Editions Du Masque

  • Prends ma main

    Megan Abbott

    Kit est une jeune chercheuse en physique, ambitieuse, intelligente, en passe d'obtenir le poste de ses rêves auprès de son mentor et idole. Mais une nouvelle recrue vient troubler ses plans et son passé revient la hanter lorsqu'elle découvre que sa rivale n'est autre que Diane, sa meilleure amie du lycée, perdue de vue depuis plus de dix ans. Dix ans durant lesquels Kit s'est efforcée d'oublier Diane et le lourd secret qu'elles partagent.
    Rapidement, la compétition devient un jeu dangereux qui menace de les détruire...
      Un roman psychologique hypnotisant sur la capacité d'un secret à souder une amitié pour toujours. Ou la détruire à jamais.
          Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jean Esch

  • Elle a les épaules élancées, les hanches étroites et des yeux sombres qui transpirent une détermination presque glaçante. À quinze ans, Devon est le jeune espoir du club de gymnastique Belstars, l'étoile montante sur qui se posent tous les regards, celle qui suscite tour à tour l'admiration et l'envie. Quand on est les parents d'une enfant hors norme, impossible de glisser sur les rails d'une vie ordinaire. C'est du moins ce que pense Katie, la mère de Devon, qui se dévoue corps et âme à la réussite de sa fille, même si cela demande des sacrifices.
    Lorsqu'un incident tragique au sein de leur communauté réveille les pires rumeurs et jalousies, Katie flaire le danger s'approcher de sa fille et sort les griffes. Rien ni personne ne doit déconcentrer sa fille ou entraver la route toute tracée pour elle. Mais les rumeurs ne sont pas toujours infondées... et les enfants rarement conscients des montagnes qu'on déplace pour eux. Reste à déterminer quel prix Katie est prête à payer pour voir Devon atteindre le sommet.

    Sur commande
  • A partir de faits divers des années 50, Abbott met en scène, dans ce roman comme dans les suivants, des relations perverses entre femmes. Ici, une jeune personne ordinaire raconte comment, lasse de son petit job et d'avoir à s'occuper de son père, elle est repérée par la reine du Milieu, célèbre pour ses jambes et le sang froid avec lequel elle règle différentes opérations criminelles (jeu, alcool, courses) pour le compte de la Mafia. Gloria Denton « pygmalionne » la petite, essaie d'en faire sa digne héritière. Jusqu'au jour où la protégée tombe sous le charme d'un bon à rien, joueur flambeur et cynique. Et se laisse convaincre de trahir son mentor. L'engrenage est fatal et la fureur de Gloria, phénoménale. La gamine assiste au meurtre de son amant mais ne veut pas perdre tout ce qu'elle a acquis. Comment faire pour s'en sortir sans encombre ? L'écriture de Megan Abbott est un tour de force : sèche et rythmée, elle se joue de l'argot de l'époque, dégage une ambiance, sexy et vénéneuse, de danger et de tension permanents. C'est noir comme du Willeford, opaque, étouffant et brillantissime.Traduit de l'américain par Nicolas Richard

    Sur commande
  • Red room lounge

    Megan Abbott

    Die a Little renvoie à une célèbre chanson de Gerswhin : « chaque fois que je te quitte, je meurs un peu ». Dans la banlieue de Los Angeles, Lora, jeune enseignante, et son frère Bill vivent en harmonie dans la maison héritée de leurs parents.
    Un soir, une jolie inconnue a un accident de voiture. Bill, qui est flic, l'emmène à l'hôpital, en tombe amoureux et l'épouse vite fait. Maîtresse de maison irréprochable, la belle Alice cartonne dans la communauté avec ses barbecues du dimanche et tourne la tête de tous les hommes. Lora, contrainte de quitter la maison familiale au bénéfice du jeune couple, pressent chez elle une tension inexplicable et s'interroge : pourquoi son énigmatique belle-soeur est-elle si discrète lorsqu'on lui parle de sa vie passée ? Il y a forcément une face cachée de l'iceberg, encore que « iceberg » soit tout sauf le mot juste. Dans le registre de la relation entre femelles rivales, Megan Abbott jongle avec toutes les facettes du stupre, de la jalousie et de la vengeance, opposant la petite vie tranquille des banlieues résidentielles aux turpitudes du milieu des truands.
    Et des deux femmes, la plus fatale n'est pas celle que l'on croit.Traduit de l'américain par Jean Esch

    Sur commande
  • Marion Seeley est abandonnée par son mari médecin à Phoenix, Arizona. Dans la clinique où elle trouve un travail comme secrétaire, elle se lie d'amitié avec Louise, une infirmière délurée et sa colocataire, Ginny, une blonde tuberculeuse. Très vite, Marion, toute réservée et sainte-nitouche qu'elle paraît, est entraînée par la vie exubérante de ses deux amies qui arrondissent leurs fins de mois en organisant de folles soirées avec les notables de la ville. Lors de l'une d'elles, Marion fait la connaissance de Joe Lanigan, un homme politique local, séducteur, truand sur les bords, et habitué des lieux. Envoûtée par son charme viril et fougueux, Marion perd la raison, découvre le sexe illicite « ce qui ne se fait pas » et sombre dans les affres de la jalousie...
    Cette histoire est tirée d'un fait divers qui a défrayé la chronique dans les années trente : un agent de la gare de Los Angeles trouve les corps découpés de jeunes femmes dans deux malles de voyage.

    Sur commande
empty