• Sade est prisonnier. Il accumule les contes et nouvelles, dans une réflexion sur le sens du mal. En 1800, il publie onze récits sous le titre Crimes de l'amour, nouvelles héroïques et tragiques. Il les complète par des contes légers ou bizarres, qui paraîtront après sa mort : les Contes étranges. Ils regroupent des historiettes, qui relèvent de l'inspiration licencieuse propre aux conteurs de la Renaissance, et des contes et fabliaux, qui seraient les inventions d'un troubadour du XVIIIsupe/sup siècle. Ces récits courts ne sont pas de simples essais en vue des grands romans. Ils constituent le pôle nécessaire d'une création romanesque qui fonctionne entre réalité et imaginaire, entre demande d'indulgence et revendication de l'outrance. Ils racontent la discordance du désir avec l'ordre social, de la réalité vécue avec les théories. Ils cartographient nos désirs comme nos hantises.

  • Une épouse trompée qui se masque, passant ainsi pour une belle inconnue, pour raviver le désir de son mari ; un abbé qui inculque à son jeune élève les rudiments d'une théologie fort originale, en sollicitant corps et âme une délicieuse jeune fille du voisinage... Une galerie de personnages hauts en couleur qui font éclater le carcan des bienséances avec audace et bonne humeur. Neuf contes grivois et joyeux célébrant dans une langue irrésistible les plaisirs des sens et le renouveau du désir.

  • Un extrait de La Philosophie dans le boudoir mit en lumière pour en saisir toute l'importance Français, encore un effort si vous voulez être républicains est un extrait de La Philosophie dans le boudoir, ensemble de dialogues publiés anonymement en 1795. S'il n'est pas une oeuvre à part entière, c'est un manifeste politique inséré dans le Cinquième dialogue. Articulé autour de deux thèmes, « La religion » et « Les moeurs », Sade reprend succinctement les idées contenues dans le roman en posant les bases d'un nouveau contrat social. Il y déploie une argumentation marquée par un athéisme et un matérialisme ravageurs, et critique impitoyablement toute contrainte sociale, morale ou politique qui tend à s'opposer à la volonté de l'individu. Ce qui l'amène notamment à promouvoir la libération sexuelle des femmes et à réfuter toute condamnation de l'homosexualité. « Est-il possible d'être assez barbare pour oser condamner à mort un malheureux individu dont tout le crime est de ne pas avoir les mêmes goûts que vous ? ». Sade discourt avec la même liberté sur l'avidité, le vol et l'assassinat, l'adultère ou l'inceste. Il convient alors de rappeler que le refus vigoureux de toute forme de contrainte a parfois mené l'auteur sur des chemins de traverse que le marquis ne pratiqua jamais. D'une portée universelle, Français, encore un effort si vous voulez être républicains propose des réponses radicales à des questions toujours d'actualité : religion, sexualité, liberté individuelle, conventions sociales... transgression, interdits ! Sade nous exhorte à jouir rageusement de notre liberté dans tous les domaines. Il espère ainsi parvenir à une forme d'utopie libertaire, basée sur un compromis social que chacun peut dénoncer ou renouveler à tout moment. On peut adhérer à sa vision, à certaines de ces idées ou les rejeter totalement, le débat reste ouvert... Sade nous offre une ode à la liberté de penser avec une plume bien acérée EXTRAIT Je viens offrir de grandes idées : on les écoutera, elles seront réfléchies ; si toutes ne plaisent pas, au moins en restera-t-il quelques-unes ; j'aurai contribué en quelque chose au progrès des lumières, et j'en serai content. Je ne le cache point, c'est avec peine que je vois la lenteur avec laquelle nous tâchons d'arriver au but ; c'est avec inquiétude que je sens que nous sommes à la veille de le manquer encore une fois. Croit-on que ce but sera atteint quand on nous aura donné des lois ? Qu'on ne l'imagine pas. Que ferions-nous de lois, sans religion ? Il nous faut un culte et un culte fait pour le caractère d'un républicain, bien éloigné de jamais pouvoir reprendre celui de Rome.

  • Quelles infortunes pour la vertueuse Justine ! Sans défense, elle se retrouve jetée malgré elle sur la pente du vice. Et ce n'est certainement pas au couvent qu'elle trouvera le salut : car entre les murs, où la débauche et la luxure sont les seuls mots d'ordre, les moines se livrent à des pratiques redoutables pour expier leurs désirs...

