• Depuis l'Odyssée d'Homère (chant XIX) on a distingué les songes vrais qui sortent des Enfers par la porte de corne des songes illusoires qui traversent la porte d'ivoire. Cet essai se propose d'apporter quelques pistes explicatives à l'extraordinaire succès qu'a connu le récit de songe comme lieu de fable et de vérité, à travers l'étude d'une centaine d'exemples pris dans quatre grands champs de la littérature romanesque des XIIe et XIIIe siècles : les romans antiques, le roman courtois versifié, le cycle romanesque en prose du Lancelot Graal et le Roman de la Rose. Dans une perspective à la fois historique et systématique, qui emprunte ses outils d'analyse aux théories antiques du songe, aux spéculations théologiques médiévales et aux sciences humaines (linguistique, anthropologie historique et psychanalyse), sont étudiées les mutations poétiques et herméneutiques qui affectent le récit de songe. Des évolutions linguistiques et formelles se dessinent en effet dans l'emploi des termes qui désignent l'expérience onirique, dans le passage du songe-fragment inclus dans la trame romanesque au songecadre englobant la fiction tout entière. Chargé par la tradition antique et biblique d'une fonction oraculaire qui oriente sa vérité vers l'avenir et le salut, le songe poétisé symbolise aussi le passé du rêveur, son origine, ses relations familiales et amoureuses. Au fil de tous ces récits médiévaux, si séduisants par leur mélange déroutant de naïveté et de complexité, le songe devient peu à peu l'expression d'un merveilleux intérieur à l'homme, d'un mystère intime et familier que Freud nommera " l'inquiétante étrangeté ".



    Mireille Demaules est Professeur de langue et de littérature médiévales à l'Université d'Artois (pôle d'Arras).

    Sur commande
  • Un jour, dans un verger, une dame mord dans une poire de Saint Riule et l'offre discrètement à son soupirant. Depuis la pomme que mordit Adam, il ne se trouva jamais fruit aussi extraordinaire. La saveur, à la fois douce et amère, a pénétré le coeur de l'amoureux et y demeurera à tout jamais.
    La suite du récit relate l'arrivée du dieu d'Amour, escorté de personnifications courtoises, qui servent de médiatrices entre la dame et son ami. Celui-ci décide de mettre par écrit l'histoire de leur amour et la dame le prie de venir la lui lire.
    Tel est l'argument narratif du Roman de la Poire, récit allégorique de 3034 vers, composé au milieu du XIIIe siècle par Tibaut, un poète par ailleurs inconnu. Conservé entre autres dans un splendide manuscrit (BnF fr. 2186), le Roman de la Poire est resté célèbre pour l'insertion de refrains dans sa trame narrative et l'ingéniosité de ses jeux de lettres qui unissent dans un système d'acrostiches le nom de la dame, celui du poète et le mot Amors. Il est ainsi représentatif des goûts d'un lectorat courtois et de la conception médiévale du livre, considéré comme un objet d'art où se rencontrent le profane et le sacré.
    L'ouvrage ici présenté donne pour la première fois la traduction intégrale du Roman de la Poire d'après l'édition publiée en 1984 par Christiane Marchello-Nizia. Il offre aussi la reproduction en couleurs de l'ensemble du programme iconographique du manuscrit BnF. fr. 2186.

    Sur commande
  • Liée au chant et à la danse, la ballade serait apparue au XIIIe siècle dans la littérature du Nord de la France et a joui d'un incontestable prestige dans la poésie de la fin du Moyen Âge. Proscrite par les poètes de la Pléiade, elle a cependant résisté au XVIIe et au XVIIIe siècles, pour renaître sous une forme complètement différente, non fixe, dont la thématique, empruntée notamment à la ballade anglaise, s'inspire de la légende, de l'histoire et de la complainte ; elle connaît un grand succès au XIXe siècle tant en France que dans la littérature européenne. De nos jours, la ballade a investi le domaine de la chanson, continuant une tradition populaire, d'extension européenne, sans lien apparent avec le genre aristocratique médiéval. Que peuvent avoir en commun, à part la dénomination, une ballade médiévale, une ballade romantique, une ballade en prose et une ballade chantée de nos jours ?

    Avec le souci d'allier une perspective comparatiste à l'étude de cette forme poétique, dix-huit spécialistes reconsidèrent cette question, et d'autres attenantes, permettant des découvertes insolites sur les surprenantes métamorphoses de la ballade.

empty