales. Quels arguments utilisons-nous couramment ? En quoi argumenter se distingue-t-il de séduire, de plaire ou de manipuler autrui ? Ce travail est illustré par de nombreux exemples, pris dans des situations quotidiennes, dans la discussion politique ou le débat de société.
    L'ouvrage propose également des critères simples pour distinguer entre la manipulation des consciences et l'argumentation, qui laisse l'auditoire libre. Cette démarche inscrit résolument l'argumentation, issue de la rhétorique classique et de la tradition démocratique, dans le champ de la communication moderne.

  • La violence, sous toutes ses formes, a toujours existé. Qu'il s'agisse de l'anthropophagie, de l'esclavage, de la guerre, de la mise à sac et du pillage, de la brutalité des moeurs jusqu'à l'homicide, des violences sexuelles, du génocide, du crime en série ou du terrorisme, tous ces comportements accompagnent l'histoire de l'Homme depuis l'origine.
    Mais cette violence n'est jamais, sauf dans le cas de dérèglements extrêmes, l'expression d'une « pulsion sauvage ». Elle est toujours guidée et encadrée par des normes, qui disent, dans une société donnée, à un moment de son histoire, ce qu'il est légitime de faire, et ce qui ne l'est pas.
    Comme nous le verrons à chaque chapitre de cette histoire tragique, la lente prise de conscience des souffrances et des traumatismes qu'elle engendre, le refus de la vengeance, le goût pour le bonheur individuel et le développement économique, un désir croissant de civilité, expliquent que de nombreuses sociétés se donnent les moyens de faire reculer, le plus possible, la violence dont l'Homme est capable.

  • Les démocraties modernes connaissent un profond malaise. Pourtant, les valeurs démocratiques restent très attractives, y compris dans l'espace privé. Pourquoi cet idéal théorique a-t-il donc tant de peine à s'incarner ? Plus qu'une question de pertinence des institutions ou d'adhésion à des valeurs, la démocratie est d'abord une affaire de compétences pratiques, notamment dans le domaine de la parole et des relations avec autrui. À partir d'une expérience originale et de centaines d'observations de prises de parole, l'auteur fait un constat alarmant : tous les milieux sociaux sont aujourd'hui affectés par un véritable déficit du point de vue du parlé démocratique. D'autres savoir-faire plus archaïques - ruse, séduction, domination, etc. - se substituent aux compétences défaillantes. Philippe Breton explique ici l'origine de cette carence et montre comment la dissonance entre valeurs et pratiques engendre une forte violence sociale, de la défection individualiste aux nouvelles incivilités. Il dénonce la croyance issue des Lumières selon laquelle la culture et la Raison suffiraient à former des démocrates. Mais aussi l'idéal postmoderne d'« interactivité », qui se développe au détriment d'une véritable culture de l'intériorité, fondement méconnu de la liberté démocratique. L'auteur souligne aussi les difficultés de l'école à jouer son rôle dans le nécessaire apprentissage des compétences démocratiques. Et il propose enfin des pistes de réflexion pour que chacun puisse s'approprier ces compétences et mieux assumer, en pratique, sa citoyenneté.

  • Un ami anthropologue, préhistorien au CNRS, crucifié ! Quand elle apprend la nouvelle, la jeune historienne Chloé ne se doute pas qu'elle vient de tomber sur un os.
    Elle imagine encore moins que l'on puisse se dézinguer aujourd'hui encore pour un contentieux entre... Neandertal et Cro-Magnon. Comme quoi, il y a des rancunes tenaces. Un polar préhistorique.

    Sur commande
  • Que faire face à un public hostile, à des propos racistes, au harcèlement, à la manipulation, à une agression verbaleoe Répondre à la violence par la violence n'est pas la bonne solution. Philippe Breton, docteur d'État en sciences de l'information et de la communication, nous convainc qu'il est de loin préférable de pacifier la situation et d'argumenter. Mais ce comportement ne s'improvise pas et nécessite une méthode simple, intelligente et efficace, adaptée aux difficultés rencontrées. Cet ouvrage, concret et pratique, repose sur une conviction : une société plus douce à vivre est possible et chacun d'entre nous a un rôle à y jouer.


