A Vue D'oeil

  • Effroyables jardins

    Michel Quint

    «Certains témoins mentionnent qu'aux derniers jours du procès de Maurice Papon, la police a empêché un clown de rentrer dans la salle d'audience. [...] L'ancien secrétaire général de la Préfecture a peut-être remarqué ce clown mais rien n'est moins sûr. Par la suite l'homme est revenu régulièrement sans son déguisement à la fin des audiences et aux plaidories. À chaque fois, il posait sur ses genoux une mallette dont il caressait le cuir tout éraflé. Un huissier se souvient de l'avoir entendu dire après que le verdict fut tombé :
    - Sans vérité, comment peut-il y avoir de l'espoir ?» L'auteur dédie ce court texte lumineux, émouvant et métaphorique à la mémoire de son grand-père, ancien combattant à Verdun et de son père, ancien résistant.

  • Apaise le temps

    Michel Quint

    Lorsque la libraire de Roubaix meurt, les souvenirs affluent pour Abdel. Il se revoit enfant entre les murs de livres, prêt à avaler tout Balzac. De là à accepter la succession, il n'y a qu'un pas... Mais en rangeant les archives de la boutique, c'est tout un pan de la guerre d'Algérie qu'il découvre, caché dans de vieux cartons. En quoi ce passé concerne-t-il la librairie ? Avec l'aide de ses amis et des proches de la libraire, Abdel mène l'enquête.
    Michel Quint nous offre un roman tendre sur les racines d'une France multiculturelle, portée par l'entraide.

empty