• Maurice halbwachs (1877-1945) est mort en déportation sans pouvoir assurer lui-même l'édition de " la mémoire collective ".

    Aujourd'hui, cinquante ans après sa parution posthume non conforme au voeu de l'auteur, gérard namer, professeur de sociologie à paris-vii, propose la première édition critique, fidèle au manuscrit autographe, de ce texte désormais devenu un classique.
    Dépassant la simple nécessité érudite, cette réédition fait redécouvrir l'oeuvre dernière du grand sociologue. inversant la problématique qu'il avait développée en 1925 dans " les cadres sociaux ", halbwachs centre son analyse sur la valeur et l'individu, dans un geste de défi " républicain " à la barbarie qui déchira son époque et à la " corruption " des institutions culturelles qu'entraîne aujourd'hui encore, en cette fin de siècle, la post-modernité.

    Le lecteur va, enfin, pouvoir lire le testament théorique de celui qui reste l'initiateur de la sociologie de la mémoire.

  • « Père moderne des études sur la mémoire », Maurice Halbwachs est désormais un classique pour la sociologie et pour l'ensemble des sciences humaines. Philosophe de formation, passé à la sociologie en même temps qu'il ralliait les causes dreyfusarde et socialiste, il s'est imposé, dans l'entre-deux-guerres, comme une des principales figures de l'école sociologique française fondée par Émile Durkheim, avec en point d'orgue son élection au Collège de France en 1944 dans une chaire de « psychologie collective ».
    On attendait de son enseignement dans la prestigieuse institution qu'il apporte la touche finale à une oeuvre protéiforme. Mais, déporté à Buchenwald où il mourut le 16 mars 1945, Maurice Halbwachs n'eut pas même l'occasion de prononcer sa leçon inaugurale. Cette ultime synthèse existe pourtant bel et bien, dans un cours de psychologie collective donné en Sorbonne au tournant des années 1940, dont il n'existait jusque-là que quelques copies ronéotypées.
    Pensé comme une introduction générale à la sociologie, ce cours, dans lequel, préfigurant la démarche de Pierre Bourdieu, il se confronte à la question de la singularité individuelle, se trouve ici édité pour la première fois.

  • Depuis plus d'une décennie, le nom d'Halbwachs s'est imposé comme une référence essentielle de la sociologie de la mémoire collective. Cette réédition s'accompagne des contributions de cinq auteurs (sociologues, historiens et philosophes) qui rassemblent et présentent les travaux sur la mémoire collective menés par Halbwachs. Danièle Hervieu-Léger situe l'ouvrage dans le contexte actuel de la sociologie des faits religieux ; le philosophe Jean-Pierre Cléro restitue l'arrière-plan leibnizien ; Marie Jaisson analyse les étapes des travaux de l'auteur sur la mémoire depuis les années 1920 jusqu'à ses derniers textes ; Sarah Gensburger montre comment la démarche de l'auteur a été reprise dans l'enquête récente sur «Juste parmi les Nations»; enfin, Éric Brian souligne l'importance de ce livre pour l'analyse des relations entre histoire et sciences sociales.

  • Héritier et critique de durkheim, maurice halbwachs (1877-1945) fut le véritable initiateur et théoricien de la sociologie de la mémoire.
    Parue pour la première fois en 1925, son étude des cadres sociaux de la mémoire a profondément influencé les historiens et les sociologues ; elle retrouve toute son importance aujourd'hui que la question de la mémoire collective s'impose plus que jamais. la présente édition est accompagnée d'une postface de gérard namer, professeur de sociologie à l'université de paris-vii et auteur d'un essai sur la pensée de halbwachs (mémoire et société, paris, 1987), qui, grâce à une lecture des cahiers laissés par l'auteur, éclaire son oeuvre d'un jour nouveau.

