Littérature générale

  • « C'est un pays où l'on doit justifier sa vie en publiant au moins un recueil de poèmes. » écrit Dany Laferrière, dans son discours prononcé le 28 mai 2015 à l'occasion de son entrée à l'académie française. En Haïti, la poésie est considérée comme le genre littéraire par excellence. Il faut dire que des poètes incontournables du mouvement surréaliste sont passés par là. Aujourd'hui, une nouvelle génération de poètes voit le jour. Qui sont-ils ? A quelle source s'abreuvent-ils ? James Noël est allé à la rencontre de 65 poètes haïtiens pour récolter ce que chacun d'entre eux considère comme les cinq plus beaux poèmes qu'ils n'aient jamais écrits.

    Né en Haïti en 1978, James Noël est écrivain, poète, acteur et chanteur. Il est aussi fondateur de la revue lntranQu'îllités (éditions Zulma).

  • « Vice viscéral, je revendique la pyromanie comme une poétique, un état second, pour traverser le froid, la mort, et autres pièges de notre temps. La pyromanie est en vérité la dernière planche de salut de la chaleur humaine. » Le pyromane adolescent Les poètes sont-ils des pyromanes adolescents qui chantent l'espoir du monde ? Leurs mots embrasent les cours. Leurs amours nous donnent de quoi rêver et vivre. James Noël n'a d'autre métier que celui de pyromane. Pour lui, c'est la seule manière d'être : la fulgurance de l'enfant qui dit que toute nuit est jour férié par amour. James Noël est un cracheur de mots, un funambule qui déverse la poudre des étoiles.

  • Belle merveille

    James Noël

    12 janvier 2010, jour fatidique du grand séisme ravageur. Un survivant ténu - autoproclamé Bernard - rencontre Amore, Napolitaine oeuvrant comme bénévole dans une ONG. Le coup de foudre sonne comme un regain. Pour sortir du grand chaos de la ville soliloque et disloquée, et aider Bernard à se délivrer de son effondrement, Amore, belle tigresse de Frangipane, lui propose un voyage à Rome.
    À bord d'Ici-Bas Airlines, Bernard part, décolle les yeux fermés. Une étrange mappemonde, entre autres belles merveilles - comme on dit l'extraordinaire dans le parler haïtien -, se dessine dans la pensée de celui qui rêve de retourner au pays comme un héros...
    Belle merveille est un roman flash balayant sept ans de l'existence d'un homme déboussolé - qui a perdu la carte. Et qui nous dit, avec un humour et une causticité débridés, l'absurdité de l'aide humanitaire quand elle tire à elle la couverture des désastres, l'amour, les joies du sexe salutaire, la confusion, la folie, le combat d'un peuple face à l'impérialisme des puissants. Écrit dans une langue syncopée, imagée, magnifiquement inventive, Belle merveille est un premier roman, et porte si bien son nom.
    En bref...Déboussolé, dans un dérèglement de tous les sens, un homme revient sur les sept années écoulées depuis le séisme qui a bouleversé sa vie : son coup de foudre avec Amore, qui l'a sauvé de la folie, son pays sous emprise des ONG, devenu la proie des appétits impérialistes et toujours dans la tourmente, entre la Chose (le goudougoudou) et le Choléra... Seul l'amour le sauvera, et la folie endiablée du sexe et du rythme du Kompa.

  • En pleine actualité de la sortie possible du Royaume-Uni de l'Union européenne, James Noël nous livre une véritable ballade anglaise sur le Brexit.

    « Le Brexit m'excite c'est incroyable c'est la première fois qu'une nation se jette par la fenêtre en plein orgasme ».

    Cette chronique puissante du Brexit est suivi de La Migration des murs, un pamphlet poétique et philosophique, texte d'intervention et d'engagement, que James Noël a commencé à rédiger en mémoire des ravages provoqués par le séisme de 2010, est très vite devenu une invitation universelle à faire table rase de tous les murs qui font ruines du monde.

  • "Toutes les îles du monde rassemblées côte à côte forment une plaque tectonique plus vaste que la terre entière"

  • « Des murs, des murs, jusqu'au tombeau... », écrit James Noël, trois ans après le terrible séisme qui a frappé Haïti. « La terre qui a tremblé et qui a atteint l'épicentre de la mort le 12 janvier en Haïti ne doit pas nous faire oublier les murs », tous les murs de par le monde.

    La Migration des murs est un pamphlet poétique. Un work in progress, dont James Noël nous a donné un premier aperçu dans une édition expérimentale en collaboration avec Fanette Mellier à la Villa Médicis.

    Ce texte d'intervention et d'engagement, que James Noël a commencé à le rédiger en mémoire des ravages provoqués par le séisme de 2010, est très vite devenu une invitation universelle à faire table rase de tous les murs qui font ruines du monde.

    « Aux yeux des étoiles, les murs et les gratte-ciel sont des géants au pied d'argile. [...] Pour elles, le monde est plat et sans hauteur dans son asphalte, donc ne constitue pas une preuve solide, indéboulonnable dans l'univers. »  

  • Mélange de poèmes et d'aphorismes, Kana sutra est un ouvrage témoin du temps du voyage de James Noël. Voyage en Nouvelle-Calédonie où le chemin kanak lui a insufflé sa part d'ailleurs, voyage de coeur à corps entre voluptés et phantasmes, voyage intérieur enfin, ou l'adulte s'interroge sur sa part d'enfant.
    Un livre de transition, où James Noël ose un peu plus la prose, un peu plus l'engagement.

  • "Un vent salé nous vient du large avec la poésie de James Noël.
    Poésie toujours à double tranchant, sensuelle et tendre, violente et douce, âpre et sensible, poésie généreuse, soucieuse d'avancer, de partager le lot commun avec ses frères de peine, d'étarquer cette voile déchirée, celle de l'espoir d'un monde meilleur, sans cesse à construire et dont les mots du poète sont souvent les premières pierres". Jacques Taurand

  • Cheval de feu

    James Noël

    Je suis prince de feu Ogou o sur un cheval de feu à moi tout seul je suis un char de guerre et mon putain de chambardement Ogou o je suis prince de feu auréolé d'un beau mouchoir une alerte rouge qui danse mon beau mouchoir est une alerte rouge j'assume tout en plein vent j'assume la beauté du monde qui me consume en face du calendrier solaire j'assume mon beau cheval carbonisé le feu l'a emparé depuis les oreilles jusqu'aux sabots je suis prince de feu sur un cheval de tonnerre de Dieu à moi tout seul je suis un char de guerre mon propre et sale chambardement

  • Fraîcheur, élégance, fluidité afin de tendre la main à l'adolescence. On lit James Noël toujours dans la bonne humeur. Le poète se promène en chantant la vie, il dit coeur à vie et nous apprend, tel un léger parfum, plein de choses délicates et simples, comme, par exemple, que la nuit est jour férié par amour.

empty