• Dans un Moyen Âge mâtiné de fantasy, Renart, voyou malicieux et célèbre menteur, est embarqué dans de nouvelles aventures. Accompagné de son fidèle compère, le loup Ysengrin, cet éternel bouc émissaire rencontre Merlin l'Enchanteur... et endosse un costume qui n'est pas le sien: il doit sauver le monde d'un désastre imminent! Avec pour décor un terroir provençal où règne la magie et où les kabbalystes, les sorciers et les dieux grecs trouveront bientôt leur place, Joann Sfar rend hommage de manière inédite au récit médiéval devenu mythique.

  • Tout a commencé par un film d'horreur. "Ce n'est pas de ton âge, Michel", m'avait pourtant prévenu Petit Vampire. Mais on est quand même allés voir Le Commando des morts vivants. Les zombies nazis étaient effrayants, mais comme c'était du cinéma, ça allait. Le problème, c'est que ces affreux sont revenus le soir, dans mon rêve. J'ai inventé une porte et ils sont partis, ouf ! Sauf que je ne savais pas où menait cette porte. Et puis Marguerite est arrivé pour me dire de venir vite, parce que d'horribles zombies avaient débarqué chez petit Vampire...

  • Ce nouvel épisode nous ramène à Alger. Le rabbin Sfar et son cousin l'imam Sfar devisent sur leurs différences qu'ils pensent inconciliables. Pourtant, lorsque la mosquée est inondée, le rabbin et l'imam s'entendent pour que les musulmans puissent, le temps des travaux, prier à la synagogue. Pendant ce temps, le chat du rabbin traverse des moments difficiles : non seulement Zlabya a mis au monde un adorable bébé, ce qui le plonge dans une profonde jalousie, mais, pour ne rien arranger, des chatons se sont réfugiés dans la synagogue... Comment de petits chats étrangers peuvent-ils avoir l'audace de boire son lait ?

  • Alors qu'il patrouille aux abords d'une réserve indienne, le lieutenant Blueberry assiste au meurtre de deux femmes de la tribu apache tuées par trois jeunes Blancs. Les deux victimes sont la femme et la fille d'un guerrier, Amertume : un double meurtre qui risque d'embraser la région en déclenchant une nouvelle guerre...
    Un récit à la fois fascinant et crépusculaire, une forme d' hommage à ce western culte.

  • En cet après-midi de 14-Juillet, Jacques Merenda dit « Le Niçois » n'aspire qu'à un moment de complicité avec son fils Christian Lestrival qui lui a succédé à la tête de l'hôtel de ville. Le feu d'artifice est pour lui l'occasion idéale. Mais la douce soirée d'été bascule en tragédie effroyable quand la promenade des Anglais est frappée par une attaque terroriste des plus sanglantes. Incapable de faire face aux scènes d'horreur auxquelles il vient d'assister, Le Niçois, impuissant et submergé par la violence de ses émotions, ne voit qu'une échappatoire : quitter sa ville sous peine de commettre l'irréparable...

  • C'est l'histoire d'un professeur de dessin qui s'appelle Joann Sfar. Un jour, la direction des Beaux-Arts le réveille aux aurores afin de régler le problème du harcèlement sexuel à l'école. Rien que ça ?
    C'est l'histoire d'une époque qui ne veut plus qu'on la représente. Les modèles se révoltent, vous arrachent les pinceaux des mains et vous disent : « Je vais le faire moi-même, mon portrait. »

  • Qui sera le premier à collecter 5 armes pour vaincre le Gibbous en duel ? (Jeu comprenant : 1 grand plateau et un dé spécial, 80 cartes, 7 pions).