    Mis à jour par Apollinaire, ce premier manuscrit offre la version condensée et originelle du plus grand chef-d'oeuvre de Sade.

  • 'Justine' was the Marquis de Sade's first novella, written in 1787, whilst imprisoned for two weeks in the Bastille. Although published anonymously, de Sade was eventually indicted for blasphemy and obscenity (without trial) for the authorship of 'Justine' at the behest of Napoleon Bonaparte.

  • L'Instituteur
    philosophe


    De
    toutes les
    sciences qu'on inculque dans la tête d'un
    enfant lorsqu'on travaille à son
    éducation, les mystères du christianisme, quoique
    une des plus sublimes parties
    de cette éducation sans doute, ne sont pourtant celles qui
    s'introduisent avec
    le plus de facilités dans son jeune esprit. Persuader par
    exemple à un jeune
    homme de quatorze ou quinze ans que Dieu le père et Dieu le
    fils ne sont qu'un,
    que le fils est consubstantiel à son père et que
    le père l'est au fils, etc.,
    tout cela, quelque nécessaire néanmoins que cela
    soit au bonheur de la vie, est
    plus difficile à faire entendre que de
    l'algèbre, et lorsqu'on veut y
    réussir,
    on est obligé d'employer de certaines tournures
    physi-ques, de certaines
    explications matérielles qui, toutes
    dispro-portionnées qu'elles sont,
    facilitent pourtant à un jeune homme
    l'intelligence de l'objet mystérieux.
    Personne
    n'était plus profondément
    pénétré de cette méthode
    que M. l'abbé Du Parquet,
    précepteur du jeune comte de Nerceuil,
    âgé d'environ quinze ans et de la plus
    jolie figure qu'il fût possible de voir.
    -
    M. l'abbé,
    disait journellement le petit comte à son instituteur, en
    vérité la
    consubstantialité est au-dessus de mes forces, il
    m'est absolument impossible
    d'entendre que deux personnes puissent n'en faire
    qu'une : développez-moi
    ce mystère, je vous en conjure, ou mettez-le du moins
    à ma portée.
    L'honnête
    abbé, envieux de réussir dans son
    éducation, content de pouvoir faciliter à son
    élève tout ce qui pouvait en faire un jour un
    joli sujet, imagina un moyen
    assez plaisant d'aplanir les difficultés qui
    embarrassaient le comte, et ce
    moyen pris dans la nature devait nécessairement
    réussir. Il fit venir chez lui
    une petite fille de treize à quatorze ans et ayant bien
    éduqué la mignonne, il la
    conjoint à son jeune élève.
    -
    Eh bien,
    lui dit-il, à présent, mon ami, concevez le
    mystère de la consubstantialité :
    comprenez-vous avec moins de peine qu'il est possible que
    deux personnes n'en
    fassent qu'une ?

  • Who but the Marquis de Sade would write, not of the pain, tragedy, and joy of love but of its crimes? Murder, seduction, and incest are among the cruel rewards for selfless love in his stories; tragedy, despair, and death the inevitable outcome. This new selection includes 'An Essay on Novels', Sade's penetrating survey of the novelist's art. - ;'Senneval, you see in me your sister, the girl you seduced at Nancy, the woman who murdered your son, the wife of your own father and the ignoble creature who sent your mother to the gallows...' Who but the Marquis de Sade would write, not of the pain, tragedy, and joy of love but of its crimes? Murder, seduction, and incest are among the cruel rewards for selfless love in his stories; tragedy, despair, and death the inevitable outcome. Sade's villains will stop at nothing to satisfy their depraved passions, and they in turn suffer under the thrall of love.

