• La pulsion

    Jean-Christophe Goddard

    Chaque volume de la collection Thema propose une approche pluraliste d'une notion susceptible d'être mise au programme des enseignements de philosophie générale.
    Il consiste dans un ensemble limité de contributions vouées chacune à l'analyse et à l'interprétation d'un moment significatif de l'histoire philosophique de cette notion. Afin d'éviter la dispersion des connaissances et d'ouvrir un accès aux doctrines mêmes, aux questions originales qu'elles soulèvent et aux profondes transformations qu'elles font subir à la notion, chaque volume consacre à ces seuls moments forts de larges exposés rédigés par des historiens de la philosophie spécialisés dans l'étude d'une période ou d'un auteur

  • « L'hystérique, c'est à la fois celui qui impose sa présence, mais aussi celui pour qui les choses et les êtres sont présents, trop présents, et qui donne à toute chose et communique à tout être cet excès de présence » (Deleuze). L'essai de Jean-Christophe Goddard porte tout entier sur cette présence excessive ou cette station dans la présence du sujet hystérique et sur la manière dont elle fournit à la philosophie française contemporaine le paradigme d'une nouvelle subjectivité, d'une nouvelle manière d'être soi-même, qui conjugue la plus immédiate présence à soi et la plus grande ouverture à l'imprévisible, la singularisation la plus extrême et l'universalisation la plus absolue. Une telle station ambivalente, athlétique, du sujet, à la fois isolé en propre et disséminé en tous, ne va toutefois pas sans l'application à soi d'une certaine violence, dont J.-Ch. Goddard souligne la parenté avec la violence du meurtre sacré qui est au fondement de tout ordre humain. Il met singulièrement en valeur la manière dont la pensée française de la seconde moitié du XXe siècle installe la Figure de l'hystérique précisément à la place de Dionysos-Zagreus, attendant de la subjectivité émissaire et créatrice qu'elle incarne de pouvoir seule sauver l'humanité du chaos. En cette mesure, il jette les bases d'une anthropologie de la pensée contemporaine.

  • La philosophie de Fichte est une philosophie du moi. Est-ce à dire qu'il faut y voir une philosophie de la subjectivité finie achevant en système l'idéalisme kantien ? Ou bien faut-il s'inquiéter de ce que le moi y soit aussi dit "absolu"' et chercher chez Fichte les prémices des philosophies schellingienne et hégélienne de l'absolu ?

    Le but de ce volume est de convaincre que la philosophie de Fichte est plutôt une pensée originale de la constitution duale, contradictoire du moi humain en lequel sont à la fois opposés et réunis finitude et absoluité. Le medium de cette synthèse vivante du fini et de l'absolu dans le moi humain c'est la liberté comme libre choix d'elle-même. De sorte que confondant volonté d'être soi et volonté d'être libre la philosophie de Fichte est comme philosophie du moi, philosophie de la liberté.


    Table des matières Jean-Christophe Goddard, Introduction : Le moi et la liberté Yves-Jean Harder, De la lettre à l'esprit Franck Fischbach, Théorie et pratique dans la première Doctrine de la science de Fichte Jean-Christophe Goddard, Une pensée interrompue Claude Piché, Le mal radical chez Fichte Marc Maesschalck, Éducation et jugement pratique chez Fichte Index

    Sur commande
  • Chaque volume de la collection Thema propose une approche pluraliste d'une notion susceptible d'être mise au programme des enseignements de philosophie générale.
    Il consiste dans un ensemble limité de contributions vouées chacune à l'analyse et à l'interprétation d'un moment significatif de l'histoire philosophique de cette notion. Afin d'éviter la dispersion des connaissances et d'ouvrir un accès aux doctrines mêmes, aux questions originales qu'elles soulèvent et aux profondes transformations qu'elles font subir à la notion, chaque volume consacre à ces seuls moments forts de larges exposés rédigés par des historiens de la philosophie spécialisés dans l'étude d'une période ou d'un auteur.

  • Fidèles à l'esprit de rigueur et de clarté qui caractérisait, dans cette même collection, les volumes consacrés à la Nature et au Corps, les contributions sur le Pouvoir présentées ici ont à coeur de mobiliser les ressources non seulement politiques, mais aussi logiques, épistémologiques, métaphysiques, théologiques ou esthétiques, de la tradition philosophique, afin de tenter de donner consistance à une notion réputée confuse et de mieux cerner les enjeux spécifiques de notre temps.

  • Premier volume d'une série destinée à présenter les travaux de traduction et de commentaire du Groupe d'Études Fichtéennes de Langue Française, le présent ouvrage offre une interprétation originale des principaux moments systématiques et doctrinaux de la dernière période (les exposés successifs de la Doctrine de la science, la Doctrine de la religion et la Doctrine de l'État), et exploite les textes en partie inédits des tout derniers manuscrits de Fichte. Il se propose par ailleurs de confronter la démarche spéculative et phénoménologique du dernier Fichte aux traditions philosophiques contemporaines que sont l'hégélianisme, le perspectivisme nietzschéen, la phénoménologie husserlienne, le cognitivisme.

empty