  • Au début, il y a cette fille, Lili, rencontrée sur Facebook. Ça commence par « vous connaissez peut-être », on clique sur la photo du profil et un jour on se retrouve chez les flics.
    J'ai aussi pris un chien, et j'essaie de lui apprendre à ne pas tuer mes chats. Tant que je n'aurai pas résolu le problème du chien et le mystère de la fille, je ne tournerai pas en rond. Ça va durer six mois.
    Ce roman fait suite à Comment tu parles de ton père. On y trouve quelques portraits de femmes, et un portrait de chien. C'est une enquête. Tout est vrai sinon ce n'est pas drôle.Un engrenage que Sfar nous raconte à sa manière : avec son sens de la formule qui fait boom, et sa sincérité. Mohammed Aïssaoui, Le Figaro littéraire.Un « roman » qui nous parle finalement de la force terrifiante des images, à l'heure de Facebook, qui portent des promesses plus grandes que nous. Philippe-Jean Catinchi, Le Monde.Joann Sfar poursuit l'histoire de son éducation sentimentale. Mordant. Florence Besson, Elle.

  • Le dernier juif d'Europe

    Joann Sfar

    « Je ne me doutais pas que l'histoire de mon père me mènerait à faire équipe avec Ionas, un vampire centenaire et amoureux, Rebecka, sa copine psy divorcée d'un fantôme, et une rabbine. Mais quand c'est arrivé, j'ai trouvé ça normal. Presque.
    Ces pages racontent aussi comment mon père a tenté de ne plus être juif, et comment, avec tout ce que l'on me mettait sur le dos, j'ai eu le sentiment d'être le dernier juif d'Europe. » Joann Sfar ressuscite le fantastique et l'humour désespérés de Kafka ou de Malamud dans cette fable où les monstres offrent un miroir hyperréaliste à la singerie moderne.

  • Jacques Merenda, alias le Niçois, passe une soirée aussi peu tranquille que d'habitude avec son amoureuse, Loulou Crystal. Un coup de fil, et les voilà en route au débotté pour la capitale - ils étaient à Nice, évidemment, où d'autre ? But du déplacement en terre hostile : un gros coup. Un très gros coup. Une vedette à détrousser, au sens figuré, cette fois. Des bijoux. En pleine Fashion Week, on peut être sûrs que les flics seront occupés à mater beaucoup plus bas qu'il ne faudrait pour surveiller les colliers, bagues, et autres colifichets de la vedette. Ça va être facile, dans deux jours, ils sont de retour sur la Côte...

    Joann Sfar poursuit les aventures du Niçois en bande dessinée !

  • «  Je vous signale que papa est né l'année où tonton Dolphi est devenu chancelier : 1933. C'est l'année où pour la première fois on a découvert le monstre du Loch Ness. C'est l'année, enfin, où sortait King Kong sur les écrans. Mon père, c'est pas rien.  »   Tout le monde n'a pas eu la chance d'avoir un père comme André Sfar. Ce livre pudique, émouvant et très personnel, est le kaddish de Joann Sfar pour son père disparu. Entre rire et larmes.

    Le dessinateur revient sur l'histoire de l'homme qui l'a marqué à jamais. Et a provoqué sa frénésie créatrice. Le Journal du dimanche.

    Un roman très intime et très réussi. Olivia de Lamberterie, Elle.

    /> Une belle surprise. François Busnel, La Grande Librairie.

  • Un escape game pour se plonger dans l'univers de Petit Vampire à la maison !
    Petit Vampire vit une vie paisible dans une belle et grande maison hantée avec une joyeuse bande de monstres et de fantômes en tout genre. Mais sa vie va être bouleversée par sa rencontre avec Michel, un petit garçon aussi malin qu'attachant du même âge que lui. Leur amitié naissante va en effet attirer l'attention du terrifiant Gibbous, qui va finir par capturer Petit Vampire, Michel et leurs copains monstres à bord du navire du Capitaine des Morts. Aide-les à s'échapper et à combattre le méchant Gibbous afin qu'ils puissent tous rentrer chez eux sains et saufs ! Parviendras-tu à réussir la mission dans les 45 minutes imparties ?
    Un jeu escape box pour 2 à 5 joueurs de 7 à 10 ans.
    Inclus : un poster et une bande-son de 45 minutes avec les musiques du film pour t'immerger dans l'ambiance !

