Langue française

  • "Depuis l'invention de l'écriture, près de 3000 ans av. J.-C, le nombre 7 occupe une place privilégiée dans la plupart des cultures, mythologies et religions. Des 7 collines de Rome aux 7 têtes du naja d'Angkor, des 7 péchés capitaux aux 7 pétales de rose, l'auteur s'attache, dans cet ouvrage, à étudier toutes les significations que ce nombre recouvre dans le monde entier. Le Nombre 7 est un livre pour comprendre la fascination et l'admiration qui, depuis toujours, entourent ce nombre symbolique."

  • "Ce dictionnaire est répertorié selon cinq thèmes différents. Ce dictionnaire aborde la partie ""Liturgique et théologique mariale"" en 155 entrées basées sur les Ecritures, la spiritualité, la théologie, la liturgie, l art, l histoire et la géographie. Suivent les ""Nombres mariaux symboliques"" en 35 nombres ; la ""Flore mariale symbolique"" est présentée en 120 herbes, plantes ou arbres. Une quatrième section est consacrée aux ""Couleurs mariales symboliques"". Pour achever, le ""Bestiaire marial symbolique"" est traité en 30 oiseaux ou bêtes."

  • Au commencement le sacré était féminin. Le culte d'une « Déesse Mère » est probablement la plus ancienne religion du monde. Ses racines remontent très loin dans l'histoire. Dieu fut d'abord une femme, Dieu fut d'abord une Déesse!

    Dès le paléolithique, la société était donc régie par les femmes, les hommes étant soumis à un régime matriarcal. Certains historiens ont évoqué la théorie de l'existence d'une civilisation pré-indo-européenne appelée "culture préhistorique de la déesse" ou "matrilocale" qui aurait existé au début du paléolithique supérieur jusque vers 3000 avant J.C., quand le patriarcat se serait peu à peu institué.

    Dès le IVe siècle, la Sainte Vierge Marie, la Mère de Dieu, devient aussi Reine de la terre et Reine des cieux. Apparemment, elle a absorbé peu à peu tous les attributs des anciennes Grandes Mères dans le monde. Assurément Sa Sainteté durera à jamais, tant qu'il y aura de générations!

  • "Le nombre 3 est le nombre le plus attracteur pour de multiples raisons. C'est un nombre sacré et éminemment spirituel dans la majorité des cultures et civilisations. Il symbolise souvent la perfection. Pour la doctrine chrétienne, il compose la Sainte Trinité, un Dieu en tant qu'entité unique composé de 3 entités : le Père, le Fils et le Saint-Esprit, et dans la kabbale, ce sont les 3 mots clés, lumière, vibration et énergie qui émanent de l'infini. En numérologie, il représente l équilibre de l univers..."

  • Saint Georges est un martyr très renommé chez les Chrétiens et un prophète très respecté et bien vénéré par les Musulmans en même temps.
    Jean Sadaka, mythologue, chercheur et spécialiste dans le domaine religieux, est un auteur Libanais de plusieurs ouvrages parus en langue arabe sur l'histoire comparée des religions. « Saint Georges Prophète en islam » est son premier ouvrage en langue française.
    En fait, ce genre d'ouvrage est tout à fait nouveau au lecteur français, et la Bibliothèque française, autant que l'arabe, manque de ce genre de recherches. Dans ce domaine, Jean Sadaka est pionnier dans ses recherches riches, sérieuses et documentées.

  • Le symbolisme des nombres dans la Franc-maçonnerie Pourquoi la Franc-maçonnerie attache une si grande importance au symbolisme des nombres ? Pourquoi on appelle les Francs -maçons les « frères trois points » ? Quel rôle joue le nombre Trois dans cet Ordre ?

    Telles sont, parmi d'autres, les questions auxquelles Jean Sadaka essaie de répondre afin de focaliser sur l'importance des nombres dans la Franc-maçonnerie.

  • Pourquoi la couleur revêt une si grande lueur dans la Franc-maçonnerie ? Pourquoi les Francs-maçons se décorent- ils de rubans et cordons de différentes couleurs dans le Temple ?

    Quel rôle joue la couleur dans cette Confrérie ? Telles sont, parmi d'autres, les questions auxquelles Jean Sadaka essaie de répondre afin de focaliser sur le rôle primordial des couleurs dans la Franc-maçonnerie. Jean Sadaka, mythologue, chercheur et spécialiste dans le domaine symbolique et religieux, est un auteur Libanais de plusieurs ouvrages parus en langue arabe qui tournent autour du symbolisme dans l'histoire comparée des Religions et des Sociétés Secrètes. « La liturgie des couleurs dans la franc-maçonnerie » est son troisième ouvrage en langue française, où il traite ce sujet d'une manière intégrale, du point de vue philosophique et symbolique.

    Ce livre éclaire simplement et sobrement un des aspects que l'on dit "mystérieux" de la Franc-Maçonnerie. A lire avec attention.

  • Le christianisme et l'islam vénèrent à leur ma-nière certaines figures sacrées communes aux deux grandes religions : saint Élie est appelé « prophète Ilyâs » dans le Coran, la Sainte-Vierge est nommée « Mariam », saint Jean-Baptiste « Yahyâ », saint Georges « al-Khodr », Jésus est, quant à lui, appelé « Issa ».
    Le Coran en parle certes moins que les Évan-giles, mais le livre sacré des musulmans, consi-déré comme la parole de Dieu révélée à Maho-met (610 -632), dédie l'une de ses plus belles sourates à Mariam et lui consacre une place ex-ceptionnelle parmi ses versets.
    Cet ouvrage s'adresse au lecteur tant chrétien que musulman, tant occidental qu'oriental. Pour le lire et le comprendre, il ne faut être ni théolo-gien ni spécialiste, mais juste un homme de bonne volonté.

  • L'âne est de son naturel aussi humble, aussi patient, aussi tranquille que le cheval est fier, ardent, impétueux ; il souffre avec constance et peut-être avec courage les châtiments et les coups ; il est sobre et sur la quantité et sur la qualité de la nourriture, il se contente des herbes les plus dures, les plus désagréables que le cheval et les autres animaux lui laissent et dédaignent. L'âne, humble animal biblique et riche en symboles, a toujours eu une place importante dans la vie des peuples méditerranéens : en Provence, en Corse et même en Catalogne. Aux États Unis d'Amérique, l'âne est le symbole du parti démocrate et au Kurdistan, il y a « le parti des ânes » qui a érigé une statue d'un âne en cravate au milieu de la place centrale de la ville de Suleimaniya. Cet animal jouit également d'une symbolique très riche dans les religions monothéistes ainsi que dans les traditions des Juifs, Chrétiens et Musulmans.

    Sur commande
  • Le serpent

    Jean Sadaka

    Au commencement était le serpent. C'est du moins ce que croient quelques anciennes mythologies, pour lesquelles le serpent serait à l'origine de la vie sur terre. Le serpent est, sans doute, de tous les animaux, celui dont la symbolique est la plus riche. Il n'y a pas d'animal qui ait frappé davantage l'imagination des peuples. Toutes les religions font au serpent une place de choix en bien ou en mal.

    Sur commande
  • Deux grandes religions dans le monde, le christianisme et l'islam, vénèrent ensemble, chacune à sa manière, certaines mêmes figures saintes, notamment saint Élie appelé Ilyâs dans le Coran, la sainte Vierge Marie ou Mariam, Jean Baptiste ou le prophète Yahyâ, Jésus ou le prophète Îssâ, ainsi que saint Georges ou al-Khodr.

    Sur commande
empty