  • " Ce volume réunit pour la première fois deux livres depuis longtemps introuvables de Maurice Halbwachs. Le premier, La classe ouvrière et les niveaux de vie. Recherches sur la hiérarchie des besoins dans les sociétés industrielles contemporaines, date de 1912. Le second, L'évolution des besoins dans les classes ouvrières, a été publié en 1933 à la suite du séjour de l'auteur à l'université de Chicago à l'automne 1930. Ces deux livres ont en commun de traiter des ouvriers et de ce qu'ils consomment sur des bases statistiques de grande qualité.
    Ils portent sur la réalité sociale de la première moitié du dix-neuvième siècle. Nos sociétés ayant connu depuis des transformations considérables, à quoi bon rééditer deux ouvrages centrés sur les dépenses des ouvriers allemands en 1907 et en 1927 ou l'évolution des consommations des ouvriers américains de la fin du dix-neuvième siècle jusqu'au début des années trente ? L'intérêt historique de ces études est certes immense : fondées sur l'analyse détaillée des carnets de compte, elles permettent de connaître avec une grande précision les parts respectives de leurs budgets que consacraient les ouvriers et les employés de l'époque en fonction de leur salaire à leurs aliments, leurs vêtements ou leurs logements. Ce n'étaient pas les mêmes. Mais au-delà de cet intérêt historique, la réédition de ces deux livres concerne aussi le présent de nos propres sociétés puisqu'elle permet de mesurer sur des bases précises l'évolution des consommations sur un siècle. Les statisticiens d'aujourd'hui ne se privent pas de prendre du recul pour mieux comprendre l'actualité. La qualité des travaux produits par Halbwachs permet de disposer d'un recul plus grand encore et de comparer avec précision la classe ouvrière contemporaine avec celle d'il y a cent ans. Ces deux livres constituent des jalons dans l'histoire sociale des ouvriers mais aussi de la consommation et des façons de l'appréhender. Ils enregistrent déjà à vingt ans d'intervalle, entre l'avant et l'après 14-18, des transformations considérables. Les faits sociaux prennent leur sens dans leur histoire. " (extrait de la Préface).
    Maurice Halbwachs (1877-1945), élève de Bergson et de Durkheim, fut l'un des principaux sociologues de l'entre-deux-guerres. Il a fondé la sociologie de la mémoire collective. Ses travaux sur la formation des villes et la transformation des classes sociales ont nourri la sociologie d'après guerre. Peu après son élection au Collège de France, il fut arrêté par la police française en juillet 1944, remis par elle aux autorités d'Occupation, puis déporté à Buchenwald où il est mort le 15 mars 1945.

  • Que voit un voyageur quand il visite un Nouveau Monde déjà saturé de commentaires ? Que saisit un savant invité par ses pairs de la science élaborée dans un autre pays ? Le séjour de Maurice Halbwachs à l'université de Chicago à l'automne 1930 répond à ces questions et constitue de ce double point de vue une expérience fascinante.
    Ces Ecrits d'Amérique regroupent pour la première fois l'ensemble des archives, abondantes et largement inédites, de ce voyage du sociologue français. De l'homme, on découvre une correspondance quasi quotidienne avec son épouse restée en France, où sont relatées ses rencontres à l'université, ses longues promenandes dans la ville, ses impressions et réflexions sur un pays "je ne sais quoi de plus riche et plus libre".
    Du voyageur, on lit une chronique anonyme publiée dans un grand quotidien républicain lyonnais, Le Progrès, où est donnée l'image d'une Amérique assimilant ses immigrants mais déchirée par le problème noir et qui ne peut exister comme nation qu'en obtenant de chacun l'oubli de ses origines et le conformisme le plus strict. Du savant enfin, on revisite de grands articles scientifiques sur les budgets des familles ouvrières américaines et sur Chicago, métropole à la croissance fulgurante.
    Une question sous-tend ces textes : la théorie que Halbawachs avait bâtie sur les classes sociales, et particulièrement sur la classe ouvrière, résiste-t-elle à la double épreuve de l'abondance économique et de la "diversité des types et genres de vie ethniques" ? Les écrits d'Amérique permettent d'observer de façon quasiment ethnographique les rapports entre l'homme privé et le savant.

    Ils prennent ainsi la valeur d'archives de la sociologie de Maurice Halbwachs et en rendent possibles de nouvelles lectures.

  • Sans que ses idées fassent consensus, John Maynard Keynes (1883-1946) est considéré comme l'économiste le plus important du xxe siècle. S'opposant à l'orthodoxie libérale, ses réflexions, exposées notamment dans la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (1936), ont profondément influencé la pensée économique moderne. Elles ont montré les limites des raisonnements classiques et néoclassiques, proposé une nouvelle approche du problème du chômage, renouvelé la théorie monétaire, ouvert la voie à l'analyse macroéconomique. Keynes a aussi pris part à de grands débats politico-économiques, tels ceux portant sur les réparations de guerre en 1919 ou la reconstitution d'un système monétaire international en 1944.
    Désormais reconnu comme figure de premier plan de la sociologie française de la première moitié du xxe siècle, Maurice Halbwachs (1877-1945) a laissé une oeuvre d'une grande richesse, allant de l'étude de la morphologie sociale à celle de la psychologie collective et portant sur la consommation, les classes sociales, la mémoire des groupes et des sociétés, le suicide, la vie urbaine, la religion et la démographie. Elle contient aussi de nombreux écrits méthodologiques consacrés aux problèmes de quantification en sciences sociales. Inspiré par François Simiand (1873-1935), Halbwachs a en outre porté un regard critique sur l'économie politique telle qu'elle a été longtemps pratiquée - de là, entre autres, les écrits sur Keynes ici rassemblés.
    Gilles Montigny est ancien élève de l'École normale supérieure de Cachan, agrégé et docteur en sciences sociales, chercheur associé à l'École des hautes études en sciences sociales. Il s'est attaché, tant dans ses enseignements que dans ses travaux de recherche, à développer une approche réellement interdisciplinaire des objets étudiés ; cela l'a amené à confronter sciences économiques, sociologie, géographie, statistique sociale, études urbaines. Il s'intéresse particulièrement aux auteurs qui, tel Halbwachs, ont refusé des spécialisations trop étroites et insufflé un esprit d'ouverture aux sciences sociales.