  • « Je me sers d'animaux pour instruire les hommes... » C'est ainsi que Jean de La Fontaine dédicaça ses Fables au fils de Louis XIV. Près de quatre siècles plus tard, Le Corbeau et le Renard, La Cigale et la Fourmi, Le Pot de terre et le Pot de fer n'ont rien perdu de leur force et font partie de notre patrimoine culturel qu'on continue d'enseigner ou d'offrir aux petits comme aux plus grands.
    Parmi les adeptes de toujours de ces textes intemporels, Joann Sfar qui pour notre plus grand bonheur a richement illustré ses 100 fables préférées.
    Un magnifique recueil à mettre entre toutes les mains et donne à voir l'alliance parfaite du fabuliste du XVIIe siècle et de l'artiste protéiforme qu'on ne présente plus.

  • Le petit prince

    Joann Sfar

    Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J'étais bien plus isolé qu'un naufragé sur un radeau au milieu de l'Océan. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m'a réveillé. Elle disait : - S'il vous plaît... dessine-moi un mouton ! - Hein ! - Dessine-moi un mouton... J'ai sauté sur mes pieds comme si j'avais été frappé par la foudre. J'ai bien frotté mes yeux. J'ai bien regardé. Et j'ai vu un petit bonhomme tout à fait extraordinaire qui me considérait gravement.

  • «  Excusez-moi de n'avoir pas écrit une vraie enquête sur Jacques Médecin. Mais je ne suis pas un garçon sérieux. Ma vérité se trouve chez Dino Risi, Frédéric Dard et Sergio Leone. Finalement, je ne suis pas compétent en ce qui concerne Jacques Médecin. Mon expertise s'arrête juste à cet univers dont je rêve depuis longtemps, sur lequel règne Jacques Merenda.  »   Et si Jacques Meruda, dit Le Niçois, sortait de sa planque dorée sud-américaine pour celle qu'il n'a jamais pu oublier  : Nice, sa ville  ? Sa ville menacée aujourd'hui par une vague bleu marine qui n'a rien à voir avec la Méditerranée qu'il aime tant...
    Et si le grand retour de Jacques Meruda n'est pas du goût de tout le monde, ni les règlements d comptes, ni les jalousies politiques, ni les magouilles, et encore moins son ancienne maîtresse ne sauraient le faire renoncer.
        L'auteur s'amuse comme un petit fou dans cette satire politique.  L'Express Styles.
      Du polar façon San-Antonio ou SAS.  Marion Cocquet, Le Point.

  • Hawaï !

    Joann Sfar

    Pour les besoins du tournage de Hawaï, l'âme du ukulélé, Joann Sfar est invité par Arte à sillonner l'archipel d'Hawaï à la recherche du ukulélé de ses rêves, pendant trois semaines. Sur les plages d'Honolulu, dans un ranch de Big Island ou auprès de figures emblématiques du ukulélé, il déconstruit ses clichés sur la culture hawaïenne et retranscrit ses impressions, ses anecdotes, ses rencontres dans ses précieux cahiers Sennelier.
    Avec son humour légendaire et ses inimitables dessins à l'aquarelle, Joann Sfar nous raconte ses aventures et ses découvertes. Des plages emplies de surfeurs et de palmiers, à la culture musicale profondément ancrée dans l'île, en passant par les cow-boys locaux et les touristes japonais, ce livre est le fac-similé de ses carnets de voyage.

  • Quand il suivait ses cours de philosophie à l'université, Sfar rêvassait et dessinait. Quelques années plus tard, il revisite Le Banquet de Platon et Candide de Voltaire. Les textes de Platon et de Voltaire sont repris dans leur intégralité et dans les marges, en bas des pages, Sfar dessine, anote, parle de ses expéreicnes personnelles et invite le lecteur à "relire" avec humour ces classqiues. Tout au long des pages et dans les notes de fin d'ouvrages, Sfar crée des passerelles avec d'autres textes, guide le lecteur en pointant ce qu'il aurait pu ne pas voir.

  • Une nouvelle collection est née. Fraîche comme un gardon. Pas le genre à nager en eau tiède. Plutôt ... nouvelle vague. Bon. Une fois évacuées les images maritimes et poissonnières, on peut dire que "Poisson Pilote" - dont la partie "Pilote" évoque le journal où naquit une magnifique génération d'auteurs - est une collection pas comme les autres, dans la mesure où elle ressemble plus à une "école" qu'à un ramassis de livres de même format qui parleraient tous de la pêche à la morue, par exemple.

