• Ces Fables sont tirées de la malle aux trésors d'un passé un peu brouillon, mais c'est de lui que nous avons émergé pour nous propulser dans un présent qui ne l'est pas moins.
    Ce recueil nous propose un amusement de mots, tout en s'alignant sur une logique de bon sens promenant la plume de l'auteur hors des routines et des modes à penser, nommant le « Réel » en le contant tel quel dans une époque troublée par le déni du vrai. Ces Fables offrent, sans manière, des réflexions qui servent de « morale » à ce genre littéraire ; l'essentiel étant de faire un usage lustré de notre belle langue française pour déclamer ce qui doit être plaisant à lire.
    Miel ou ciguë, les Fables jouent de l'affabulation pour dire ce qui fut et ce qui est, à vous de choisir d'en rire ou d'en pleurer !
    La Fable est la graine qui fit émerger l'esprit
    de la gangue en laquelle il somnolait.

  • A une époque où les positions insulaires retrouvent une importance stratégique de premier plan, Paul Vallin, surnommé « le père » de la régionalisation de l'Outre-Mer français dans les cercles d'initiés propose, dans « Les Frances d'Outre-Mer », un projet de développement communautaire destiné à « réveiller. » l'énorme potentiel « en sommeil » outre-mer. Président de la Commission DOM-TOM du club 89, membre du cercle Katara de Nouméa et de l'Association France-Outre-Mer, Paul Vallin s'est entouré d'une équipe de spécialistes et a fait appel aux conseils locaux et régionaux pour élaborer ses propositions. Regroupant les terres françaises ultra-marines en trois régions océaniques, nouvelles plates-formes d'ambition et d'expansion de la France dans le monde, le projet de l'auteur nous offre un fabuleux destin communautaire : la création de sociétés transnationales et universalistes donnant à l'homme les conditions pour vivre dans un monde meilleur.

  • Le prêtre du soleil

    Paul Vallin

     La première civilisation écologiste du monde vivait dans les Grandes Plaines de l´Ouest américain, une culture libre et nomade rayée de l´histoire par l´invasion de la civilisation matérialiste des Blancs. Les Indiens d´Amérique nous ont laissé en héritage leur sagesse ancestrale : « L´homme n´est pas au-dessus de la nature ; il doit en respecter l´équilibre s´il ne veut pas disparaître ! »   Les messages que nous adresse Ulunsuti, ce fils de roi devenu « Prêtre du Soleil », sont la philosophie de vie d´un peuple qui vivait un âge d´or avant que les envahisseurs lui imposent leur âge d´argent.


      L´écologie naturelle des Indiens et leurs valeurs de vie m´ont semblé une raison suffisante pour écrire ce livre. « Dixit et salvavi animam meam » (Ce disant, j´ai libéré mon âme).

  • « Heureux ceux qui sont morts dans une juste guerre,
    Heureux les épis mûrs et les blés moissonnés. »

    Charles Péguy, Ève


    La guerre peut-elle être juste ?... Morts, victoires et défaites font l'histoire d'un pays, façonnent une patrie et forgent sa nation en faisant naître l'unité d'un peuple.
    La guerre est faite de batailles, perdues ou gagnées, d'invasions et de destructions, d'alliances, de divisions et autres aventures entraînant misères, haines, et puis oublis. Combats de soldats bien sûr, mais aussi combats fratricides de religions, de civilisations, d'idéologies, de cultures, d'économies, d'ambitions, etc. Les politiques préparent et déclarent les guerres, les stratèges les étudient, les financiers les « boursicotent », les médiatiques les expliquent, les historiens tentent de leur trouver un sens, mais ce sont des soldats de vingt ans qui mettent leur peau au bout des idées de ceux qui pensent la guerre ; l'histoire s'est nourrie de leur sueur et de leur sang !

    Tout au long de ce vingtième siècle, le meilleur sang de France a coulé sur les champs de bataille : 14/18 ; 1940 ; Indochine ; Algérie ; Kolwezi ; Tchad ; Liban ; Golfe, les événements ici contés ne sont qu'un bref aperçu de l'infernal théâtre d'exterminations sur lequel ont été engagés les soldats de France.

  • OEuvre monumentale, parue de 1932 à 1995, voici donc Le Dictionnaire de Spiritualité enfin publié intégralement de A jusqu'à Z, avec un index particulièrement utile. A beaucoup de points de vue, c'était un défi. Le pari a été tenu. On peut même dire que les fruits dépassent le projet primitif, car très vite les perspectives du début ont été amplifiées et précisées. Dans les années 30, lancer l'idée et assurer la réalisation d'un tel dictionnaire pouvait paraître, face au bloc solide du dogme catholique, une entreprise marginale concernant les techniques de prière, les états mystiques et les divers phénomènes qui parfois les accompagnent... A cette époque, la réflexion chrétienne, encadrée et limitée par une théologie dogmatique, en grande partie déductive et obligatoire, avait besoin d'un nouveau souffle. Voici que la spiritualité, fondée en même temps sur l'expérience et sur la liberté qui président à l'invention des divers chemins conduisant à Dieu, renouvelait toutes les questions... Cette révolution tranquille s'est faite lentement, sans bruit, sans excès. A sa place, avec d'autres éléments similaires, elle a préparé l'éclosion irrésistible de Vatican II ; et aujourd'hui, patiemment, elle aide à bien comprendre l'originalité et le dynamisme de ce concile... Des milliers de collaborateurs, provenant du monde entier et de tous les horizons, ont contribué à faire de ce Dictionnaire ce qu'il est : particulièrement utile à tous ceux qui veulent mieux connaître les auteurs spirituels de divers pays, suivre l'évolution des mentalités, des institutions, des grandes notions fondamentales... et plein d'intérêt pour tous les curieux. Ainsi s'est-il répandu à travers le monde entier et dans tous les milieux.

empty