• Le conservatisme n'a pas la vie facile. Il est confondu avec tout ce qu'il n'est pas : immobilisme, réaction, traditionalisme, voire contre-révolution. Sans compter l'influence trompeuse qu'a pu exercer le néo-conservatisme américain. Alors, en quoi consiste le conservatisme et garde-t-il une actualité ? Pour y répondre, l'auteur esquisse une histoire intellectuelle de la pensée conservatrice, de Cicéron à nos jours. Il souligne les lignes de force (autorité, liberté, bien commun, confiance) qui structurent la pensée conservatrice et lui donnent son authenticité et sa permanence. Politiquement, et cela ressort des travaux des penseurs conservateurs modernes (Strauss, Oakeshott, Kolnai, MacIntyre) le conservatisme est la doctrine politique de l'autorité et l'idéologie du courant anti-idéologique. Il est, d'une certaine façon, le complément naturel du libéralisme. Mais le conservatisme ne se résume pas à une doctrine. Il suffit de lire Jane Austen, Chateaubriand, Balzac ou Evelyn Waugh pour comprendre que le conservatisme est aussi un style de pensée, une façon d'appréhender la vie dans toutes ces dimensions : littérature, religion et vie morale, histoire, économie, vie en société. Doctrine et style, le conservatisme a-t-il un avenir ? Peut-il encore exercer une influence décisive sur la vie politique ? L'auteur estime que oui. S'appuyant sur les travaux de neuf grands penseurs conservateurs du xxe et du xxie siècles, il esquisse cet avenir. Il dépendra crucialement de la capacité à faire vivre une nouvelle alliance du libéralisme et du conservatisme. Et ce conservatisme libéral pourrait constituer une idée neuve en Europe et en France. Jean-Philippe Vincent est ancien élève de l'ENA et économiste. Il a travaillé à la Direction de la Prévision, au Fonds Monétaire International et chez McKinsey & Co. Il est l'auteur de plusieurs livres d'économie. Il enseigne l'économie des questions de société à Sciences-Po Paris. Il est membre du comité de rédaction de la revue Commentaire.

  • Depuis une vingtaine d'années, les économistes du Massachusetts Institute of Technology ont tenté de refonder la macroéconomie keynésienne en apportant des fondements microéconomiques au postulat de rigidité des prix et des salaires. Ce courant est qualifié, en 1984, de « nouvelle macroéconomie keynésienne » par M. Parkin. L'objet de cet ouvrage est de présenter une synthèse des principaux apports de cette école de pensée à la macroéconomie.

  • "Notre méthode pour aider les dirigeants à transformer leurs organisations est fondée sur une idée simple : on peut rendre le changement désirable. Pour cela, il faut faire du changement une aventure extraordinaire dont chacun est le héros." Voilà ce qu'entend Philippe Albertini, directeur général de Bramatech, entreprise industrielle devant affronter une crise grave, lors de sa première rencontre avec Mister Change.

    Tiré d'une histoire vraie, ce roman raconte comment les acteurs de terrain, Philippe, Frédéric, Anne et les autres ont réussi à reprendre la main et à conduire avec leurs collaborateurs toutes les transformations nécessaires au redressement puis au développement de leur entreprise.

    Le parti pris peu académique des auteurs met en valeur les doutes, parfois les peurs et les freins, de la même manière que le courage, l'audace et l'envie des protagonistes de l'action.

    Tout au long du récit, le lecteur découvrira de nombreux outils, méthodes et démarches lui permettant de conduire le changement de façon pratique et opérationnelle.

    Les auteurs, praticiens du changement depuis plus de 15 ans, dirigent le cabinet Alter&Go Groupe, spécialiste de l'accompagnement de la transformation des entreprises.

    Créé en 2004, Alter&Go Groupe accompagne de nombreuses entreprises de tous secteurs d'activité et de toutes tailles dans la mise en oeuvre du changement.

  • Dans son numéro de l'automne, la revue Circuit souhaite réinterroger le phare de la scène montréalaise des musiques improvisées qu'est Productions SuperMusique, qui souligne ses 40 ans, tout en s'intéressant à des pratiques impliquant l'improvisation ailleurs qu'à Montréal (particulièrement en France et aux États-Unis), ceci sous un angle bien spécifique. En effet, ce numéro propose de sonder d'une oreille nouvelle la question du continuum improvisation/composition, à partir d'une série d'études de cas, d'entretiens et de témoignages permettant d'examiner précisément différents points de ce continuum. Par exemple: quel est le statut accordé par les musiciens à ces éléments prédéterminés? Simples conditions de la performance? Ressources individuelles? Facilitateurs de la coordination entre les musiciens? Obstacles, limitations, contraintes? Quelles stratégies les musiciens utilisent-ils pour contourner (voire pour détourner) les cadres, codes et conventions qui sous-tendent leurs performances? La rubrique Cahier d'analyse est consacrée à deux oeuvres des directrices et fondatrices de Productions SuperMusique, TAGS de Joane Hétu et TanGRAM de Danielle Palardy Roger. (source : Circuit)

empty