Lucien Souny

  • Animaux esclaves

    Marie-Pierre Hage

    Qu'ils soient animaux domestiques, de zoos, de refuges, élevés pour leur chair ou leur fourrure, qu'ils soient dans des enclos grillagés, dans des bâtiments au sol cimenté ou dans de grands parcs aquatiques ou naturels, tous sont condamnés à attendre, à obéir, à manger, et, pour certains d'entre eux, à être tués. Ce sont des « animaux esclaves », au service de l'humanité, qui ne représentent qu'une source de revenus, de divertissement, de consommation et de plaisir. Tout comme un individu ne peut pas être heureux lorsqu'il est contraint de travailler, un animal en captivité ou enfermé ne peut pas l'être, même si certains semblent avoir « la vie belle », notamment dans les zoos ou les parcs animaliers et aquatiques. Les animaux sont des êtres vivants, avec une sensibilité et des états d'âme. Ils ressentent le mal et le bien, tout comme l'homme. Alors quand leur prêtera-t-on une considération adaptée ?

empty