• Certains voient en Erving Goffman (1922-1982) le plus grand sociologue de la seconde moitié du XXe siècle, alors que d'autres estiment que ses analyses ne sont que le reflet d'un point de vue limité. Ce livre propose une présentation synthétique de sa sociologie. Il décrit la trajectoire personnelle de l'auteur, explore les différentes métaphores qu'il a utilisées pour comprendre les interactions, et s'attache à reconstituer la généalogie intellectuelle de l'oeuvre. Enfin, il discute les multiples critiques qu'elle a suscitées.

  • Depuis ses origines, le management est dominé par la recherche d'un mode optimal d'organisation, généralement qualifié de " one best way ".
    Au cours des dernières années, cette quête a pris diverses formes qui se sont succédé à un rythme soutenu qualité totale, reconfiguration des processus d'affaires (reengineering), management de la connaissance, e-management, etc. Au-delà des modes managériales, n'est-il pas nécessaire de rétablir la primauté d'une démarche d'analyse en profondeur des fonctionnements organisationnels dans leur diversité ? Tel est l'enjeu de ce livre, fruit d'un long travail de réflexion commune entre les deux auteurs, à la fois en tant qu'enseignants, chercheurs et intervenants en organisation.
    Une première spécificité de l'ouvrage est sa référence à la typologie des formes organisationnelles (configurations), élaborée par le théoricien canadien Henry Mintzberg, qui éclaire de manière stimulante les relations entre choix managériaux, contraintes du contexte et jeux de pouvoir entre acteurs. L'ensemble de ce schéma d'analyse est exposé de façon claire et rigoureuse, en adoptant toutefois, à plusieurs reprises, un point de vue distancié, voire critique, par rapport à la théorie initiale.
    Une seconde spécificité de l'ouvrage réside dans le souci de rendre opérationnel le cadre d'analyse proposé. Pour ce faire, l'ensemble des concepts et hypothèses est soumis à l'épreuve des faits au travers de deux études de cas approfondies et est assorti d'indications méthodologiques précises destinées à guider le travail de terrain. Le pari de l'ouvrage est de démontrer que l'efficacité de l'action dans les organisations repose nécessairement sur une prise en compte effective de leur diversité.
    S'il s'adresse sans nul doute aux chercheurs, formateurs et étudiants en gestion, il concerne tout aussi directement les personnes désireuses de mieux comprendre le fonctionnement des organisations dans lesquelles elles se trouvent - à commencer par les cadres et les équipes dirigeantes - et d'y agir de manière plus pertinente.

    Sur commande
  • Depuis les années 1980, le coaching pratiqué dans les organisations suscite l'intérêt de nombreuses personnes : responsables des ressources humaines, chefs d'entreprise, coachs, collaborateurs et universitaires. Mais comprendre cette pratique d'accompagnement se révèle rapidement complexe. En effet, au-delà des mérites professés du coaching, que sait-on vraiment de ses effets réels pour les individus et les organisations ? Améliore-t-il l'efficacité des personnes, équipes et entreprises qui y ont recours ? Quelles sont les motivations des parties prenantes ? Enfin, la réussite d'un programme de coaching doit-elle satisfaire à certaines conditions, et auxquelles ?
    Cet ouvrage éclaire ces questions en mobilisant les recherches françaises et internationales de psychologues, psychanalystes ou encore sociologues. Son approche globale du coaching dans les organisations offre un état des lieux inédit sur cette pratique.

  • Anthony Giddens occupe une place à part dans le champ de la sociologie contemporaine : sa production scientifique est très abondante et ses connaissances en sciences humaines extrêmement vastes. En outre, il poursuit des objectifs très ambitieux : ses premiers ouvrages consistent en une critique de l'ensemble de la tradition sociologique, en vue d'en réviser les bases. Il s'attache ensuite à construire une théorie de la société moderne. Il entend également comprendre l'identité de l'individu contemporain, en particulier ses relations intimes (couple, amitié, etc.) et ses pratiques corporelles (alimentation, sexualité, etc.). Enfin, ses derniers écrits, plus politiques, cherchent à définir une « troisième voie », entre la gauche traditionnelle et la droite libérale.
    Le livre présente les différentes facettes de cette oeuvre monumentale et discute les nombreuses critiques qu'elle a suscitées.

