• En chemin avec Baudoin

    Groensteen

    • Apjabd
    • 2 October 2008

    Voici enfin un travail de fonds sur le travail dEdmond Baudoin depuis ses débuts dans les années 80. Thierry Groensteen, lun des plus éminents théoriciens de la bande dessinée, propose une analyse complète sur lensemble de luvre de lauteur de Couma Aco. Une véritable mine dor pour tous les fans de lauteur niçois !

  • Popeye

    Groensteen

    • Cnbdi
    • 15 September 2001

    " il y a des bandes dessinées qui trahissent difficilement la personnalité de leur auteur.
    Mais je crois très bien connaître segar en regardant ses personnages et c'est un gars avec lequel j'aurais eu plaisir à boire un coup. " wolinski, juillet 1973.

  • La vitalité artistique de la bande dessinée est aujourd'hui largement reconnue, particulièrement en France. Ses créateurs sont considérés sur un pied d'égalité avec les artistes de toutes disciplines. Beaucoup d'entre eux élargissent d'ailleurs leur champ d'activité à d'autres formes, comme le roman, le cinéma, l'affiche ou la scénographie d'expositions.
    Intronisée « neuvième art » à la fin des années 1960, la bande dessinée a aussi suscité, particulièrement depuis une vingtaine d'années, une littérature critique de plus en plus abondante. Il manquait cependant un ouvrage de grande synthèse pour faire le point sur toutes les notions relatives à ce mode d'expression qui, pour être populaire et enfin légitimé, reste quelquefois difficile à appréhender dans sa spécificité, à mi-chemin entre les arts du livre et les arts visuels. Le présent Bouquin de la bande dessinée. Dictionnaire esthétique et thématique vient combler cette lacune, abordant le genre sous tous ses aspects, à la fois comme art, comme langage, comme littérature et comme culture à part entière. Non seulement il présente un état complet et structuré du savoir et de la pensée sur la bande dessinée, mais il se risque à défricher quelques pistes nouvelles, esquissant une véritable poétique.
    Avec près de cent cinquante entrées qui sont autant d'articles fouillés, ce dictionnaire satisfera la curiosité des amateurs, néophytes ou passionnés, et sera un outil irremplaçable pour les chercheurs et les enseignants.

    En coédition avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image.

  • Devenu l'un des auteurs emblématiques de la "nouvelle bande dessinée" , et avec plus de 160 livres à son actif, Lewis Trondheim s'est essayé à tous les genres. Il est aussi membre fondateur de l'Oubapo (Ouvroir de bande dessinée potentielle), cofondateur de l'Association, et dirige la collection "Shampooing" aux éditions Delcourt. Il a contribué à la création du SNAC BD (syndicat des auteurs de bande dessinée) et a inventé le "Fauve" devenu la mascotte du festival d'Angoulême, manifestation qui l'a couronné de son Grand Prix en 2006.
    Cette carrière d'une richesse remarquable le place au carrefour de toutes les évolutions récentes de la bande dessinée. D'habitude peu enclin aux interviews et aux apparitions médiatiques, Lewis Trondheim s'est cette fois longuement entretenu avec Thierry Groensteen, théoricien et historien de la bande dessinée, et ami de longue date. Le texte qui en résulte éclaire non seulement un parcours artistique aux avant-postes de la création contemporaine, mais également une personnalité intègre, un esprit agile et inquiet, un tempérament joueur.
    Ce recueil d'entretiens, illustré de nombreux documents rares ou inédits fait le bilan - provisoire - d'une carrière étonnamment féconde. Enrichi du témoignage d'une dizaine de proches de Lewis, cet ouvrage paraîtra à l'occasion de l'exposition rétrospective "Lewis Trondheim fait des histoires" présentée au musée de la Bande dessinée d'Angoulême de janvier à mai 2020.

  • Il s'agit des Mémoires de Thierry Groensteen, l'un des plus brillants historien et analyste de la Bande Dessinée. Ce livre sous une couverture dessinée par Emmanuel Guibert qu'on ne présente plus, et illustré par des dessins inédits de François Ayroles ainsi que de nombreuses photos.

  • Un abécédaire illustré consacré au scénariste et dessinateur de bandes dessinées humoristiques Marcel Gottlieb dit Gotlib (1934-2016). L'historien du neuvième art y décrit son oeuvre, en retrace la généalogie, en présente les personnages emblématiques et l'interroge dans ses dimensions narrative, graphique, autobiographique, psychanalytique, sociologique et politique.

