• Un seul parfum peut se faire héros d'un livre, le N° 5 de Chanel. Un siècle après sa création, il revèle peu à peu ses secrets.
    Son histoire intemporelle est un riche roman foisonnant, fait de chapitres lumineux ou sombres, comme la destinée de sa créatrice Coco Chanel.
    Traquant la vie de ce parfum dans ses moindres facettes, Marie-Dominique Lelièvre livre un ouvrage plein de surprises. Des amours de Coco aux Archives nationales, des champs de Grasse aux intuitions de Marilyn Monroe, l'auteur piste la fragrance.
    D'une plume libre et allègre, voici, pour la première fois, la biographie d'un parfum.

    1 autre édition :

  • Un portrait de Coco Chanel à travers ses relations féminines, avec ses amies, ses rivales, ses inspiratrices, etc.

    1 autre édition :

  • Dans cette biographie qui fait polémique, Marie-Dominique Lelièvre livre un portrait sans tabous de cette légende de la couture française. Elle a rencontré ses proches, consulté ses archives, mené une véritable enquête pour mettre au jour les secrets derrière le mythe, les failles derrière le génie.
    Juste après la disparition de Saint Laurent, un document exceptionnel sur l'homme qui marqué la mode des années 1970 aux années 2000.

  • Portrait de l'actrice qui incarna, dans les années 1960, la femme moderne. La journaliste évoque sa passion pour la danse, ses quatre mariages, la propriété de la Madrague, ses combats en faveur des animaux.

    1 autre édition :

  • Enquêter sur Gainsbourg, c'est explorer la France contemporaine par son côté sombre. En adoptant une conduite dangereuse, écrit l'auteur, Gainsbourg s'est sacrifié pour l'ordre social. Il en est mort.

  • Qui se souvient des années quatre-vingt ? Voici les aventures de Martine, trente ans, reporter sans conviction dans un magazine tout nouveau, qui se veut décalé.
    Martine fait du shopping. Martine aime. Martine fait du reportage. Gravitent autour d'elle un jeune métis dandy et mythomane, un patron de presse exalté et sophiste, des parents fantoches, une assistante adepte du new age et même un dirigeant communiste sincère. Martine travaille, un peu. Martine aime. Martine téléphone. Yves Montand, Alain Minc, Azzedine Alaïa sont de la partie. Martine fait du sport. Martine aime.
    Martine est méchante. Le petit univers journalistique, avec ses personnages inconsistants et manipulateurs, résume un monde plus vaste, désolé et sans amour, que subit et exploite l'héroïne. On s'y croise, on s'y rate. Journaliste naïve et roublarde à laquelle on prête le don d'impertinence, Martine est incapable d'écrire des lettres d'amour. La dérision lui tient lieu de talent. Son père est un cavaleur immature, sa mère une vieille petite fille.
    Martine va à un enterrement. Martine lit. Martine aime ? Froide et sentimentale, soumise à des flux d'émotions, elle est incapable d'aimer. L'amour, c'est autre chose, qu'elle devine seulement. Martine souffre d'une maladie très contemporaine : la sécheresse de coeur chronique. Dans ce récit acide, Marie-Dominique Lelièvre capte, d'une plume profondément juste et drôle, la vérité d'un personnage d'aujourd'hui.

  • C'est une maison de rêve. Une maison de vacances belle comme une image, avec tous ses accessoires, piscine, figuiers, solarium, cuisine-laboratoire. Gabrielle la désirait. Son mari, un architecte beau comme Steve McQueen, l'a construite. Pourtant, le lieu se transforme en piège minéral. L'homme se mure dans le silence. L'enfant s'enfuit. Une société de sécurité rôde. L'angoisse monte. Gabrielle erre dans sa maison de rêve, regarde son mari de rêve, cherche le mode d'emploi de cette existence de rêve. Bâtir une maison sublime, d'accord. A condition d'habiter sa vie.Je vais de mieux en mieux est le portrait de deux anti-héros de notre époque, enfantins et désarmés.

empty