    Psychologically astute, and defiantly unconventional, these stories show Sade at his best. A skilled and artful storyteller, he is also an intellectual who asks questions about society, about ourselves, and about life, for which we have yet to find the answers. This new selection includes 'An Essay on Novels', Sade's penetrating survey of the novelist's art. - ;[An] excellent new edition... A recommended introduction to the Sadean oeuvre for anyone genuinely interested in the ideas that won him enduring notoriety. - Ruth Scurr, Times Literary Supplement

  • Who but the Marquis de Sade would write, not of the pain, tragedy, and joy of love but of its crimes? Murder, seduction, and incest are among the cruel rewards for selfless love in his stories; tragedy, despair, and death the inevitable outcome. This new selection includes 'An Essay on Novels', Sade's penetrating survey of the novelist's art. - ;'Senneval, you see in me your sister, the girl you seduced at Nancy, the woman who murdered your son, the wife of your own father and the ignoble creature who sent your mother to the gallows...' Who but the Marquis de Sade would write, not of the pain, tragedy, and joy of love but of its crimes? Murder, seduction, and incest are among the cruel rewards for selfless love in his stories; tragedy, despair, and death the inevitable outcome. Sade's villains will stop at nothing to satisfy their depraved passions, and they in turn suffer under the thrall of love.

    Psychologically astute, and defiantly unconventional, these stories show Sade at his best. A skilled and artful storyteller, he is also an intellectual who asks questions about society, about ourselves, and about life, for which we have yet to find the answers. This new selection includes 'An Essay on Novels', Sade's penetrating survey of the novelist's art. - ;[An] excellent new edition... A recommended introduction to the Sadean oeuvre for anyone genuinely interested in the ideas that won him enduring notoriety. - Ruth Scurr, Times Literary Supplement

  • Cet ebook bénéficie d'une mise en page esthétique optimisée pour la lecture numérique.




    Ce texte du sulfureux Marquis de Sade fut écrit en prison en 1782. L'auteur s'inscrit dans les traces de Voltaire considérant la religion comme une montagne d'inepties, témoignage de l'obscurantisme. Sous la forme quasi d'un testament, il y affiche son athéisme et son libertinage à travers les propos d'un homme qui sentant la mort approcher, refuse de se repentir devant le prêtre. Entre les r
    éparties du moribond souvent justes, provocatrices et parfois excessives et les hésitations du prêtre très réjouissantes, vous aborderez avec délice les idées de ce célèbre auteur du siècle des lumières.

  • Ce livre numérique a fait l´objet d´une édition soignée pour garantir un confort de lecture optimal.







    Juliette, brune, les yeux coquins et charmeurs, est une jeune femme libertine et orgueilleuse. Contrairement à sa soeur, la vertueuse et naïve Justine, Juliette, au sortir du couvent, choisit le vice comme ligne de conduite. Cette anti-héroïne expérimente alors toutes les formes de dépravation possibles, côtoyant des individus tous plus déviants les uns que les autres...


    Aussi riche en scène explicites que Justine, le premier livre du marquis de Sade, Juliette continue à fasciner et à faire scandale par une immoralité viscérale propre à la pensée de son auteur.



    Longtemps rejeté en marge de la société, le sulfureux marquis de Sade est aujourd´hui considéré comme une référence de la littérature érotique.

  • Ce livre numérique a fait l´objet d´une édition soignée pour garantir un confort de lecture optimal.







    Justine, blonde, un visage d´ange et des yeux bleus, est une jeune femme naïve et vertueuse. À douze ans, elle est renvoyée du couvent. À partir de ce jour, son chemin ne va cesser de croiser les pires perversions. Elle sera la Vertu au milieu des vices...


    Premier livre du marquis de Sade publié de son vivant, ce roman ne cesse de fasciner. Son immoralité viscérale et ses scènes érotiques très explicites, où tous les vices sont exposés, en ont fait une oeuvre emblématique.



    Longtemps rejeté en marge de la société, le sulfureux marquis de Sade est aujourd´hui considéré comme une référence de la littérature érotique.

  • BnF collection ebooks - "Ce fut au couvent de Panthemont que Justine et moi fûmes élevées. Vous connaissez la célébrité de cette abbaye, et vous savez que c'était de son sein que sortaient depuis bien des années les femmes les plus jolies et les plus libertines de Paris. Euphrosine, cette jeune personne dont je voulus suivre les traces, qui, logée dans le voisinage de mes parents, s'était évadée de la maison paternelle, pour se jeter dans le libertinage, avait été ma compagne..."Cet ePub reproduit l'édition originale de 1797, les illustrations, à caractère pornographique, peuvent heurter la sensibilité des lecteurs.BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • Augustine

