• Fils d'un officier français, Joan-Daniel Bezsonoff a choisi d'écrire ses romans et essais en catalan. Un parti-pris qui est aussi un manifeste, un refus militant de voir sombrer dans l'oubli des pans entiers de mémoire humaine et avec eux des valeurs éternelles aujourd'hui frappées d'obsolescence comme l'honneur ou la parole donnée.
    L'année de Syracuse - dont le titre original catalan est «Matar De Gaulle» - pose un regard inédit sur l'odyssée de Jean-Marie Bastien-Thiry, l'instigateur de l'attentat du Petit-Clamart, et sur la personnalité plus complexe qu'il n'y paraît du Général de Gaulle. À ces portraits en clair-obscur répond un monde solaire, exubérant, écrasé de couleurs, de senteurs et de contradictions, saisi dans sa dernière floraison, juste avant l'hiver de l'exil : l'Algérie française, paradigme de la fin d'une époque.
    Prenant racine dans une famille d'origine catalane, celle du commandant Vidal, installée en Algérie, ce roman raconte la difficile gestation de l'indépendance algérienne, les attentats terroristes perpétrés par les deux camps et le complot contre le pouvoir central des années soixante. À la fois brillant, ironique et sentimental, l'auteur revient à ses passions profondes : l'histoire contemporaine, la caste militaire, et son amour des langues aussi diverses que l'afrikaner ou l'occitan. Un livre élégant et désespéré qui couche au même lit humour et nostalgie. Il faut bien survivre...

empty