• De quoi est faite l'industrie du sexe aujourd'hui ? quel sens donner au formidable essor de ce marché ?
    Du magazine " de charme ", à la revue porno ou la vidéo hard, patrick baudry propose une lecture des produits contemporains de la pornographie et de leur consommation.
    Partant du constat que la pornographie propose une imagerie, des pratiques et des mises en scène radicalement distinctes de la sexualité vécue, il montre que cette différence tient à l'écart qu'il y a entre regarder, voir et visionner, entre sexe et sexualité, entre la ritualité sexuelle et le spectacle pornographique.
    Il était urgent de s'interroger sur cette dimension à la fois dérobée et très visible des sociétés contemporaines : loin de se laisser circonscrire à un outil de satisfaction des pulsions, la pornographie est devenue un monde, profondément révélateur, à l'âge des mass médias, d'un nouveau rapport de l'individu à soi, à l'autre et au monde.

  • La mise en relation du corps, de l'image et des mondes urbains, mène à l'idée d'un exil fondateur, d'un déracinement heureux.
    On est ici très loin de l'obligation de participation ou du souci d'intégration. Etre auteur suppose un détachement.
    Celui-ci ne suppose pas une pédagogie. Il est radical. Voici le postulat, simple et sans discussion : nous sommes toujours dans une in-situation que donnent le corps, l'image et la ville.
    Identité indécise, urbanisation étalée, rapport à l'image complexe... Voilà tout ce que l'on sait déjà.
    Mais il faut enfoncer un clou décalé. En passant comme par méandres, mouvements, indécisions (et décisions aussi) par Jacques Réda, Edward Hopper, François Bon. La ville, une impression sociale analyse l'incommunication et le décalage, comme manières d'être au monde. Une impression, c'est à la fois ce qui devrait donner un sentiment fort et ce qui se tient en retrait, sans assurance. Une certaine sérénité tragique vient parfois d'une simple "impression".

  • Laïka, petite chienne née en en 1954, est le premier être vivant mis en orbite autour de la Terre. Envoyée par le programme spatial soviétique en 1957, comment cette chienne, croisement d'un husky et d'un terrier, a-t-elle été préparée à cet extraordinaire voyage ? De l'entraînement à l'acclimatation, en passant par la nourriture et les conditions de vol, Patrick Baudry, 2e astronaute français à être allé dans l'espace et grand spécialiste de l'aéronautique, nous raconte cette incroyable épopée, à la manière d'un récit, superbement illustré.

  • Les soins palliatifs ont été introduits en France à partir des années 1980. En réponse au mouvement d'une demande de légalisation de l'euthanasie. En raison aussi et surtout d'une protestation des soignants contre l'isolement des mourants, l'abandon des personnes dans des institutions de long séjour. Les médias reviennent de manière régulière sur la liberté que devrait avoir l'individu de décider de sa mort. Un débat " pour ou contre " s'est ainsi instauré comme si toute la question devait se résumer à la possibilité ou à l'impossibilité d'un choix. Nos sociétés, qu'ont-elles fait de la mort ? Un dehors, ou le point d'aménagement de leur propre dedans ? Voilà ce qui peut nous surprendre dans le choix qui nous est proposé.

  • Ce livre analyse les enjeux de la ritualité funéraire et ses mutations contemporaines. Quelle place fait-on aux morts aujourd'hui ? Comment se construit l'espace des morts ? Quelle place ont les morts, pour l'individu, dans son existence ? La place des morts donne à notre monde une dimension autre qui le rend humainement habitable. Ce livre veut à la fois faire l'analyse d'une perte ou d'un désarroi et montrer que des résistances existent au processus d'une désymbolisation.

    Sur commande
  • « Addictions : plaisir, passion, possession », dirigée par Myriam Tsikounas Abus d'alcool, troubles du comportement alimentaire, sports à risque ou encore usage immodéré d'Internet, la dépendance se caractérise toujours par une pratique compulsive, la nécessité d'augmenter graduellement les doses, la perte de contrôle de soi.

    Tournée vers une question de société, pluridisciplinaire par ses contributions et le souci d'associer aux sciences humaines l'apport de la médecine, la collection « Addiction » fait le pari d'un sérieux sans académisme.

