• Le premier volume de l'Atlas topographique de Lyon - prévue en 4 volumes - dans la collection des Atlas topographique de Gaule méridionale.
    L'Atlas topographique de Lugdunum présente les résultats de l'ensemble des fouilles et des découvertes archéologiques, concernant la période antique, qui ont été réalisées sur le territoire de la ville de Lyon, de l'origine des recherches jusqu'à aujourd'hui. Depuis le début des années 1980, plus de 900 opérations archéologiques toutes périodes confondues, ont été mises en oeuvre sur le territoire de la ville de Lyon. Dans leur très grande majorité, elles l'ont été dans le cadre de l'archéologie préventive, préalablement à des travaux publics ou privés. Il est donc essentiel de renouveler l'état des connaissances fourni par les ouvrages de synthèse anciens et de dresser un bilan qui permette de réactualiser l'image de la ville antique et d'orienter les recherches archéologiques à venir selon des problématiques nouvelles. L'expérience lancée en Narbonnaise par le programme collectif de recherches « Atlas des villes de Gaule méridionale » a constitué le modèle et l'atlas de Lugdunum en a repris la méthode et les normes éditoriales. La colonie de Lugdunum a été fondée en 43 av. J.-C. par L. Munatius Plancus, afin de rassembler les colons chassés de Vienne en Narbonnaise, par les Allobroges. C'est chez les Ségusiaves que fut prélevé le territoire destiné à cette fondation. La nouvelle colonie, dotée du droit romain, prit le nom de Colonia Copia Felix Munatia, dénomination qui changera au fil du temps. Lugdunum vit sa prospérité grandir sous le principat d'Auguste, qui en fit une sorte de capitale des Trois Gaules, alors qu'administrativement elle n'était que celle de la Celtique. L'Atlas topographique de Lugdunum présente l'ensemble des vestiges mis au jour par thème, du milieu du Ier siècle av. J.-C. jusqu'aux IVe, Ve siècles ap. J.-C. Il est organisé en plusieurs parties : la première présente les données de fouilles telles que les fouilleurs et les inventeurs des vestiges les ont interprétées à l'époque des découvertes ; la seconde partie consiste en une réinterprétation de ces résultats à la lumière des connaissances d'aujourd'hui. Cette seconde partie est le fruit de la réflexion collégiale apportée par l'ensemble des chercheurs issus des diverses institutions archéologiques impliquées dans le programme de recherche (Service archéologique de la Ville de Lyon, Université, CNRS, Inrap, Musée gallo-romain, Musée des Beaux-Arts, Ministère de la Culture (DRAC SRA Auvergne-Rhône-Alpes), opérateurs privés agréés, chercheurs bénévoles...). Des textes d'introduction traitent de la ville antique dans sa globalité : histoire des recherches, cadre naturel, épigraphie, sources littéraires, histoire de Lyon de sa fondation à l'arrivée des Burgondes... Des synthèses thématiques font le point sur les principaux apports à la connaissance : trames urbaines et réseaux viaires, architecture domestique, hydraulique, topographie, abandon de la ville haute... Une cartographie au 1/1 000, sur le fond cadastral géoréférencé de la Métropole de Lyon, présente l'organisation topographique précise des vestiges par secteurs. Des plans de synthèse au 1/5 000 en reprennent la cartographie d'ensemble. C'est la période du milieu du Ier siècle jusqu'au second siècle ap. J.-C qui a été retenue pour la cartographie des vestiges, car elle correspond pour Lugdunum à une phase d'expansion maximale de la ville dotée de l'ensemble de ses équipements publics : amphithéâtre, théâtre, odéon, hippodrome, sanctuaires, thermes... L'emprise de l'aire urbanisée de la cité à cette période représente environ 330 ha. Une abondante iconographie (plus de 950 illustrations) accompagne l'ensemble des textes, sous forme de photographies, de cartographies de détails à différentes échelles. Entre autres, les Archives municipales de Lyon, les Archives départementales du Rhône et de la Métropole, la Bibliothèque municipale, le Musée des Beaux-Arts, les Musées Gadagne ont été sollicités. L'Atlas topographique de Lugdunum est organisé en plusieurs volumes. Le premier et présent volume est consacré à Fourvière, la ville haute, coeur de la colonie fondée par Plancus. Le second volume, en préparation, traitera de la ville basse, presqu'île et quartiers fluviaux. L'emprise concernée par le volume I couvre environ une centaine d'hectares et comprend treize feuilles au 1/1 000, dont certaines comportent plusieurs états. Sa chronologie va de la fondation de la colonie en 43 av. J.-C. à l'abandon de la colline de Fourvière, vers la fin du IIIe siècle ap. J.-C.