    Marquis De Sade

    • Ska
    • 1 June 2016

    Comment une lesbienne militante vient-elle à succomber à un homme entreprenant ? Sade, (premier militant LGBT au XVIII° ?), prône la liberté sexuelle dans une proclamation bienvenue et termine par un morceau de comédie où le conformisme sexuel détonne sous sa plume d'habitude sulfureuse. Un Sade léger qui marivaude, une surprise ! (Préface de Jean Zaganiaris) Un classique de la littérature érotique à (re)découvrir ! EXTRAIT Tout en jasant, on était sorti du bal, et l'adroite Augustine qui n'amenait pas là sa proie pour filer le parfait amour, avait eu soin de la conduire dans un cabinet très isolé dont, par les arrangements qu'elle prenait avec les entrepreneurs du bal, elle avait toujours soin de se rendre maîtresse. « Oh Dieu ! dit Franville, dès qu'il vit Augustine fermer la porte de ce cabinet et le presser dans ses bras, oh juste ciel, que voulez-vous donc faire ?... Quoi, tête à tête avec vous, monsieur, et dans un lieu si retiré... laissez-moi, laissez-moi, je vous conjure, ou j'appelle à l'instant au secours. » A PROPOS DE L'AUTEUR Donatien Alphonse François de Sade, né le 2 juin 1740 et mort le 2 décembre 1814, est un homme de lettres, romancier, philosophe et homme politique français, longtemps voué à l'anathème en raison de la part accordée dans son oeuvre à l'érotisme, associé à des actes de violence et de cruauté (tortures, incestes, viols, pédophilie, meurtres, etc.). L'expression d'un athéisme virulent est l'un des thèmes les plus récurrents de ses écrits.

  • Découvrez une facette modérée et amusante du « Divin Marquis » dans ces récits divertissants !
    POUR UN PUBLIC AVERTI. Écrit en 1788 alors que Sade était emprisonné à la Bastille et paru pour la première fois en 1926, Historiettes, contes et fabliaux est un recueil se composant de récits très courts où les histoires galantes se mêlent à des thèmes utilisés depuis le Moyen Âge. Ainsi, les contes « Cocu de lui-même » ou « Il y a place pour deux » suivent une nouvelle plus longue, « Le Président mystifié », le récit burlesque des aventures d'un président de la cour d'Aix.
    Malheureusement, la censure exercée par Napoléon a fait disparaître de nombreux manuscrits de Sade, alors que d'autres ont été perdus après sa mort.
    À l'instar des Contes en vers de La Fontaine, Sade rassemble en prose des histoires galantes et parfois moralisatrices.
    EXTRAIT
    L'Époux complaisant
    Toute la France a su que le prince de Bauffremont avait à peu près les mêmes goûts que le cardinal dont on vient de parler. On lui avait donné en mariage une demoiselle très novice, et que, suivant la coutume, on n'avait instruite que la veille.
    - Sans plus d'explication, dit la mère, la décence m'empêchant d'entrer dans de certains détails, je n'ai qu'une seule chose à vous recommander, ma fille, méfiez-vous des premières propositions que vous fera votre mari, et dites-lui fermement : Non, monsieur, ce n'est point par là qu'une honnête femme se prend, partout ailleurs autant qu'il vous plaira, mais pour là, non certainement...
    On se couche, et par un principe de pudeur et d'honnêteté qu'on avait été loin de soupçonner, le prince, voulant faire les choses en règle au moins pour la première fois, n'offre à sa femme que les chastes plaisirs de l'hymen : mais la jeune enfant bien éduquée, se ressouvenant de sa leçon :
    - Pour qui me prenez-vous, monsieur, lui dit-elle, vous êtes-vous imaginé que je consentirais à de telles choses ? Partout ailleurs autant qu'il vous plaira, mais pour là, non certainement.
    - Mais, madame...
    - Non, monsieur, vous avez beau faire, vous ne m'y déciderez jamais.
    - Eh bien, madame, il faut vous contenter, dit le prince en s'emparant de ses autels chéris, je serais bien fâché qu'il fût dit que j'aie jamais voulu vous déplaire. Et qu'on vienne nous dire à présent que ce n'est pas la peine d'instruire les filles de ce qu'elles doivent un jour à leur époux.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Donatien Alphonse François de Sade, alias le Marquis de Sade (1740-1814) est un homme de lettres, romancier et philosophe français. La quasi totalité de son oeuvre exprime un athéisme anticlérical et est teintée d'érotisme - souvent lié à la violence et à la cruauté -, ce qui lui a valu de connaître des mises à l'index et la censure. Sur les 72 ans qu'a duré sa vie, le Marquis de Sade en a passé 27 derrière les barreaux. Occultée et clandestine pendant tout le XIXe siècle, son oeuvre littéraire est réhabilitée au milieu du XXe siècle part Jean-Jacques Pauvert. Sa reconnaissance unanime de l'écrivain est représentée par son entrée dans la Bibliothéque de la Pléiade en 1990.
    À PROPOS DE LA COLLECTION
    Retrouvez les plus grands noms de la littérature érotique dans notre collection Grands classiques érotiques.
    Autrefois poussés à la clandestinité et relégués dans « l'Enfer des bibliothèques », les auteurs de ces oeuvres incontournables du genre sont aujourd'hui reconnus mondialement.
    Du Marquis de Sade à Alphonse Momas et ses multiples pseudonymes, en passant par le lyrique Alfred de Musset ou la féministe Renée Dunan, les Grands classiques érotiques proposent un catalogue complet et varié qui contentera tant les novices que les connaisseurs.

