• « Nous avons fait un tour d'horizon, et partout, à Tunis, à Alger, à Madagascar, à Limerick, à Varsovie, à Gênes, à Rome, aussi bien qu'à Paris ou dans les plus humbles hameaux de France, nous avons trouvé la pensée de Vincent de Paul, présente et agissante.
    Revenons à Saint-Lazare, pour le regarder vivre chez lui.
    Il est aussi grand là, dans son existence familière et quotidienne, que dans ses entreprises les plus audacieuses. » Jean Calvet

  • Biographie de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (1622-1673), auteur entre autres des Précieuses ridicules, de L'École des femmes, du Misanthrope, de L'Avare, des Fourberies de Scapin et du Malade imaginaire. Il faut avouer que Molière a tiré la comédie du chaos, ainsi que Corneille en a tiré la tragédie. Il avait une autre sorte de mérite, que ni Corneille, ni Racine, ni Boileau, ni La Fontaine n'avaient pas: il était philosophe (Voltaire). Molière est le plus parfait auteur comique dont les ouvrages nous soient connus. Mais qui peut disconvenir que le théâtre de ce même Molière, des talents duquel je suis l'admirateur plus que personne, ne soit une école de vices et de mauvaises moeurs (Jean-Jacques Rousseau). L'observation donne Sedaine, l'observation plus l'imagination donne Molière, l'observation plus l'imagination plus l'intuition donne Shakespeare (Victor Hugo). S'il était possible de corriger entièrement les hommes en les faisant rougir de leurs ridicules, de leurs défauts et de leurs vices, quelle société parfaite n'eût pas fondée ce législateur sublime (Honoré de Balzac).

  • Pour les étudiants, des livres d'initiation rassemblent l'essentiel et posant les problèmes. Pour les spécialistes, des essais de synthèse. Pour le grand public, des ouvrages agréables ravivant les souvenirs et tenant au courant. Pour tous, une substance riche et un guide réputé.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Pour les étudiants, des livres d'initiation rassemblent l'essentiel et posant les problèmes. Pour les spécialistes, des essais de synthèse. Pour le grand public, des ouvrages agréables ravivant les souvenirs et tenant au courant. Pour tous, une substance riche et un guide réputé.

  • Y a-t-il une critique catholique ? "Oui, s'il y a des catholiques doués du talent critique. Mais ressemblent-ils, dans ce cas, à tous les autres critiques qui ont du talent ?" Que valent les principes ou les préjugés d'une telle critique ? Jean Calvet traite cette question "en quelques mots, par politesse pour le passé, pour le temps de ma jeunesse", avant d'aborder les conditions qui sont faites aujourd'hui à la critique catholique en France et de ses devoirs.

  • Y a-t-il une critique catholique ? "Oui, s'il y a des catholiques doués du talent critique. Mais ressemblent-ils, dans ce cas, à tous les autres critiques qui ont du talent ?" Que valent les principes ou les préjugés d'une telle critique ? Jean Calvet traite cette question "en quelques mots, par politesse pour le passé, pour le temps de ma jeunesse", avant d'aborder les conditions qui sont faites aujourd'hui à la critique catholique en France et de ses devoirs.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Phénicien, araméen, hébreu, grec, latin, étrusque, berbère, arabe, turc, espagnol, italien, français : ces langues du pourtour méditerranéen nous parlent de l'histoire de ce continent liquide. Elles sont d'abord la trace des empires et puissances qui se sont succédé en Méditerranée, mais aussi celle du commerce des hommes, des idées et des denrées, qui ont constitué cet espace en un ensemble homogène. Ce livre se fondant sur une approche sociolinguistique et géopolitique, prend donc les langues, « linguae nostrae », comme le fil rouge de cette histoire. Car les langues et les mots ont une mémoire. Ils sont le témoin des interactions, des conquêtes, des expéditions, des circulations. Que ce soit dans les emprunts, la sémantique, les alphabets, ou la toponymie, les traces des échanges au sein de cette mare nostrum sont nombreuses. Du voyage d'Ulysse aux migrations d'aujourd'hui, en passant par les croisades et les échelles du Levant, ces langues ont façonné et habité la Méditerranée, au rythme des événements historiques qui l'ont marquée, et qui en font le laboratoire de l'humanité depuis plus de 3 000 ans.

  • La linguistique moderne est née de la volonté de Ferdinand de Saussure d'élaborer un modèle abstrait, la langue, à partir des actes de parole. Son enseignement insiste surtout sur le fait que « la linguistique a pour unique et véritable objet la langue envisagée en elle-même et pour elle-même ». Or les langues n'existent pas sans les gens qui les parlent. Il faudra pourtant attendre la Sociolinguistique de William Labov, en 1976, pour trouver l'affirmation selon laquelle, si la langue est un fait social, alors la linguistique elle-même ne peut être qu'une sociolinguistique.
    En quoi consiste cette conception sociale de la langue, et dans quelle mesure nous oblige-t-elle à redéfinir la linguistique elle-même ?