  • Intégrant les grandes approches du xixe siècle et celles de son temps (saint-simon, marx, weber, schmoller...), maurice halbwachs (1877-1945) présente ici une théorie synthétique et originale des classes sociales, où il explique que chacune d'entre elles est le produit d'une histoire qui détermine sa place dans la société actuelle et les rapports qu'elle entretient avec les autres classes.
    Critiquant marx sans le rejeter, il montre que la position de chaque classe dépend essentiellement de représentations liées à l'inégale participation des individus à la vie collective, à la proximité ou à l'éloignement des occupations considérées comme les plus prestigieuses, et à l'intériorisation par ceux-ci de ce qui les différencie des personnes appartenant à d'autres milieux. au moment où le débat sur la " disparition " ou le " retour " des classes sociales bat son plein, il est temps de redécouvrir ce grand texte méconnu de la sociologie française que constitue le cours donné par l'un des proches collaborateurs d'émile durkheim à strasbourg puis à la sorbonne entre le début des années 1930 et 1942.
    Aboutissement d'une trentaine d'années d'investigations sur les classifications et la morphologie sociale, il se situe au confluent des recherches de l'auteur consacrées au travail, aux niveaux de vie et aux consommations, à la mémoire et à la conscience collectives, à la ville et à l'urbanisation.

  • Les causes du suicide

    Maurice Halbwachs

    • Puf
    • 19 November 2002

    Cet ouvrage de Maurice Halbwachs paru en 1930, soit trente-trois ans après le célèbre texte d'Émile Durkheim, n'avait connu jusqu'ici aucune réédition. Il était presque tombé dans l'oubli. Pourtant Marcel Mauss disait clairement dans son avant-propos que l'on ne pouvait pas lire Durkheim sans lire aussi Halbwachs. Ceux qui ont lu Le suicide doivent donc aussi lire Les causes du suicide.
    En désaccord sur de nombreux points avec Durkheim, Halbwachs est resté néanmoins son fidèle disciple et n'a pas cherché à apparaître comme son rival. Dans Les causes du suicide, il montre les failles et les limites du Suicide de Durkheim. Il reprend, nuance, corrige le maître, et parvient à des conclusions différentes des siennes, mais n'emploie jamais un style polémique pour s'en démarquer.
    Cet ouvrage mérite d'être lu aujourd'hui, non seulement parce qu'il prolonge celui de Durkheim - ce qui est déjà une raison suffisante -, mais aussi parce qu'il suscite des interprétations nouvelles et contribue à dépasser l'opposition classique, mais à la longue stérile, entre individu et société. Il conduit à l'analyse de la conscience sociale des sociétés, ce qui relève de la psychologie collective. Il constitue aussi, à travers l'interprétation minutieuse des statistiques du suicide, une remarquable leçon sur la variabilité des genres de vie et sur les fondements du lien social. - Serge Paugam

  • La Politique foncière des municipalités / Maurice Halbwachs Date de l'édition originale : 1908 Collection : Les Cahiers du Socialiste ; 3 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • " Que vaut véritablement une moyenne ? " " ce n'est pas par hasard si...
    ", " les penchants ", " les propensions "... autant d'expressions entrées dans le vocabulaire des sciences humaines et sociales depuis plus d'un siècle, et présentes aujourd'hui dans le discours quotidien. Elles ont été formées d'après Adolphe Quetelet et avec le succès de la statistique morale au XIXe siècle, puis en passant par la critique sociologique dont la thèse complémentaire soutenue par Maurice Halbwachs en janvier 1913 fut le point d'orgue.
    L'ouvrage demeure méconnu, même s'il a nourri la réflexion de Georges Canguilhem sur le normal et le pathologique. C'est l'oeuvre de jeunesse d'un élève de Henri Bergson, familier de l'oeuvre de Leibniz et surtout passionné par l'étude des faits sociaux et économiques selon la méthode sociologique d'Emile Durkheim. L'ouvrage annonce l'oeuvre publiée dans l'entre-deux-guerre aujourd'hui reconnue comme l'une des plus important du XXe siècle en sociologie.
    Tenace, Halbwachs analyse le corpus quetelésien et offre un magnifique document au lecteur qui pourra exercer sa réflexion critique et sa sagacité empirique. Rigoureux et intuitif, il indique, dès 1912, certains des renouvellements les plus actuels de la sociologie : les phénomène sociaux sont complexes (Halbwachs reprend le mot Henri Poincaré) et il faut en passer par le raisonnement probabiliste.

  • La Théorie de l'homme moyen, essai sur Quételet et la statistique morale, par Maurice Halbwachs,...
    Date de l'édition originale : 1913 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • Leibniz

    Maurice Halbwachs

    Leibniz, par Maurice Halbwachs,...
    Date de l'édition originale : 1907 Collection : Les Philosophes Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • La classe ouvrière et les niveaux de vie : recherches sur la hiérarchie des besoins dans les sociétés industrielles contemporaines / thèse... par Maurice Halbwachs,...
    Date de l'édition originale : 1912 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
empty