  • « Justine ou Les Malheurs de la vertu » est le premier ouvrage du Marquis de Sade publié de son vivant, en 1791. Il paraît un an après que le Marquis a été rendu à la liberté par la Révolution et l'abolition des incarcérations sans jugement.

    Cette oeuvre emblématique offre à voir partout le Vice triomphant et la Vertu victime de ses sacrifices. Elle met en scène Justine, orpheline renvoyée du couvent, comme une infortunée errant de malheurs en malheurs, sujette à toutes les débauches, aux goûts les plus barbares et les plus monstrueux de tout ceux qui la croisent. « Chef-d'oeuvre de corruption » sans cesse réécrit, les scènes d'orgies du roman donnent place à de longues dissertations morales et philosophiques d'athéisme et d'immoralisme.

    LUST Classics est une collection de classiques de la littérature érotique. Les oeuvres qui la composent ont été sélectionnées en raison de leur apport historique majeur au genre et ce malgré des contenus parfois susceptibles de choquer et d'être polémiques.



    Donatien Alphonse François de Sade (1740-1814) est un romancier français dont l'écriture est caractérisée par une liberté et une audace sans doute jamais atteintes dans le reste de la littérature. Son nom est passé à la postérité en 1834 sous le néologisme « sadisme », qui fait référence aux actes de cruauté décrits dans ses oeuvres. Interdites et diabolisées pendant tout le XIXe siècle, elles relatent des fantasmes sexuels sans limites. Son goût pour la luxure poussée à l'extrême lui vaudra un total de vingt-sept années en prison ou en asile pour « débauche outrée ».

  • Vers la fin du règne de Louis XIV, quatre aristocrates s'enferment dans un château avec quarante-deux victimes soumises corps et âmes à leur pouvoir absolu. Première grande oeuvre du marquis de Sade, sulfureuse et sans compromis, « Les 120 Journées de Sodome » fait l'inventaire exhaustif de six cents perversions assouvies en toute impunité, jusqu'aux plus extrêmes - où la plupart des victimes périssent dans d'épouvantables tourments - révélant avec un inimitable génie la face noire et inavouable de l'auteur.
    Sa version, écrite en 1785 à la prison de la Bastille sur un rouleau (caché, volé, disputé), reste inachevée, l'auteur l'ayant perdue en 1789. Elle est aujourd'hui classée trésor national.

    LUST Classics est une collection de classiques de la littérature érotique. Les oeuvres qui la composent ont été sélectionnées en raison de leur apport historique majeur au genre et ce malgré des contenus parfois susceptibles de choquer et d'être polémiques.



    Donatien Alphonse François de Sade (1740-1814) est un romancier français dont l'écriture est caractérisée par une liberté et une audace sans doute jamais atteintes dans le reste de la littérature. Son nom est passé à la postérité en 1834 sous le néologisme « sadisme », qui fait référence aux actes de cruauté décrits dans ses oeuvres. Interdites et diabolisées pendant tout le XIXe siècle, elles relatent des fantasmes sexuels sans limites. Son goût pour la luxure poussée à l'extrême lui vaudra un total de vingt-sept années en prison ou en asile pour « débauche outrée ».

empty