Magellan & Cie

  • "Dans vingt ans, Berlin aura quatre millions d'habitants :
    Et ce sera Chicago." "Dans vingt ans ", c'est-à-dire en plein krach de 1929 et entre deux Guerres mondiales. Pour l'heure, Berlin est encore une ville nouvelle colossale, ultra moderne, traversée d'infatigables tramways électriques et de larges voies à l'ombre de parcs. Architecture spacieuse, urbanisme avant-gardiste, revendications féministes et syndicales : il souffle un vent révolutionnaire sur la capitale prussienne. Jules Huret, un des premiers reporters modernes, saisit l'instantané de Berlin à la Belle Époque ; une Metropolis avant la chute.
    Allers et venues d'ascenseurs, téléphones tonitruants, nuit éclairée comme en plein jour, la ville n'en est pas moins hantée par le spectre d'une guerre entre la France et l'allemagne - un "cauchemar" qu'on veut à tout prix éviter. - et par l'antisémitisme, dont Jules Huret dresse ici l'état des lieux.

  • Printemps 1910.
    Les reporters se pressent à buenos aires pour ne rien perdre d'une exposition universelle plus splendide qu'aucune autre. et jules huret, comme les autres, s'émerveille des beautés de la ville. mais dans les faubourgs, auprès des prisonniers et des fous, le maître du reportage met à nu la " reine du plata " et nous emmène au coeur de la capitale argentine.


  • libre d'esprit, la plume mordante, l'écrivain globe-trotter jules huret (1863-1915) invente le reportage moderne.
    alors que le sultan vient de mourir, le jeune homme séjourne à tanger, avant de se lancer dans un nomadisme accéléré en direction de fès et meknès pour assister à l'intronisation d'abd-el-aziz et rencontrer le " machiavel marocain ". son regard multiplie les perspectives sur le drame européen qui se jouait au maroc au mois de juin 1894. reportage extrait du recueil tout yeux, tout oreilles, publié en 1901.


  • " Par les fenêtres des cottages on aperçoit des plis de rideaux coquets, des vases d'une forme choisie, des fleurs encore. Sans nul doute, les gens qui habitent là doivent penser à orner leur vie. Ce ne sont pas seulement des faiseurs d'affaires et des producteurs de richesse ; il y a là, à coup sûr, des artistes - et s'ils ne le sont pas, soyez certains qu'ils le deviendront bientôt. La nature les y aidera. Car il doit être difficile, pour des êtres déjà civilisés, de vivre indifféremment au sein d'une telle beauté. " Jules Huret contribue à créer le tableau d'un pays idyllique, véritable paradis naturel qui donne "une impression de richesse luxuriante et magnifique et d'intarissable fécondité." il multiplie les images charmantes et ensoleillées d'une Riviera à l'américaine, comme le meilleur de la Méditerranée transposé en Amérique. La Californie de Jules Huret ressemble fort en effet à la Riviera française de la même époque, refuge des riches en quête de repos avant de devenir le lieu de fête des grands de ce monde.

empty