• Si la guerre sur mer a considérablement évolué depuis les travaux de Mahan ou de Corbett, ces vingt dernières années ont laissé la place à des mutations profondes, tant d'un point de vue conceptuel que technologique. Cet ouvrage tente d'en dresser la cartographie, en montrant les évolutions de la géopolitique théorique, des stratégies des moyens, des conceptions nationales, de la stratégie théorique, de la tactique ou de l'apparition de nouvelles catégories de missions (lutte contre la piraterie, diplomatie navale ou encore lutte contre le terrorisme maritime). Pour autant, les évolutions qui touchent les marines ne sont pas orphelines. Elles s'enracinent dans des conceptions stratégiques et tactiques dont les fondements ne sont pas altérés mais, au contraire, sont revalorisés.
    Derrière ces évolutions ne manque pas de se poser la question des formes qui seront prises, demain, par la guerre navale. Or, la résurgence de combats, que ce soit en haute mer ou à proximité des littoraux, reste possible, y compris dans le cadre de techno-guérillas navales et d'engagements irréguliers, dont le caractère strictement côtier pourrait ne pas être immuable. Dans le même temps, nombreuses sont les marines, asiatiques principalement, qui connaissent un processus de développement qualitatif et quantitatif remarquable, là où les forces européennes progressent qualitativement mais régressent quantitativement. Or, ces développements semblent peu pris en compte dans la littérature stratégique francophone. En cherchant à montrer la complexité des tendances et des constantes de la guerre navale contemporaine, cet ouvrage cherche également à montrer les spécificités de l'art de la guerre sur mer, dans un contexte où elle devra, de plus en plus, entrer en synergie avec les forces terrestres et aérospatiales.

  • La résilience, concept développé dans le domaine psychiatrique par Boris Cyrulnik et intégré depuis 2003 dans l'arsenal antiterroriste britannique, est apparu dans les milieux de la défense, en France, avec la parution, en 2008, du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale.
    Le concept, appliqué ici à la lutte antiterroriste, correspond aux moyens d'aider une société à dépasser le traumatisme pour poursuivre sa course sans altérer ses fondements politiques, sociétaux et culturels. Il s'agit donc non seulement de comprendre le phénomène pour optimiser nos stratégies mais, également de renforcer da probabilité d'émergence. Utiliser la résilience comme un instrument stratégique permet de participer à l'élargissement de la liberté de manoeuvre des décideurs politiques.
    Cet ouvrage, le premier en français sur cette thématique, permet de comprendre les enjeux liés à la résilience mais aussi le fonctionnement des différentes formes de cette dernière.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Pour la première fois en France, une biographie synthétique et accessible présente la figure mystérieuse et fascinante de Julian S Corbett (1854-1922). Maître de la stratégie, il est le premier, et encore aujourd'hui le seul, à avoir transposé à la stratégie maritime les enseignements de Clausewitz. Dépassant la simple analyse de la guerre navale, il appréhende la stratégie maritime comme une véritable discipline intellectuelle, sous-tendue par une épistémologie et posant de véritables enjeux philosophiques sur la nature et les fins de la guerre.
    Publiés en 1911, les principes de stratégie maritime constituent l'un des livres les plus achevés de stratégie théorique du XXe siècle. En présentant pour la première fois en France la formation, le parcours, les théories, les accomplissements et la postérité critique et théorique de Corbett, Joseph Henrotin inaugure brillamment la nouvelle collection "Biographies stratégiques" d'Argos. A l'heure où le monde connaît une fois de plus des bouleversements immenses, Corbett nous fournit les éléments qui pourraient servir à l'élaboration d'une véritable stratégie maritime théorique.

    Sur commande
  • S'il existe depuis toujours une " technologie militaire ", celle-ci semble avoir acquis une dynamique propre et finir par imposer des contraintes directes à la tactique, à la stratégie comme à la politique.
    Ainsi, plutôt que d'augmenter la liberté des décideurs et leur efficacité, elle pourrait les réduire, brouiller notre vision de l'adversaire comme du combat, les capacités nouvelles prenant finalement l'ascendant sur l'art de la guerre. la technologie peut ainsi devenir une idéologie en soi : la " technologisation ". cette évolution, bien-sûr, est néfaste. en examinant le cas américain - variablement imité en europe - l'auteur analyse ici les origines et les travers d'une conception oú la technologie est trop prégnante dans les débats comme dans l'action stratégique.
    Mais il ouvre également la voie à des solutions et en appelle, en particulier, à un retour aux élémentaires de la stratégie.