  • "Nous vivons depuis Ferdinand de Saussure avec une idée reçue : le signe est composé de deux éléments indissociables, un signifié et un signifiant.
    Louis-Jean Calvet, appelant à la barre des témoins aussi différents que Jacques Lacan, Bobby Lapointe, Louis Wolfson, Roman Jakobson, Georges Brassens, Sigmund Freud, Léo Ferré, Roland Barthes ou Bénabar, mène ici une enquête en quête du sens. Interrogeant lapsus et discours politiques, chansons, étymologies populaires, métaphores et métonymies, l´auteur ratisse le champ du signe pour tenter de répondre à deux questions, l´une sémiologique (comment se constitue un système de signes ?) et l´autre herméneutique (comment se construit le sens ?).
    Un roman policier au royaume des sens."

  • ?Le vent marin, vient du Sud-Est, donc de la mer. Enervé, ce vent, que les autochtones nomment "La Marinade", provoque des rouleaux, qui donnent à la Méditerranée, un petit air d'océan. Vent de la mer, vent de légendes.

    En matière de contes et croyances, dès qu'il s'agit de la mer, la Bretagne, avec ses deux mille kilomètres de côtes, se taille la part du lion. Notre côte Vermeille, qui ne s'étend que sur une centaine de kilomètres, fort heureusement, n'est pas en reste. Qu'il s'agisse d'une sirène au Barcarès, d'un vampire à Canet-Plage, d'un revenant du côté de l'ancien camp où étaient parqués les républicains espagnols à Argelès, d'un calmar géant vers Cerbère, d'une dame blanche qui hantait Sainte-Marie-la-Mer, du Babau de Rivesaltes arrivé par la Méditerranée, ou d'un fantôme au "Bourdigou", l'auteur vous narre douze histoires, aussi étranges les unes que les autres.

    Des histoires qui démontrent que le récit populaire est aussi riche chez le catalan que chez le breton, à moins que le catalan ait la même propension que le breton, à embellir les récits jugés à l'origine, pas assez extraordinaires, en usant (et même en abusant), d'exagération.

  • La peur s'est installée dans le milieu des nuits chaudes toulousaines. Les policiers sont confrontés à une série de morts suspectes dont sont victimes des prostituées et des transsexuels. Si ce livre reste un « véritable polar », il emmène le lecteur dans un monde où le sexe règne en maître. Des partouzes dans lesquelles les shémales non opérés mettent du piment dans la vie sexuelle trop monotone de certaines personnes que l'on ne s'attend pas toujours à trouver en si bonne (ou mauvaise c'est selon) compagnie. Mais toute cette débauche se termine trop souvent dans l'horreur. Un tableau sans concession de l'intimité d'une partie de la population dans ce roman policier réservé aux adultes et même aux plus avertis d'entre eux.

  • « Tout homme est un criminel qui s'ignore », a écrit Albert Camus. Ce livre semble lui donner raison lorsque l'on découvre le vaste panel de personnes qui ont franchi le cap du passage à l'acte. Un étonnant échantillonnage des méthodes employées pour tuer, une drôle de collection des subterfuges utilisés pour dissimuler un crime et, fort heureusement, un bel assortiment d'erreurs que ne doit pas commettre un assassin s'il veut passer au travers des mailles de la justice. Vingt quatre histoires policières qui surprendront le lecteur avec ses corps emmurés, démembrés ou transformés en oeuvre d'art, ces assassins vraiment atypiques, qui vont de monsieur tout le monde à un prêtre, en passant par un femme officier de gendarmerie, et quelques ruses vraiment originales employées par les tueurs dont certains (une minorité), échapperont à toute sanction. Du vrai « polar » pour les amateurs du genre.

  • « La femme courageuse vaut deux hommes courageux » écrivit Gabriel Meurier dans le trésor des sentences en 1568. Et pourtant la France a attendu le XXe siècle pour intégrer réellement les femmes dans la Police et dans la Gendarmerie. Dans cet ouvrage, l'auteur a choisi d'exposer le rôle qui est désormais le leur en narrant l'histoire d'une capitaine de Police et d'une capitaine de Gendarmerie confrontées à un implacable tueur en série. Des disparitions de jeunes filles, puis de femmes mûres s'enchaînent à Toulouse et à Castelnaudary, et ces dernières ne sont jamais retrouvées. Les enquêtrices sont conscientes que personne ne possède les infrastructures nécessaires pour garder prisonnières autant de personnes. Mais alors, où sont passés les cadavres ? Dissimuler facilement un corps ou deux est réalisable, mais dans cette affaire comment le tueur est-il parvenu à se débarrasser de huit dépouilles en si peu de temps ? Des investigations difficiles au cours desquelles policiers et gendarmes paieront un lourd tribut avant de mettre hors d'état de nuire le redoutable prédateur.

  • L'auteur nous invite à suivre un flic en immersion chez les libertins du Cap d'Agde où il se retrouve malgré lui embarqué au beau milieu d'une frange de notre société où le sexe règne en maître. Echangisme, triolisme, partouzes, bisexualité, de la débauche à tous les étages et des pratiques collectives qui feraient rougir une péripatéticienne de notre bon vieux bois de Boulogne. Du sexe sans limite mais uniquement entre adultes consentants. L'enquêteur sera contraint de faire face à une série de meurtres sur fond de trafic de Viagra. Un véritable « polar », réservé néanmoins aux adultes.

empty