• La drogue est la continuation de la politique par d'autres moyens : telle est sans doute l'une des leçons les plus méconnues du IIIe Reich. Ce legs toxique a en effet longtemps été occulté, sans doute en raison de la féroce campagne antidrogue menée par les nazis dès 1933.

    Pourtant, découverte au milieu des années 1930 et commercialisée sous le nom de Pervitin, la méthamphétamine s'est bientôt imposée à toute la société. Des étudiants aux ouvriers, des intellectuels aux dirigeants politiques et aux femmes au foyer : les petites pilules ont rapidement fait partie du quotidien du Reich. Et cela pour le plus grand bénéfice du régime : tout allait plus vite, on travaillait mieux, l'enthousiasme était de retour, un nouvel élan s'emparait de l'Allemagne.

    De même, quand la guerre a éclaté, la Pervitin a aidé à la mobilisation des troupes. Trente-cinq millions de doses ont été commandées par une Wehrmacht que rien ni personne ne pourra plus arrêter : le Blitzkrieg fut, littéralement, une guerre du speed. Mais si la drogue peut expliquer les premières victoires allemandes, elle a aussi accompagné les désastres militaires. La témérité de Rommel, l'aveuglement d'un Göring morphinomane et, surtout, l'entêtement de l'état-major sur le front de l'est ont des causes moins idéologiques que chimiques. Si Hitler - le prétendu ascète - a toujours cru à la victoire finale, c'est aussi parce qu'il était artificiellement maintenu dans ses rêves de grandeur par des injections quotidiennes de stéroïdes, d'opiacés et de cocaïne : un Sieg High qui dégénère en déni des réalités militaires.

    Se fondant sur des documents inédits, Norman Ohler explore ces toxicomanies aux conséquences mondiales. Il met notamment en lumière la relation de dépendance réciproque qui a lié le Dr. Morell au fameux Patient A, Adolf Hitler. Au-delà de cette histoire du tyran junkie et du dealer captif, c'est toute celle du IIIe Reich que Ohler invite à reconsidérer à travers le prisme de la drogue. Dans un style délié alliant la rigueur scientifique et l'écriture leste du new journalism, ce livre a su conquérir un très large public en Allemagne. Selon le grand historien Hans Mommsen, ce livre modifie profondément la vision d'ensemble du IIIe Reich.

  • L'histoire fascinante de Harro et Libertas Schulze-Boysen, couple d'espions allemands infiltrés dans l'administration du Reich et à la solde de l'Union soviétique, qui furent à l'origine de l'Orchestre rouge de Berlin, le mouvement de résistance à Hitler, et qui périrent exécutés par les nazis en 1942. Par Norman Ohler, écrivain, journaliste et scénariste allemand à succès. Son premier livre de non-fiction, «L'Extase totale. Le IIIe Reich, les Allemands et la drogue» (La Découverte, 2016), a été traduit en 25 langues.

  • Blitzed

    Norman Ohler

    THE INTERNATIONAL BESTSELLER 'The most brilliant and fascinating book I have read in my entire life' Dan Snow 'A huge contribution... remarkable' Antony Beevor, BBC RADIO 4 'Extremely interesting ... a serious piece of scholarship, very well researched' Ian Kershaw The Nazis presented themselves as warriors against moral degeneracy. Yet, as Norman Ohler's gripping bestseller reveals, the entire Third Reich was permeated with drugs: cocaine, heroin, morphine and, most of all, methamphetamines, or crystal meth, used by everyone from factory workers to housewives, and crucial to troops' resilience - even partly explaining German victory in 1940. The promiscuous use of drugs at the very highest levels also impaired and confused decision-making, with Hitler and his entourage taking refuge in potentially lethal cocktails of stimulants administered by the physician Dr Morell as the war turned against Germany. While drugs cannot on their own explain the events of the Second World War or its outcome, Ohler shows, they change our understanding of it. Blitzed forms a crucial missing piece of the story.

    Grand format N.C.
    Livre étranger - Contacter votre libraire
empty