• À Bure, petite commune française dans la région du Grand Est, des opposants français et allemands au nucléaire militent depuis des décennies contre la construction d'un site de stockage permanent de déchets nucléaires hautement radioactifs. Le mouvement d'opposition a pris forme dans la forêt de Lejuc, où Jürgen Nefzger a photographié la vie quotidienne d'un groupe de manifestants qui s'étaient installés temporairement dans la forêt jusqu'à la destruction du camp en février 2018. Les clichés sont accompagnés de l'essai intitulé Le devoir de la désobéissance civile de Henry David Thoreau publié en 1849 qui a largement influencé cette étude photographique.

  • Le photographe habite une société de loisirs consommés.
    Il y chemine d'habitats nouveaux en centres commerciaux, de stations balnéaires en quartiers de plein air, de parcs de loisirs en zones d'activité. il campe sa chambre face au bonheur factice d'une appropriation individuelle, au front d'une catastrophe collective dévoilée ou potentielle. il instruit en tension la beauté généreuse du paysage et la clarté assurée de sa détérioration. peu importe qu'il s'agisse du gers, de la banlieue parisienne ou marseillaise, de telle ou telle station de montagne ou de bord de mer.
    Le constat est présent, non comme une dénonciation qui n'aboutirait qu'à une prise de position somme toute banale, mais comme une proclamation politique du doute. les photographies de jürgen nefzge ne se corsettent pas en un art engagé aux formes prisonnières d'un discours simplifié, elles sont une invitation à la pensée complexe dans le plaisir assumé des sens et du sens.

  • Le photographe habite une société de loisirs consommés.
    Il y chemine d'habitats nouveaux en centres commerciaux, de stations balnéaires en quartiers de plein air, de parcs de loisirs en zones d'activité. il campe sa chambre face au bonheur factice d'une appropriation individuelle, au front d'une catastrophe collective dévoilée ou potentielle. il instruit en tension la beauté généreuse du paysage et la clarté assurée de sa détérioration. peu importe qu'il s'agisse du gers, de la banlieue parisienne ou marseillaise, de telle ou telle station de montagne ou de bord de mer.
    Le constat est présent, non comme une dénonciation qui n'aboutirait qu'à une prise de position somme toute banale, mais comme une proclamation politique du doute. les photographies de jürgen nefzge ne se corsettent pas en un art engagé aux formes prisonnières d'un discours simplifié, elles sont une invitation à la pensée complexe dans le plaisir assumé des sens et du sens.

  • Dans Nocturnes, Jürgen Nefzger, photographe allemand vivant à Paris, explore la ville de Clermont-Ferrand. Son cheminement nous entraîne dans l'entre-deux de l'agitation urbaine, dans l'envers d'un espace du quotidien, guettant les premières lueurs d'une aube qui ne poindra pas.

  • Au cours de ce périple dans les bois de Creil, ce sont des détails qui matérialisent le réel fuyant : des éléments perturbateurs, véritables contrepoints à la stabilité de la composition paysagère.
    Ces détails résistent au formatage par les règles de l'art. Chacune de ces clichés témoigne d'une parfaite maîtrise du format paysager, au sein duquel surgit un désordre libérateur. Cette typologie atteste d'une pratique critique de la photographie, capable de démasquer certaines des illusions qui ont façonné au fil des siècles l'art de représenter le territoire. Pour le photographe arpenteur qu'est Jürgen Nefzger, les sentiers perdus de Creil sont une destination.
    Chacune de ces images porte en elle le parcours qui mène à sa réalisation, le cliché étant le point final d'une recherche spatiale. A Creil, il a su trouver un chemin qui ne mène nulle part, là exactement.

empty