• À notre époque, les nouvelles technologies contribuent largement à l'évolution des langages scéniques modifiant profondément les conditions de représentation et intensifiant toujours davantage les effets de présence et les effets de réel. Ces technologies sont souvent liées à l'émergence de nouvelles formes scéniques qui transgressent les limites des disciplines et se caractérisent par des spectacles à l'identité instable, mouvante, en perpétuelle redéfinition. Projections, installations interactives, environnements immersifs, spectacles sur la toile, les sens(ations) sont plus que jamais sollicité(e)s. Le performeur y est confronté à un Autre virtuel, à la fois personnage et partenaire. Quant au corps, charnel, physique, palpable, il constitue encore la trace incontestée de l'homme dans ces espaces où la déréalisation fait loi. Contre-point d'une culture du virtuel, le corps semble rester au coeur des dispositifs (scénique, interactif, immersif). Quel(s) corps ces oeuvres convoquent-elles ? Comment ces dernières renouvellent-elles la dynamique entre performeurs, spectateurs et dispositifs ? Quelles sont les diverses modalités d'interpénétration entre le virtuel et le réel dans ces formes d'art ? Voilà autant de questions auxquelles ce livre tente de répondre. Celles-ci sont le résultat de plusieurs années de recherche consacrées aux effets de présence et aux effets de réel. C'est le résultat de ces explorations effectuées par l'équipe de recherche « Performativité et effets de présence » de l'université du Québec à Montréal (sous la direction de Josette Féral et Louise Poissant), que le lecteur pourra trouver dans ce premier volume consacré au corps. Body Remix reprend le titre du spectacle de la chorégraphe Marie Chouinard présenté en 2005.

  • Aujourd'hui, si la place des femmes metteures en scène semble aller de soi, des différences sensibles se manifestent néanmoins selon les pays et les cultures.


    Pourquoi ces femmes ont-elles choisi de devenir metteures en scène? Quelle est leur vision du théâtre? Comment travaillent-elles avec les acteurs? Quel répertoire privilégient-elles? Mais aussi : Comment cette fonction a-t-elle été affectée par le fait qu'elles soient femmes?


    Troisième volet d'une trilogie qui donne la parole aux metteures en scène d'aujourd'hui en les interrogeant sur leur vision du théâtre, leur direction d'acteurs et leur choix de répertoire, l'ouvrage de Josette Féral est entièrement consacré aux femmes metteures en scène car celles-ci représentent une réalité incontournable de la scène théâtrale actuelle. Grâce aux témoignages, aux entrevues, mais aussi aux photographies qu'on y trouve, cet ouvrage de référence offre au lecteur une belle occasion de réfléchir sur la pratique théâtrale au féminin.


    Ce livre d'entretiens a choisi de ne donner la parole qu'aux femmes, des femmes qui ont choisi totalement, profondément le théâtre à un moment ou à un autre de leur parcours d'artistes. Qu'elles soient originaires de la Suisse ou de la Lettonie, ces femmes sont reconnues parmi les plus intéressantes de leur pays. Josette Féral a interrogé leur démarche et leurs choix.


    Par-delà la diversité des propos, des parcours et des générations, par-delà les diversités culturelles incontestables, se profilent des préoccupations similaires : le souci premier de servir d'abord le théâtre et d'y inscrire une véritable démarche esthétique. Si la plupart des femmes se considèrent d'abord comme artistes et souhaitent qu'on les juge comme telles, elles reconnaissent toutes néanmoins que, dans les coulisses, face aux institutions, elles ont, un jour ou l'autre, pris conscience d'une certaine discrimination. La question du rapport au féminin a donc accompagné toute la trajectoire de l'auteure.


    Les réponses obtenues ne prétendent en rien être le reflet d'une vérité unique. Elles tracent en pointillé un certain état de la situation en ce début du XXIe siècle. La variété des réponses, des âges et des trajectoires révèle non seulement la vitalité des formes et des visions que Josette Féral a rencontrées, mais aussi une ardente rage de créer.

