Sciences humaines & sociales

  • « Mai 1940, c'est l'heure de l'exode pour, de nombreuses personnes. Ici, des particuliers chargent un camion de quelques biens personnels avec l'espoir d'échapper à la nasse où ils sont enfermés. » C'est avec ces quelques lignes que Joël Rochoy introduit son évocation des heures sombres de la seconde guerre mondiale dans le Boulonnais.

    Dans son édition du 27 décembre 1940, Le Télégramme titrait : « Le Führer a inspecté à Boulogne une escadre aérienne ». Une visite bien dérangeante, mais ce n'est que le début de quatre longues années d'occupation et d'épreuves, d'arrestations et de déportations, de souffrances et de mort. La ville est aussi la cible des bombardements alliés. Le 1er avril 1942, c'est un déluge de feu qui s'abat au milieu de la Grande rue et, le 15 juin 1944, la ville est rasée !

    Nombreux sont les actes de résistance aux occupants ; des dizaines de femmes et d'hommes luttent pour la paix et la liberté.
    Le 22 septembre 1944 cesse le cauchemar et, le 12 août 1945, le général de Gaulle est en visite. La population revit, commémore, reconstruit...

    Sur commande
  • Dès le début de la conquête de l'air, la traversée du détroit du Pas de Calais a tenté les pionniers. C'est un concours lancé par le journal anglais Daily Mail qui provoqua l'effervescence dans le petit monde des aviateurs. Mais c'est à un duel entre deux hommes, Hubert Latham et Louis Blériot, que se résuma l'aventure, qui atteignit son apogée le 25 juillet 1909 avec la victoire du second.
    La Côte d'Opale, avec ses immenses plages de sable, était alors le théâtre de tous les exploits. Berck, Le Touquet, mais aussi Boulogne, Hardelot, Wimereux, Rue et Le Crotoy virent défiler, dès l'aube du XXe siècle, « ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines ».
    Que de bricolages de génie et de prouesses techniques, que d'heures d'entraînement, que d'essais et d'accidents, de courage et de folies furent nécessaires avant de réussir un tel exploit !
    Amoureux de sa région, l'historien local Joël Rochoy ne pouvait manquer de commémorer en images les 100 ans de la première traversée de la Manche.
    Bon vol !

    Sur commande
empty