  • - 33 dictées d'écrivains pour mesurer et améliorer ses compétences en orthographe, testées lors de championnats d'orthographe.
    - Commentaires explicatifs fondés sur les erreurs commises couramment.
    - 2 niveaux de difficultés ; textes accessibles dès la fin du secondaire.
    - Version audio des dictées téléchargeable gratuitement, pour s'entrainer en toute autonomie.

  • Particularités juridiques du vocabulaire français Accords grammaticaux Locutions latines Le classement alphabétique permet de trouver rapidement : termes juridiques - langue commune - mots nouveaux - faux amis - pléonasmes - prépositions - conjugaisons - féminins - formes nouvelles recommandées - régionalismes belges - expressions figées - locutions latines.

    Complice ou coauteur ? Sont traités ensemble les mots que l'on confond (légal, légitime, licite) ou que l'on croit synonymes (arrhes et acompte), les homonymes (cession, session) et les paronymes (conjecture, conjoncture).
    Archaïsmes (il appert, il échet). Redondances (voire même). Majuscules. Abréviations.
    Emprunts anglo-américains (deal, coach). Traits d'union (donne-le-lui).

    Le plaisir de parler et d'écrire correctement en toute sécurité linguistique !

  • Y a-t-il différentes manières de pacifier un conflit selon la culture et la langue ? Voici des textes de médiateurs francophones dégageant les multiples aspects de la médiation selon que l'objectif est davantage axé sur l'accord ou sur la restauration de la relation. Avec des limites parfois mal définies entre l'ombudsman, le thérapeute, le coach, le consultant, le gestionnaire des ressources humaines, le pédagogue ou le travailleur social. Quelles méthodes de travail ? Quels langages ?

  • La pratique de la dictée permet d'évaluer ses compétences orthographiques, puis de les améliorer. La nouvelle édition d'Écrire sans faute met à la portée des jeunes et des moins jeunes trente-quatre dictées des Championnats d'orthographe de Belgique de 1992 à 2011. Ces textes proviennent de 26 auteurs belges, constituant une petite anthologie de la littérature française de Belgique.

    Les textes présentés ici ont réellement servi de dictées et donnent à l'ouvrage un avantage considérable par rapport à d'autres livres du même type. En effet, les commentaires sont fondés sur des erreurs commises par les candidats, erreurs que les utilisateurs de ce recueil risquent de commettre à leur tour. Ces derniers trouveront dans les commentaires les corrections appropriées et les explications utiles qui leur permettront d'éviter ces écueils.

    Ce recueil s'adresse aux professeurs qui souhaitent proposer à leurs élèves des dictées de contrôle, aux jeunes de quinze à vingt ans, inscrits dans l'enseignement secondaire, supérieur ou universitaire et à tous les usagers du français soucieux d'améliorer leur orthographe.

  • Titre: Les médias de la diversité culturelle dans les pays latins d'Europe Theme1: Droit - Droit européen - Autres ouvrages Theme2: Droit - Droit privé - Droit des NTIC et des médias Résumé: Intitulé Investir dans la diversité culturelle et le dialogue interculturel, le premier rapport intersectoriel signé par Irina Bokova, directrice générale de l'Unesco depuis 2009, confirme une thématique universelle au service de la paix par la meilleure compréhension entre les peuples. Autrement dit : un enjeu de la mondialisation en cours. Aussi, en abordant la question des médias dans la problématique de l'expression culturelle des populations minoritaires, le présent ouvrage participe de l'esprit des Nations unies et de son agence spécialisée qu'est l'Unesco. Il s'appuie sur la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de 2005 ainsi que sur les orientations politiques d'institutions européennes comme le Conseil de l'Europe et l'Union Européenne. Malgré les intentions et pistes tracées par divers textes internationaux de référence ayant donné une légitimité juridique et sociopolitique aux minorités culturelles et linguistiques, les médias généralistes en font peu état et les médias de ces minorités restent trop souvent sous-représentés.