  • pourquoi la communication a-t-elle pris autant de place dans nos sociétés modernes ? est-ce seulement à cause de la prolifération des téléviseurs et autres " machines à communiquer " ? dans cet essai, philippe breton affirme qu'on ne peut se satisfaire de cette explication triviale et avance une thèse beaucoup plus radicale : la communication est devenue une nouvelle utopie, d'autant plus conquérante que les grandes idéologies - socialisme et libéralisme - sont en crise.
    cette utopie est celle d'un homme " sans intérieur ", réduit à sa seule image, dans une société rendue " transparente " par la grâce de la communication. et, si elle s'affirme aujourd'hui avec autant de force, c'est qu'elle a été théorisée en des termes étonnamment actuels dès la fin de la seconde guerre mondiale par un mathématicien américain, norbert wiener, dont l'oeuvre essentielle reste trop méconnue.
    l'analyse critique de ces travaux permet à l'auteur de démontrer comment, paradoxalement, la " société de consommation " peut ouvrir la voie à la violence et à l'exclusion.

  • Théorie mécanique des télégraphes sous-marins, recherches sur les conditions de leur établissement, par M. Philippe Breton,... et M. Alphonse Beau de Rochas,...
    Date de l'édition originale : 1859 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.
    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • Comment est née l'informatique ? comment est-on passé des rêves de l'antiquité sur les êtres artificiels à l'extraordinaire développement contemporain de l'usage des ordinateurs ? c'est à ces questions, et à bien d'autres, que répond ce livre.

    Cette histoire de l'informatique propose une approche globale du développement de cette technique: l'histoire des machines et des hommes qui les ont conçues est replacée dans son contexte politique, économique et militaire, sans négliger les enjeux sociaux et éthiques.
    Ce livre constitue de plus une véritable initiation à la culture informatique, accessible aux néophytes. l'auteur a d'ailleurs construit son livre pour rendre possible une double lecture: l'une, classique, est chronologique; l'autre, grâce à des renvois adéquats, est thématique.
    Cette présentation intéressera également les informaticiens eux-mêmes, qui trouveront ici une mise en perspective inédite de leur spécialité.

  • Au terme d'un siècle marqué par plusieurs génocides et d'innombrables autres actes de violence contre des civils, une question reste en suspens : pourquoi certains hommes acceptent-ils d'être des « exécuteurs » de ces crimes, alors que d'autres le refusent ? Après que de nombreux travaux ont été consacrés aux victimes, aux bourreaux et aux résistants, Philippe Breton identifie, dans ce livre, une nouvelle catégorie d'acteurs : les « refusants ».
    En dépit de leur quasi invisibilité - ils commentent rarement leur acte -, on trouve des refusants aussi bien parmi les SS durant la Seconde Guerre mondiale, parmi les génocidaires au Rwanda, dans les guerres du Viêt-nam ou d'Algérie, ou encore parmi les kamikazes islamistes. N'évoquant aucune idéologie politique, religieuse ou même humaniste, ces personnes ne sont pas des résistants. Alors que les tueurs en appellent à la vengeance - bien plus qu'à la haine raciste ou à la nécessité d'obéir aux ordres - pour que s'exerce une « légitime justice », les refusants se révèlent imperméables à cet argument. Dès lors, une nouvelle question se pose : pourquoi, dans des contextes de crise extrême, certains sont-ils accessibles à la problématique de la vengeance et d'autres non ?
    Grâce à une longue enquête, Philippe Breton apporte une contribution inédite aux débats sur les mécanismes de la violence, insistant sur l'importance que revêt encore aujourd'hui le principe de vengeance dans l'éducation et la culture de la plupart des sociétés humaines.