    Sur commande
  • La ville à l'ancienne, celle dont nous pourrions avoir la nostalgie ou que nous réinventons dans nos parcours urbains, n'existe plus.
    Il n'y a plus de ville d'un seul morceau. Mais des villes en plusieurs morceaux qui constituent autant de nouveaux territoires, juxtaposés, disjoints, articulés, en mouvement... Quelles sont les perceptions et les modes d'habitation de ces nouveaux territoires qui modifient les formes de l'urbanité ? Littérature, cinéma, photographie, carte postale, art contemporain racontent et interrogent l'émergence de l'urbain.
    Comment les Sciences Humaines rendent-elles compte de ses dynamismes ? Un tel questionnement justifie la transversalité des approches, les discussions entre disciplines. La prise en compte des imaginaires urbains oblige à l'invention de nouvelles problèmatisations et à l'élaboration de nouvelles démarches de recherche. P B. Th. P

    Sur commande
  • "Explorer, ouvrir des voies inconnues", autant de termes liés autrefois à la Conquête spatiale et aujourd'hui remplacés par "administrations, budgets et lobbies".
    Cinquante ans déjà depuis Gagarine, et, là-haut, rien de nouveau ! Que sont donc les Cosmonautes devenus ? Où irons-nous, demain, chercher la noblesse de notre espèce ? Quels Rêves pour nos enfants ?
    Patrick Baudry, premier Astronaute africain, né au Cameroun, français et européen, tente de soulever les vraies questions concernant aujourd'hui l'absence d'avenir de la Conquête spatiale.
    Pourquoi ne sommes-nous pas sur la Lune ?
    Pourquoi, Mars, malgré tous nos robots, nous semble-t-elle toujours aussi lointaine ? Pourquoi, surtout, continuons-nous à tourner en rond autour de notre Terre ? Qualifié pour voler avec les soviétiques, c'est finalement sur la navette américaine Discovery qu'il part dans l'Espace en 1985. Conseiller du Président d'Aérospatiale pour le programme d'avion spatial européen Hernies, il voit l'Europe abandonner cette grande ambition.
    Lassé d'un avenir spatial privé de souffle et d'imagination, il s'insurge et nous offre ici, en même temps qu'une vision éclairée de toutes ces questions, un "état des lieux" sans complaisance, mais bien réel.

  • "L'univers, c'est ce monde immense que j'ai découvert avec les yeux émerveillés d'un enfant et les sens aiguisés d'un professionnel" : C'est avec ce regard que Patrick Baudry raconte son expérience à bord de la navette Discovery au coeur du vol de la mission STS-51G. Pour la première fois un spationaute livre ses souvenirs d'un voyage inoubliable sous forme de carnet de bord, mêlant documents personnels, archives et images originales. Jour après jour, il revient sur ses impressions, ses angoisses et la concrétisation d'un rêve universel : observer le monde de là-haut. Revenant sur les grands événements qui ont jalonné la conquête spatiale, de l'envoi du Spoutnik en 1957 aux premiers clichés de Mars en 2004, en passant par l'aventure de Yuri Gagarine, Patrick Baudry réalise ici un carnet de voyage inédit et passionnant. Ponctué d'images marquantes, de dessins, de photographies ont illustré la conquête, Carnet d'un voyage spatial est une véritable invitation au rêve.

  • Ariane

    Patrick Baudry

    • Arthaud
    • 30 June 2008
  • La logique sécuritaire privilégie l'ordre des valeurs.
    Contre cette idéologie et les manipulations dont elle est capable, cet ouvrage montre que la violence fait obstacle à la société-une, qu'elle fait échec au fantasme de maîtrise. Le social ne relève pas des volontés de convivialité et d'entente, mais suppose le rapport à la loi et sa mise en pratique. La violence est cette dimension qui oblige toute culture à s'élaborer. Une telle perspective conduit à analyser la place que fait la société contemporaine à l'interdit et au symbolique.
    La modification des attitudes devant la mort, le mourir et les morts, traduit un changement radical dans construction des sociétés et signale l'émergence de la singularité de l'individu. Le monde urbain et la place qu'y tient l'image dans le rapport à soi et aux autres permettent également d'interroger cette nouvelle donne. Ce livre met en débat les ambiguïtés de la société où nous vivons.