    Un premier état des lieux est donc proposé pour l'Europe latine. Spécialistes, observateurs et chercheurs montrent que les Etats n'ont pas tous fait le choix d'une politique convergente à l'égard de citoyens présentant des caractéristiques culturelles, linguistiques, religieuses ou autres qui leur sont spécifiques. Si des problèmes socioculturels et politiques demeurent actuels, la réalité de populations différentes, et identifiées comme telles, ne saurait plus être niée mais, au contraire, valorisée par le respect des différences, surtout quand celles-ci s'expriment dans des langues minoritaires, voire en cours de disparition.

    D'où l'intérêt de l'examen des relais médiatiques, qu'ils soient d'information générale, spécialisés ou appropriés à chaque communauté reconnue, dans le but d'un meilleur dialogue et d'une meilleure compréhension mutuelle.

    Sont ainsi abordées, entre autres, les minorités historiques en Belgique, Espagne, France, Italie, Suisse : Bretons, Basques, Catalans, Corses, Créoles, Romanches, Sardes ou encore Libanais francophones. Vu la nature du sujet, cette présentation ne prétend pas à l'exhaustivité. Est-elle d'ailleurs possible quand nombre de données statistiques font défaut ? Premier parmi d'autres relatifs à l'Afrique et à l'Europe centrale et orientale, cet ouvrage ouvre une voie réflexive sur l'évolution mondiale.

    Avec les contributions de:
    Françoise Albertini, Frédéric Antoine, Gloria Awad et Dana Abi Karam, Philippe Amez-Droz, Sonia Bahri, Serge-Théophile Balima, Eneko Bidegain, Philip Blair, Fañch Broudic, Michel Cahen, Jean-Jacques Cheval, Raymond Cipolin, Gilles Demeure, José Larrañaga Zubizarreta et Ainara Larrondo-Ureta, Anne-Marie Laulan, Annie Lenoble-Bart, Michel Mathien, Alain Modoux, Carmen Peñafiel, Pascal Ricaud, Isabelle Rigoni - Laura Navarro et Maria Margherita Satta, Eugénie Saitta, Yann Tanguy, Thierry Vissol, Bernard Wuillème

    Sur commande
  • Seriez-vous en défaut ? Qui vous a donné le change ? Adressez-vous à un fin limier. Il vous mettra sur la voie. Les usagers de la langue française ne se doutent pas du nombre élevé de locutions cynégétiques qui sont passées dans le vocabulaire courant. Définir ces locutions et déceler leur sens originel, humer l'odeur des prés et des bois, entendre les fanfares de chasse, toucher le chaperon et le leurre pendant le dressage des faucons, suivre les chiens, faire tête avec le cerf. voilà le contenu et le plaisir de cet ouvrage. Quatre modes de chasse ont fourni des termes à la langue usuelle : la vénerie, la fauconnerie, la chasse à tir et le piégeage. Les termes les plus anciens sont nés à la cour des rois de France, férus d'art cynégétique. Ce recueil propose une quête lexicale dans le passé et le présent de la langue, dans la chasse gardée d'une terminologie riche et imagée, réservée aux initiés, mais offerte ici aux passionnés de langue française. Il est préfacé par Jean Pruvost.

    Sur commande
  • La clarté de l'écriture en droit suppose l'usage de termes utiles, propres et correctement écrits.

    Le présent dictionnaire entend répondre vite et bien aux questions que se posent spécialement avocats, magistrats, notaires lorsqu'ils rédigent plaidoiries, arrêts, actes et autres textes.

    Le classement alphabétique permet de trouver rapidement : sens des termes juridiques - langue commune - mots nouveaux - faux amis - pléonasmes - prépositions - conjugaisons - féminins - formes nouvelles recommandées - régionalismes - expressions figées - locutions latines.
    Complice ou coauteur ? Sont traités ensemble les mots que l'on confond (légal, légitime, licite) ou que l'on croit synonymes (arrhes et acompte), les homonymes (cession, session) et les paronymes (conjecture, conjoncture).
    Archaïsmes (il appert, il échet). Redondances (voire même). Majuscules. Abréviations. Emprunts anglo-américains (deal, coach). Traits d'union (donne-le-lui).

    La garantie de parler et d'écrire correctement en toute sécurité linguistique !

    C'est un ouvrage exceptionnel, une référence et un travail inégalé ! C'est l'auteur du "Petit lexique" qui vous le dit... Didier Guével.

empty