  • Trop d'ouvrages traitent déjà de la GRH d'un point de vue théorique et apportent à chaque problème des solutions générales, alors que la GRH est par essence une discipline pratique dont l'usage doit s'adapter en permanence à des entreprises particulières

  • Cet ouvrage célèbre les 40 ans de l'Association pour le développement des méthodologies d'évaluation en éducation (ADMEE-Canada) en brossant un portrait rétrospectif et prospectif de la mesure et de l'évaluation dans les contextes canadien et européen. Allant bien au-delà d'une visée historique, il rassemble les contributions de 15 témoins privilégiés de l'évolution du domaine dans un style libre et vulgarisé. Les textes présentés ont une portée emblématique et critique sur les tendances, les mouvements de fonds et l'émergence d'enjeux pratiques, politiques et épistémiques de la recherche en mesure et évaluation.
    Ce livre se divise en trois parties. La première, intitulée «?L'évaluation et la mesure en mouvement?: du passé à l'avenir?», comporte quatre textes qui dévoilent une diversité de perspectives concernant l'évolution et les tensions sociohistoriques du domaine. La deuxième partie, intitulée «?Les enjeux pédagogiques contemporains de l'évaluation et de la mesure?», regroupe huit textes mettant en lumière les rapports inhérents entre la mesure et l'évaluation et la mouvance dans laquelle ce domaine s'inscrit aujourd'hui. Quant à la troisième partie, intitulée «?Vers une émancipation des expertises???», elle regroupe deux textes présentant un regard prospectif sur l'émergence de la professionnalisation de la mesure et de l'évaluation. L'ouvrage vise à atteindre à un lectorat étendu, dans une perspective de formation, de vulgarisation et de recherche. Il s'adresse principalement aux chercheurs, praticiens, professionnels, étudiants et intervenants en mesure et évaluation.

  • Cet ouvrage nous conduit aux quatre coins du monde. On y découvre des expériences d'agroforesterie en Inde, le développement de l'agriculture biologique en Alsace, la mise en place de certification participative au Brésil, ou encore le fonctionnement de groupements d'achats alimentaires en Belgique. Ces expériences ont en commun de promouvoir une agriculture et une alimentation soucieuses des principes de l'écologie.ØCet ouvrage est ainsi un des premiers en langue française à présenter les recherches qui se font dans le domaine de l'agroécologie, un courant qui se développe depuis une trentaine d'années, principalement aux États-Unis et en Amérique latine.ØLes multiples expériences sont analysées à travers le prisme des sciences sociales. On s'interroge sur le rôle des différents acteurs (paysans, consommateurs,.), sur la manière dont les initiatives s'inscrivent dans les territoires et sur les modes de régulation assurés par les pouvoirs publics.

    Sur commande
  • Ce livre ne constitue pas un nouveau manuel de grh, qui proposerait un inventaire de " bonnes pratiques " destinées à optimiser la performance de l'entreprise.
    La conviction des auteurs, bâtie au fil de plus de dix ans de recherches et d'interventions dans des organisations de tous types, est qu'en la matière il convient de s'écarter de la pensée unique et des discours normatifs.
    En s'inspirant de nombreuses recherches francophones et anglo-saxonnes et en s'appuyant sur des études de cas approfondies, l'ouvrage cherche à mettre de l'ordre dans les pratiques de grh souvent multiformes que l'on rencontre dans les organisations contemporaines.
    Il tente ensuite de les expliquer en les resituant dans leur contexte spécifique et en prenant en compte les jeux de pouvoir qui se tissent entre les acteurs en présence.
    L'ouvrage permet ainsi d'envisager sous un jour nouveau l'intervention dans le domaine de la grh et l'évaluation des changements auxquels elle donne lieu. il s'adresse aux chercheurs, praticiens et consultants, ainsi qu'aux étudiants, de 2e et 3e cycle.

  • Les Carnets du développement durable proposent des contributions originales, sous forme d'articles scientifiques, traitant du défi que représentent la fragilité de l'environnement naturel et le souci des générations futures pour penser le développement humain, la justice sociale ou encore les rapports Nord-Sud.
    Dans cette optique, les articles proposeront préférentiellement des analyses critiques sur :
    * les dimensions conceptuelles, culturelles et historiques du développement durable ;
    * les enjeux écologiques, éthiques, socio-politiques et juridiques des différents paradigmes du développement durable ;
    * des réalisations et des projets durables concrets ;
    * des programmes d'éducation citoyenne au développement durable.

  • Cet ouvrage retrace le parcours d'une soixantaine d'agriculteurs biologiques. Céréaliers, maraîchers, arboriculteurs, éleveurs, ou encore vignerons, établis dans différentes régions de France et de Belgique : comment en sont-ils venus à l'AB ?ØDifférentes approches disciplinaires sont mobilisées (la psychologie, la sociologie, l'économie, l'anthropologie) pour analyser ces trajectoires professionnelles.ØUne première partie décrit la dynamique de rupture où le choix de passer à l'agriculture biologique implique d'abandonner des comportements antérieurs, de se différencier d'autres praticiens, avec ce que cela entraîne comme conflits, rejets, incertitudes, chocs émotionnels.ØLa deuxième partie décrit la dynamique d'innovation qui implique la mise en place de nouvelles pratiques, individuellement et collectivement, grâce à l'expérimentation, la recherche, les échanges. L'ouvrage se termine sur des pistes pour promouvoir l'agriculture biologique en confrontant des points de vue de praticiens et d'experts.