    D'ailleurs, quand "Poisson Pilote" sera devenue culte - ça lui pend au nez -, on la citera comme la célèbre école qui eut le bon goût de naître un 1er avril. (Poisson d'avril, rions un peu...) En attendant, "Poisson Pilote" est une famille (un banc, si vous voulez) d'auteurs spécialement inventifs qui ont avancé dans la BD comme on explore une terre vierge. Pour ne citer qu'eux : David B., Manu Larcenet, Frank Le Gall, Pierre Le Gall, Fabrice Parme, Joann Sfar, Lewis Trondheim.

    Si farfelues que soient leurs trajectoires, elles donnent le sentiment d'une cohérence et d'une exigence : on dirait que ces gens-là ont vraiment réfléchi à cette forme d'art et aux immenses possibilités qu'elle offrait. Ou alors ça leur est venu comme ça, en faisant cuire le café. Allez savoir. Ils existaient déjà, la collection "Poisson Pilote" a été créée pour eux.

    Pour ces auteurs déconcertants qui, un jour ou l'autre, reçoivent le fameux courrier : "Votre projet est absolument formidable mais il n'entre dans aucune de nos collections. Signé : l'éditeur." Les voilà donc rassemblés, heureux comme des poissons dans l'eau. (Ben voyons.) Que leurs histoires se passent au Texas ou à Venise au XVIe siècle, qu'elles racontent une invasion extraterrestre ou les états d'âme d'une mouche, peu importe : ils ont tous une vision forte du monde, inattendue, décalée.

    Ajoutez à ça un graphisme innovant, une gestion élégante de l'absurde, un poil de culture mais pas trop (faut pas charger), de l'intelligence à revendre - et vous avez "Poisson Pilote". V'là du mieux sous les mers, comme dirait le capitaine Nemo.

  • Alors que le carnaval se prépare, tout le monde semble se rendre à Nissa. Le géant des Lascaris a besoin d'eau potable pour sa reine. Cassian, l'apprenti sourcier, est décidé à libérer les anciens dieux pour séduire la femme qu'il aime, et Nadège veut tout simplement essayer de profiter de sa jeunesse. Mais l'atmosphère est lourde dans la ville du Pape. Et plus que jamais, la guerre entre les adorateurs du Dieu unique et le peuple de l'Ancien Temps semble inévitable.

  • Deuxième volume très attendu des aventures de Socrate et de son maître, Héraclès. Un récit antique revisité avec finesse par Joann Sfar et Christophe Blain. Héraclès est le fils de Zeus, c'est un demi-dieu.

    Et pour tout dire, il n'est pas toujours d'une grande finesse dans ses actes... Socrate, qui est le fils du chien de Zeus, est un demi-chien, moitié chien, moitié philosophe. Vu de l'extérieur, il ressemble plutôt à un clébard jaune à truffe noire, un peu pouilleux, et son comportement ressemble à celui de n'importe quel chien.

    Et cette fois celui-ci s'est mis dans la tête d'aller voir le roi Ulysse, tout naturellement. Une série destinée à tous ceux qui aiment l'humour, le sexe, la violence, la philosophie et les animaux (surtout les chiens !).

    Quand les auteurs du Chat du Rabbin et d'Isaac le pirate s'associent, cela donne forcément une série de très grande qualité.

  • C'est l'histoire d'un pays où l'eau voyage à l'envers. On y rencontre une amoureuse qui se change en renard, un roi qui n'embrasse pas et, bien sûr, un héros au coeur pur. Joann Sfar (Le Chat du rabbin) revient avec une histoire d'heroic fantasy très sensuelle qui doit autant à Tolkien qu'à Rabelais.

  • " Klezmer est peut-être une réponse ashkénaze au Chat du Rabbin." Les héros sont presque tous juifs mais ils passent plus de temps à jouer de la musique qu'à penser à Dieu. Ce sont des musiciens sans argent embringués dans un feuilleton slave. Ils traînent leurs instruments dans les steppes d'Ukraine, à Odessa, dans des campements gitans. Je voulais que Michel Strogoff rencontre un Juif vert de Chagall : la grande aventure rejoint le violon sur le toit. Sublime.

empty