    Sur commande
  • L'homme ou la femme moderne a tout aussi besoin que le citoyen de l'Antiquité d'apprendre à argumenter pour convaincre son interlocuteur ou son public, que ce soit dans sa vie professionnelle, dans son activité de militant associatif, ou dans le cercle de ses proches. Comme le rappelle ici Philippe Breton, l'acte de convaincre, distinct de celui d'expliquer ou de celui d'informer, a le pouvoir de faire évoluer l'opinion de l'autre et peut contribuer à changer les choses. Ce manuel pratique s'inspire directement des techniques mises au point par la rhétorique grecque et romaine. Celle-ci avait deux préoccupations indissociables, celle de l'efficacité et celle de l'éthique. La rhétorique se tenait donc à distance des techniques de manipulation, désormais très présentes dans notre environnement communicationnel. Comme le montre cet ouvrage simple et concret, l'efficacité peut parfaitement aller de pair avec le respect de l'autre et celui de soi-même. Et, contrairement à ce qu'elle promet, la manipulation n'est guère efficace, elle est même le plus souvent contre-productive. Réalisé directement à partir de l'expérience des formations à l'argumentation animées par l'auteur et construit autour de plusieurs dizaines d'exemples, cet ouvrage pose les grands principes du convaincre, puis développe étape après étape le " protocole de préparation de l'argumentation " permettant d'atteindre ses objectifs. Le livre se termine par des conseils concernant la prise de parole, l'élocution, la mémorisation.

  • Pour le première fois dans l'histoire de l'humanité, l'homme a construit un dispositif technique, Internet, capable de dispenser les hommes de toute communication directe. Personne n'aurait sans doute penséà un tel usage, si Internet n'était pas devenu l'objet d'un véritable culte, porté par la promesse d'un monde meilleur, celui du « cyber espace ». Ses thuriféraires, partisans du « tout-Internet », semblent aujourd'hui l'avoir provisoirement emporté face aux « technophobes », mais surtout face à tous ceux qui réclament un usage raisonné des nouvelles technologies. Ces militants fondamentalistes appellent de leurs voeux une « société mondiale de l'information », où le nouveau lien social serait fondé sur la séparation des corps et la collectivisation des consciences. Une vision où se mêlent l'héritage de Teilhard de Chardin, le bouddhisme zen et les croyances New Age. Et qui mobilise des valeurs propres à la culture américaine, comme le puritanisme, le manichéisme, la recherche de l'harmonie sociale et le jeunisme. Elle s'inscrit dans une nouvelle religiosité, qui célèbre l'utopie de la transparence, dans un contexte marqué par la crise du politique, mais également l'affaiblissement de l'influence du monothéisme et de l'humanisme. Telle est la thèse de ce livre provocateur. L'un des meilleurs spécialistes français de la communication y répond à des questions très actuelles : d'où vient ce nouveau culte, quelles sont ses racines historiques, pourquoi son succès ? N'est-il pas porteur, dans ses excès, d'un risque majeur pour un lien social déjà très fragilisé ?

  • Mémoire sur les barrages de retenue de graviers dans les gorges des torrents / par Philippe Breton,...
    Date de l'édition originale : 1867 Ce livre est la reproduction fidèle d une uvre publiée avant 1920 et fait partie d une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l opportunité d accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les uvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • Cet ouvrage met en évidence les opportunités offertes par les MDD, tant pour les industriels (commercialisation en grande distribution, pouvoir de négociation renforcé...) que pour les enseignes (fidélisation client, avantage concurrentiel...).
    Il permet de bâtir une véritable stratégie MDD en répondant aux questions suivantes : Comment évaluer la pertinence d'une commercialisation sous la forme de MDD ? Comment créer une marque cohérente par rapport à l'enseigne ? Comment élaborer un marketing-mix adapté ? Comment coordonner des réseaux de compétences pluridisciplinaires (fabricants/distributeurs) ? Fondé sur l'expérience de l'auteur, expert du sujet, ce livre présente de nombreux cas d'entreprises et des interviews d'acteurs phares du secteur.

    Sur commande
empty