• Forte de son expérience clinique, Karima Lazali a mené une enquête singulière auprès de la population algérienne pour y déceler les conséquences psychiques de la colonisation française. Elle révèle ainsi dans ce livre original les effets dévastateurs, sociaux et individuels, provoqués jusqu'à aujourd'hui au sein de la société algérienne par 132 ans de violences coloniales.
    Psychanalyste, Karima Lazali a mené une singulière enquête sur ce que la colonisation française a fait à la société algérienne, enquête dont elle restitue les résultats dans ce livre étonnant. Car elle a constaté chez ses patientoeos des troubles dont rend mal compte la théorie psychanalytique. Et que seuls les effets profonds du " trauma colonial " permettent de comprendre : plus d'un demi-siècle après l'indépendance, les subjectivités continuent à se débattre dans des blancs de mémoire et de parole, en Algérie comme en France.
    Elle montre ce que ces " blancs " doivent à l'extrême violence de la colonisation : exterminations de masse dont la mémoire enfouie n'a jamais disparu, falsifications des généalogies à la fin du XIXe siècle, sentiment massif que les individus sont réduits à des corps sans nom... La " colonialité " fut une machine à produire des effacements mémoriels allant jusqu'à falsifier le sens de l'histoire. Et en cherchant à détruire l'univers symbolique de l'" indigène ", elle a notamment mis à mal la fonction paternelle : " Leurs colonisateurs ont changé les Algériens en fils de personne " (Mohammed Dib). Mais cet impossible à refouler ressurgit inlassablement. Et c'est l'une des clés, explique l'auteure, de la permanence du " fratricide " dans l'espace politique algérien : les fils frappés d'illégitimité mènent entre frères une guerre terrible, comme l'illustrent le conflit tragique FLN/MNA lors de la guerre d'indépendance ou la guerre intérieure des années 1990, qui fut aussi une terreur d'État.
    Une démonstration impressionnante, où l'analyse clinique est constamment étayée par les travaux d'historiens, par les études d'acteurs engagés (comme Frantz Fanon) et, surtout, par une relecture novatrice des oeuvres d'écrivains algériens de langue française (Kateb Yacine, Mohammed Dib, Nabile Farès, Mouloud Mammeri...).

  • La parole oubliée

    Karima Lazali

    Cet ouvrage explore les différentes modalités d'un nouage, entre corps, parole et inconscient, dans la cure analytique mais aussi dans le champ social.

    Une même question insiste tout au long de l'ouvrage : comment et surtout à quelles conditions opère une cure analytique ? En d'autres termes, qu'est-ce que parler pour la psychanalyse (et en psychanalyse) et par quels tours et détours dans le trajet du parlant se produit la transmission du savoir inconscient vers le réel du corps ? Et, partant de là, comment penser le potentiel politique de la parole et ses effets au un par un et dans le lieu social ? Pour y répondre, l'auteur visite l'envers de ce décor, à savoir les lieux de panne de la parole qui ouvrent à différentes formes de ravages, meurtres et autres destructions à l'échelle du psychisme singulier et du collectif.

  • Colonial Trauma

    Karima Lazali

    • Polity
    • 22 January 2021

    Colonial Trauma is a path-breaking account of the psychosocial effects of colonial domination. Following the work of Frantz Fanon, Lazali draws on historical materials as well as her own clinical experience as a psychoanalyst to shed new light on the ways in which the history of colonization leaves its traces on contemporary postcolonial selves. Lazali found that many of her patients experienced difficulties that can only be explained as the effects of "colonial trauma" dating from the French colonization of Algeria and the postcolonial period. Many French feel weighed down by a colonial history that they are aware of but which they have not experienced directly. Many Algerians are traumatized by the way that the French colonial state imposed new names on people and the land, thereby severing the links with community, history, and genealogy and contributing to feelings of loss, abandonment, and injustice. Only by reconstructing this history and uncovering its consequences can we understand the impact of colonization and give individuals the tools to come to terms with their past. By demonstrating the power of psychoanalysis to illuminate the subjective dimension of colonial domination, this book will be of great interest to anyone concerned with the long-term consequences of colonization and its aftermath.

empty