  • Au risque du chaos

    Joseph Henrotin

    Apparue sans être inéluctable, la guerre d'irak pourrait bien être de ces événements qui emprisonnent l'avenir - laissant percevoir aux esprits lucides la mesure des efforts à déployer pour échapper au destin auquel ils semblent nous condamner.
    Elle a fonctionné comme un accélérateur, mieux, un catalyseur. peut-il en découler la substitution au jeu essoufflé des équilibres instables, désormais à la merci de l'hyperterrorisme, d'un déséquilibre pleinement assumé, d'un franc règne de la force assorti d'une option préférentielle de police active du chaos - choix peut-être le plus rationnel pour la puissance dominante ?
    Il faut d'entrée revenir sur l'évolution des perceptions stratégiques entraînées par le 11 septembre. quelles sont, par-delà les choix propres d'une présidence, les options fondamentales concevables pour les états-unis ? quand à l'europe, ne lui appartient-il pas désormais de définir ses propres choix plutôt que de se restreindre à un psittacisme des proclamations vertueuses motivé par une perception du monde qui a pris un grand coup de vieux ?
    Grand retour à clausewitz alors ? il importe en tout cas de dépasser les analyses manichéennes opposant « pro » et « anti » et, plus d'un an après le déclenchement du conflit, d'en tirer résolument et précisément les leçons : bouleversement des cadres de référence, radicalisation des tendances antérieures, reconfigurations politiques, nouvelles distributions de la puissance. le défi que se doivent d'affronter les analystes, spécialistes de géostratégie mais, au-delà, experts des diverses sciences sociales, est d'ampleur. ce livre, propre à nourrir la réflexion des politiques comme du simple citoyen, s'est efforcé de le relever.
    Sous la direction de joseph henrotin, l'équipe de rédaction du présent ouvrage, composée de membres du réseau rmes (réseau multidisciplinaire d'études stratégiques), s'est attachée à dessiner, de manière argumentée, raisonnée et sans a priori, la carte de ces radicalisations, avec ce courage particulier qui consiste à tenter une appréciation prospective.

    La guerre d'irak : catalyseur d'un retour au réalisme ? de nouvelles perceptions ? quelles leçons géopolitiques ? quelles conséquences sécuritaires pour l'europe ? quelles conséquences stratégiques ? quelles conséquences géo-économiques ? un monde néo-clausewitzien ?

  • Les réseaux et l'information sont devenus centraux dans l'art de la guerre occidentale. Déjà au coeur de la révolution dans les affaires militaires, ils sont des composantes essentielles de la troisième Offset Strategy récemment annoncée.
    Cet ouvrage analyse sous un angle critique, les apports et les problèmes posés par la diffusion des technologies de l'information au regard de la stratégie classique. Dans une approche historique, il examine les conséquences de « l'informationnalisation » sur l'ensemble des étapes stratégiques de l'art de la guerre régulière et irrégulière.

    Il étudie l'épistémologie de « la révolution » dans les affaires militaires au travers de son processus de constitution et de légitimation avant d'aborder la question du renseignement tactique et stratégique. La cinématique des opérations ainsi que la manière de conduire la guerre en réseau sont également traitées.

    Grand format N.C.
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Cet ouvrage constitue la meilleure synthèse disponible en français sur le thème des études stratégiques. Les chapitres, rédigés par les meilleurs experts français et étrangers, reviennent sur l'histoire intellectuelle de la discipline et son développement, abordent les principaux concepts théoriques (dissuasion, coercition, etc.), et offrent une grille de lecture complète des enjeux de sécurité internationaux. Les nombreuses références et la bibliographie raisonnée placée en fin de chaque chapitre permettent au lecteur intéressé de prolonger sa réflexion. Résolument pluridisciplinaire, l'ouvrage accueille des contributions d'historiens, de politistes, d'internationalistes, de juristes, de philosophes et de sociologues, montrant ainsi la vitalité intellectuelle de ce domaine d'études. Il offre ainsi au chercheur, au décideur civil comme militaire et au citoyen des outils d'analyse pertinents pour comprendre le monde contemporain.

empty