    Sur commande
  • « La mort la plus redoutable n'est sans doute pas celle dont on ne sait ni le jour ni l'heure, mais celle qui empêche de vivre chaque jour » (Patrick Baudry). L'auteur interroge le rapport permanent de la violence et du pouvoir, une sociologie du tragique en politique, en technologie et en médecine : dominations et résistances, accidents et catastrophes, maîtrise de la naissance et maîtrise de la mort.

    Aujourd'hui, ce n'est pas la violence qui domine, mais la pacification dont l'auteur dégage les limites. La mise à distance du social de ces lieux où il trouvait à se construire, dans les sociétés traditionnelles, est explicitée par l'auteur qui montre les effets d'une déritualisation progressive qui tend à dévitaliser l'existence commune. Il y a bien une perpétuation du tragique qui, jusque dans la banalité de la quotidienneté moderne, indique la puissance d'un être ensemble s'articulant à la violence et à la mort.

    Perception nouvelle de la violence et de la mort au quotidien, cette sociologie est un encouragement à délibérer : ne cédant point à une philosophie du vide, nous sommes invités à saisir des potentialités alternatives.

    Indisponible
  • L'anthropologie qui s'est construite autour du paradigme de l'altérité et du regard éloigné se trouve profondément bouleversée par les mutations contemporaines. L'expérience de la globalisation comme appartenance à un monde commun se caractérise par le télescopage permanent du local et du global au travers des migrations humaines, de la circulation accélérée des images et des signes de la domination du marché et des logiques financières. Quel peut être l'avenir d'une anthropologie du contemporain ?

  • Le deuil impossible

    ,

    • Georg
    • 16 November 2001

    Le travail de deuil est devenu un impératif.
    On est sommé de faire son deuil pour rétablir un équilibre psychique menacé. Seulement les morts hantent les vivants, ils surgissent comme des images séduisantes ou effrayantes indépendamment de notre volonté. La gestion contemporaine de la mort abolit cette relation énigmatique que nous avons tant avec les morts qu'avec la mort elle-même. Les rituels d'accompagnement du mourant, les rituels funéraires, la thérapie du deuil deviennent des artifices qui refoulent nos liens vivants avec ceux qui vont mourir comme avec ceux qui sont déjà morts.
    Comment résister à cette prise en charge sociale de la mort, qui impose une disparition du sens que chacun donne à la mort elle-même ?.

    Sur commande
  • Cet ouvrage prend la mesure du phénomène actuel de médiatisation de la vie privée et en évalue les principaux enjeux.
    En effet, l'intime et le privé s'exposent de plus en plus, dans les différents médias (presse, télévision, Internet), ce qui n'est pas sans affecter le contenu même de ces notions. Ce qui n'est pas non plus sans conséquences sur la configuration de l'espace public ou les libertés individuelles. La porosité des frontières entre le privé et le public remet en cause les catégories toutes faites. Au moment où triomphe la téléréalité, il est certainement utile de penser le passage du secret et de la pudeur à un monde où tout peut se dire et se montrer.
    Depuis longtemps, comme l'a montré Richard Sennet, les hommes politiques sont soumis à une véritable tyrannie de l'intimité. L'analyse de leurs stratégies et de leurs jeux révèle une autre façon de faire de la politique et l'importance clé des activités de médiatisation personnelles. Même si la liberté d'information constitue un acquis démocratique fondamental, cette liberté doit s'arrêter au mur de la vie privée.
    Entre l'exigence de transparence et le respect de l'intimité, il n'y a pas à établir une hiérarchie mais à rechercher un juste équilibre et à recourir aux formes institutionnelles les plus adaptées pour y parvenir. L'approche est délibérément interdisciplinaire. Pour aborder l'ensemble de ces questions, il a été fait appel à la contribution de l'historien, du sociologue, du politologue, du juriste et du théoricien des médias.

empty