Saint-remi

  • "Le catholique libéral n'est ni catholique ni libéral. Je veux dire par là, sans douter encore de sa sincérité, qu'il n'a pas plus la notion vraie de la liberté que la notion vraie de l'Église. Catholique libéral tant qu'il voudra ! Il porte un caractère plus connu, et tous ses traits font également reconnaître un personnage trop ancien et trop fréquent dans l'histoire de l'Église : SECTAIRE, voilà son vrai nom."

    Sur commande
  • "Depuis que l'Eglise est née du sang de Jésus-Christ, elle seule existe véritablement sur la terre. Tout se fait pour elle ou contre elle avec une énergie aussi durable que son éternité. Elle est le Bien ; le Mal ne vit que pour la combattre. Il la combat par une négation continuelle et par une parodie incessante. Tout ce qu'elle fait, il le déclare mauvais, absurde, funeste, et en l'insultant il cherche à l'imiter. Il a ses dogmes, sa discipline, son culte, qui sont la négation obstinée et la contrefaçon servile des dogmes, de la discipline, du culte catholique. Articles de foi, sacrifices, grandes et petites dévotions, pénitences, rien n'y manque. Les Saints surtout n'y manquent pas, et c'est peut-être le point où les religions humaines et particulières se rendent avec plus d'assiduité plagiaires de la religion divine et universelle ; et la raison en est toute simple, quoique inconnue de la plupart de ceux qui la mettent en pratique, puisque le but intime et vraiment infernal de toutes ces religions est de supprimer DIEU au profit de l'homme et de faire de l'homme un dieu sans DIEU."

    Sur commande
  • Au travers de l'histoire de la conquête de l'Algérie par la France, Louis Veuillot nous décrit merveilleusement les dangers de l'islam, comparant le Coran à l'Evangile, faisant état de la pauvreté de la littérature musulmane face à la chrétienne. Il nous dit que "les choses religieuses de l'Algérie n'ont qu'une bien étroite place dans presque tous les livres qu'on a faits ; elles en méritent une meilleure, que je voudrais leur donner. Suis-je téméraire d'avoir pensé que ce spectacle varié ne serait pas sans intérêt pour de jeunes lecteurs, ne serait pas sans utilité pour des lecteurs plus réfléchis et plus difficiles ?"

    Sur commande
  • - Si les noms des libres penseurs de l'époque n'évoquent plus rien aujourd'hui, les portraits que nous en donne Veuillot valent pour peindre les Prix Goncourt ou Renaudot ou Fémina d'aujourd'hui qui nous font le cadeau de participer à la judaïsation de la société chrétienne (le mot est du chevalier Gougenot des Mousseaux), judaïsation toujours jugée insuffisante puisque quelques millions d'habitants de notre pays ont le front de se proclamer persécutés, trahis, martyrisés sous un régime mondial de terreur froide.

    Sur commande
  • Ceci est un pieux journal de voyage bien fait pour nous redonner l'espérance en cette époque de tornade sur les papys chrétiens où les fidèles se croient vaincus et n'osent plus se signer : Il ne peut, dit Veuillot, y avoir de nations indépendantes que sous le christianisme, et c'est la Croix qui, mieux que la bravoure des peuples, protège leur liberté.

    Sur commande
  • « PARIS est un emplacement célèbre., doté d'un système d'égouts très savant sans lesquels les idées qui se trouveraient embarrassées dans les voies ordinaires : journaux, théâtres, cafés, et encore d'autres moyens détournés. On pourrait croire, comme il y a aussi beaucoup d'idées dans les égouts, que le bon peuple ses divertit, mais rien n'est plus faux : Paris est la ville du mortel ennui, la Babel charnelle ; ce qui fait d'elle l'affreux pendant de la Rome spirituelle (on est en 1866).

    Sur commande
  • -« Rome, Rome, 0h ! nom de mystère (Préface). Dès que ce mot s'est élevé sur les nations, nulle voix ne l'a prononcé sans haine ou sans amour, et l'on ne sait qui l'a emporté de l'ardeur de la haine ou de l'ardeur de l'amour. Quand la vanité de l'esprit moderne se targue de tout concilier, la haine et l'amour de Rome poursuivent leur vieux combat, plus brutal que jamais.

    Sur commande
  • Selon les vrais doctrinaires mondialistes, "Les papes doivent, sous peine de perdre tout appui, quitter les régions mystiques et descendre sur le terrain des intérêts matériels, seuls engagés dans le débat. Une proposition qui implique immédiatement un changement complet dans l'assiette morale du monde."

    Sur commande
  • Il y a dans tout socialisme « quelque chose de déclamatoire et de faux » qui devrait inquiéter davantage partisans et ennemis du socialisme. L'Épilogue qui met en scène « le chef de bande (Mandrin) et le chef de peuple (le Socialiste) », tous deux aux Enfers, a quelque chose de terrifiant : les crimes du second dépassant l'entendement du premier ». Que devrait-on dire aujourd'hui !

    Sur commande
  • Les deux tomes qu'on va lire de Rome pendant le Concile forment un journal de voyage où le comte rendu est presque quotidien sous forme de lettres. Les spectacles rencontrés, celui des agitateurs anticléricaux, déjà impudents et presque sans frein de l'époque, donnent un avant goût de ce que nous appelons aujourd'hui la « Rome occupée. Triste et terrible mystère ! écrit-il (tome I, p. 126) ».

    Sur commande
empty