  • L'acteur d'aujourd'hui est au centre de la scène. Reconnu comme créateur à part entière au sein de la représentation, il donne couleur et style au spectacle. Mais cet acteur, quel est-il? Quelle formation a-t-il reçue? À quelle forme de théâtre se destine-t-il?En interrogeant la formation de l'acteur en amont de la scène, en donnant la parole à des artistes, pédagogues et théoriciens du théâtre, ce livre a pour objectif de requestionner certains fondements d'une discipline où la formation se décline sur des modes très divers. Josette Féral, professeur au département de théâtre de l'Université du Québec à Montréal, en est le maître d'oeuvre.En présentant des trajectoires diverses, celle de grands maîtres, de metteurs en scène ou d'acteurs devenus pédagogues, ce sont les fondements mêmes de la pratique théâtrale qui se trouvent posés. Que devrait être une bonne formation? Peut-on d'ailleurs former un acteur? Et si oui, quelles sont les bases de cette formation? Les réponses sont multiples. Sans diminuer l'importance d'un apprentissage technique sérieux, la plupart des textes insistent sur le fait que si formation rime bien avec passion, cette passion doit s'appuyer sur une éthique. Il ne s'agit pas seulement de former un acteur. Derrière l'acteur, se cache l'homme.

  • Josette Féral suit comme spectatrice les créations du Soleil depuis le début. "Peut-on dresser un monument à l´éphémère ? s´interroge Ariane Mnouchkine avant de poursuivre : tout livre sur le théâtre est un peu un monument".

    Le texte de Josette Féral et les deux longs entretiens avec Ariane Mnouchkine nous font pénétrer de plain-pied dans la pratique artistique du Théâtre du Soleil où prévaut le comédien et sa capacité d´imagination, le travail corporel et gestuel, l´importance des sources orientales du théâtre et cette émotion si forte que tout spectateur du Soleil a un jour ressentie.

    Un livre rare, qui témoigne d´une aventure théâtrale et humaine unique, commencée il y a trente ans.

  • "Moi je crois à la lumière, je crois à l´éblouissement. Je crois à la stimulation par la beauté, par l´espoir, par la joie, par le rire, par les larmes ; je crois à l´émotion. Je pense que ce sont des vecteurs de la pensée et que tout cela sont des vecteurs de vie ; ce sont des véhicules de l´intelligence", affirme avec force Ariane Mnouchkine dans ces Trajectoires du Soleil.

    Après Dresser un monument à l´éphémère, consacré principalement à la formation de l´acteur et au rôle de la mise en scène, Josette Féral poursuit son investigation sur les méthodes du travail artistique au Théâtre du Soleil. Ce second volume s´attache à suivre la trajectoire de ceux qui y travaillent depuis de nombreuses années, de ceux qui participent - ou ont participé - à son édification et dont la présence et la collaboration alimentent toutes les créations de la compagnie.

  • À notre époque, les nouvelles technologies contribuent largement à l'évolution des langages scéniques modifiant profondément les conditions de représentation et intensifi ant toujours davantage les effets de présence et les effets de réel. Ces technologies sont souvent liées à l'émergence de nouvelles formes scéniques qui transgressent les limites des disciplines et se caractérisent par des spectacles à l'identité instable, mouvante, en perpétuelle redéfinition.

  • En partant d'une étude minutieuse des budgets des organismes gouvernementaux et paragouvernementaux subventionnant les arts, l'auteure tente de démêler la situation en effectuant le parcours complet des fonds destinés au théâtre qui sert de fil conducteur à cet essai où se profile, en fait, un procès de la culture conçue comme une institution qui absorbe l'essentiel des budgets. La culture contre l'art, c'est en ces termes qu'il faut analyser les enjeux du conflit.

  • L'art est-il soluble dans la technologie ? demande avec humour l'un des collaborateurs de ce volume. La réponse est évidente, comme le prouvent tous les textes rassemblés ici. Ils mettent en lumière que cette navigation dans les eaux technologiques, loin de nous éloigner des questions esthétiques, nous ramène toujours à l'essentiel : au corps scénique, au dialogue du performeur avec l'espace et le temps, au processus d'absorption du spectateur. En effet la technologie, au coeur de ce recueil, se décline sous des formes variées. Surface de réception ou d'accueil, machine désirante, source de leurre et d'illusion, environnement immersif, pôle réactif à la présence d'un spectateur, elle est ce qui met en branle la performativité des processus offerts au public. Véhicule puissant de présence et d'effets de présence, elle suscite des effets perceptifs, sensitifs, cognitifs, forçant le spectateur non seulement à expérimenter de nouvelles sensations et perceptions, et à sortir ainsi de ses chemins habituels, mais à être confronté à de nouvelles formes de narrativité en lien étroit avec l'espace et le temps de l'action. À ces développements s'ajoute une section entièrement consacrée à l'oeuvre impressionnante de Janet Cardiff dont les environnements immersifs tiennent à la fois de l'installation et du spectacle et qui nous a paru être emblématique de ces environnements technologisés en expansion qui permettent d'entrer dans l'intimité des corps.

empty