Manuella

  • Avec une oeuvre d'une vingtaine de romans, livres de poésies et ballades urbaines (dont traduit en français La chambre de Rodinsky), plusieurs fi lms documentaires, des grafic novels, un CD audio avec Bruce Gilbert (ancien bassiste du groupe Wire), Iain Sinclair a inventé une véritable écriture de la ville, autant poétique que fantastique. « Dans son style, il est incomparable, c'est le Thomas de Quincey des lettres anglaises contemporaines », estime Peter Ackroyd. À la manière d'un William Blake ou d'un Walter Benjamin, sa pratique de la dérive lui permet de déchiff rer dans le langage de la ville les signes de son époque : « La marche est la meilleure manière d'explorer et d'exploiter une ville, explique-t-il. En adoptant une forme de flânerie méthodique, en arpentant l'asphalte en une rêverie alerte, on permet à un motif sous-jacent d'émerger du décor ambiant » (Lights out for the Territory). Son approche descriptive minutieuse et précise de son univers urbain, qui est comme une anthropologie de l'« infra-ordinaire », fait aussi penser à Georges Perec. Composé d'extraits de trois de ses livres (Ligh ts out for the Territory, Liquid City, London Orbital), illustrés par des photos de l'auteur et de Mark Atkins, ce projet invite le lecteur à une promenade fascinante à travers Londres bien sûr, mais aussi à une rencontre avec les diff érentes facettes de cette très riche oeuvre littéraire et graphique encore méconnue en France qui fait de Iain Sinclair un des écrivains anglais contemporains les plus doués et les plus étranges de sa génération.

empty