  • Ces contributions analysent de près les spécificités des entreprises d'Afrique subsaharienne : leur ancrage familial et communautaire, l'incidence qu'ont sur elles les croyances magico-religieuses... Elles explorent l'apport d'outils de gestion tantôt inspirés des traditions locales (tontine d'entreprise, conseil des sages), tantôt importés de l'Occident (qualité totale, externalisation).

  • En trois interviews, réalisées à six mois d'intervalle au cours de la formation d'un homme, Georges nous livre le récit de son expérience. : il nous parle de ce qu'il apprend, de l'entraide mais aussi des rivalités au sein du groupe en formation, des changements qui s'opèrent dans sa manière de voir le monde et lui-même. Se référant au "cas Georges" des chercheurs de divers horizons, pédagogues, sociologues, anthropologues, psychanalystes explorent différentes dimensions de l'expérience de formation d'adulte.

    Sur commande
  • En visitant des institutions de formation dans différents pays francophones en Europe, Amérique du Nord et Afrique de l'Ouest, cet ouvrage explore les formations d'adultes sous deux angles : d'abord du point de vue des étudiants et ensuite sous un angle plus collectif en s'intéressant aux trajectoires sociales des étudiants et en situant celles-ci dans leurs contextes sociaux et économiques. Ces analyses débouchent sur des recommandations qui s'adressent à différents acteurs ayant en charge les formations d'adultes.

    Sur commande
  • Depuis plusieurs décennies, on assiste au développement d'un nombre important de recherches qui mettent en cause la gestion des entreprises. Elles ouvrent la réflexion dans plusieurs directions : elles font place à des finalités autres que strictement économiques et financières, comme l'équité sociale ou le respect de l'environnement ; elles prennent en compte les dimensions émotionnelles et affectives de la vie en entreprise ; elles mettent en lumière les actions de résistance et d'émancipation, etc.
    Certaines d'entre elles se revendiquent d'un courant structuré (les Critical Management Studies) tandis que d'autres sont davantage dispersées. Une des spécificités de l'ouvrage est de couvrir l'ensemble de ces courants, aussi bien dans le monde anglosaxon que francophone, en y privilégiant les études de terrain et en mettant en avant à la fois l'intérêt de telles recherches et leurs limites.

  • Apiculteurs, nature et societe - du travail en solitaire a l'action collective Nouv.

    Les abeilles ont suscité, au cours des dernières années, d'abondantes recherches scientifiques. Il n'en est pas de même pour leurs «bergers», à savoir les apiculteurs. Quels soins apportent-ils à leurs abeilles? Comment gèrent-ils les maladies et les parasites? Comment se forment-ils? Quels outils et techniques utilisent-ils? Quelles relations ont-ils avec leurs collègues, mais aussi avec les agriculteurs, les scientifiques, les politiques? Cet ouvrage offre une vingtaine de contributions rédigées par des spécialistes de diverses disciplines (sociologie, histoire, anthropologie, psychologie, droit, écologie, philosophie, agronomie) qui étudient les multiples aspects de leur activité. Il explore l'apiculture dans différents pays, y compris non européens, et retrace son évolution historique. Il s'intéresse également à la place occupée par les apiculteurs dans les romans, la photographie, ou encore la peinture. Comment les apiculteurs apparaissent-ils dans l'ouvrage? Au fil des différentes contributions, on découvre des femmes et des hommes en prise sur les grands enjeux qui concernent à la fois la nature (la question climatique, la biodiversité, la qualité des paysages) et la société (la place accordée aux sciences et aux techniques, la question du progrès, l'enjeu du développement). De manière souvent originale, ils composent avec ces divers phénomènes naturels et sociaux, à l'instar des «bricoleurs» chers à l'anthropologue Claude Lévis-Strauss.

    awaiting publication
  • L'objectifs des auteurs, tous deux spécialisés dans la gestion des ressources humaines et l'analyse des organisations, est de s'attacher à l'un des concepts de base de la théorie des organisations : la coordination du travail. Après un rappel des différentes approches de la coordination développées en sociologie du travail, les auteurs s'attachent à analyser les pratiques en oeuvre. La coordination du travail en entreprise peut en effet être plus ou moins formelle, peut varier en fonction du système hiérarchique, de la place accordée au travail en réseau, des problématiques interculturelles... Face à ces formes de coordination variées, les acteurs vont développer différentes stratégies afin d'infléchir les pratiques en fonction de leurs intérêts.

    Sur commande
  • Sur commande
empty