  • La bande dessinée est aujourd'hui à un tournant de son histoire. Son image sociale s'est considérablement améliorée, sa légitimité culturelle ne fait plus guère débat. Or ces évolutions se produisent alors que le marché, au sortir d'une période de croissance continue, connaît une véritable crise, impactant tant les marges des éditeurs que les revenus des auteurs. Dans le cadre des États généraux de la bande dessinée, lancés en janvier 2015, ce petit livre interroge à chaud les évolutions récentes de la production éditoriale, la féminisation de la profession, l'essor de la non-fiction, la situation de l'édition alternative, la multiplication des formations spécialisées, la percée de la bande dessinée sur le marché de l'art, sa place à l'université et quelques autres questions d'actualité.

  • S'il existe des livres qui expliquent comment faire ou écrire une bande dessinée, voici le premier véritable manuel de lecture et d'analyse du neuvième art. Spécialiste mondialement reconnu du genre, Thierry Groensteen aborde ici toutes les grandes questions que pose l'art de la bande dessinée : Peut-on définir le genre ? Qu'est-ce qui fait une bonne bande dessinée ? Une image de BD doit-elle être belle ? Qu'est-ce que la ligne claire ? Y a-t-il un langage des couleurs ? Comment une BD peut-elle faire allusion à d'autres ? Existe-t-il un humour typiquement BD ?
    A ces questions et à beaucoup d'autres, ce livre apporte des réponses détaillées, pédagogiques, toujours appuyées sur des exemples concrets, de Töpffer à Blain, en passant par de nombreux autres classiques du genre tels qu'Hergé, Schuiten et Juillard. L'auteur développe une approche simple, progressive, qui avance pas à pas dans la découverte de son objet, initiant le lecteur aux codes, au langage et à l'esthétique de la littérature dessinée. Ce manuel original s'adresse aux enseignants, aux médiateurs du livre et à toute personne curieuse de s'initier aux mécanismes de la bande dessinée. Une cinquantaine de superbes illustrations en couleur constituent une sorte d'anthologie, non limitative, des styles, courants et genres d'hier et d'aujourd'hui.


  • la bande dessinée a-t-elle sa place au musée ?

    s'agit-il d'une forme de littérature ou d'un art visuel ? pourquoi est-elle toujours soupçonnée d'infantilisme ? est-elle indifférente aux problématiques de l'art contemporain ? pourquoi ses origines historiques sont-elles encore un sujet de controverse ? est-elle une forme de contre-culture ou appartient-elle à la culture du divertissement ? cet essai très documenté répond à ces questions et à beaucoup d'autres.
    il interroge la place qu'occupe

    la bande dessinée dans le paysage culturel aujourd'hui. il retrace les étapes du processus de légitimation entamé dans les années 1960 et en montre les limites, questionnant aussi la politique de l'etat, l'attitude de la presse et les pratiques des éditeurs. il analyse, enfin, les grands handicaps symboliques qui frappent le média. ecrit dans un langage clair, le livre n'est pas dépourvu d'accents polémiques.


  • " La veine parodique traverse toute l'histoire de la bande dessinée " constate Thierry Groensteen dans l'introduction de cet ouvrage.
    S'intéressant à la bande dessinée sous l'angle de la parodie, ce spécialiste du neuvième art analyse ce qu'il appelle " la bande dessinée au second degré ", c'est-à-dire les albums parodiant aussi bien des films, des romans que d'autres bandes dessinées. A travers l'étude détaillée de cas exemplaires, il dresse une histoire du phénomène et montre son importance. De Cham à Robert Sikoryak, en passant par Kurtzman et Gotlib, Thierry Groensteen s'attache à tracer une " cartographie " de la bande dessinée parodique et à en dégager les procédés spécifiques.
    Sa réflexion, menée à partir des oeuvres, conduit l'auteur à mettre en valeur la dimension autoparodique de nombre de bandes dessinées et finalement à se demander si la parodie n'est pas consubstantielle au genre.

  • Etre retenu en otage au Yémen peut se révéler une expérience enviable si
    l'on succombe aux beaux yeux d'une lointaine descendante de la reine de
    Saba. Mais quand l'Histoire connaît des soubresauts tragiques, l'Arabie
    heureuse se referme telle un piège fatal.
    Enlevé en juin 2001 au cours d'un voyage d'affaires, Bob Soppovski, sujet
    américain, tombe amoureux de Mouna, la belle institutrice du village où il
    est retenu captif. Les attentats du 11 septembre vont précipiter le dénouement
    fatal de cette idylle impossible.
    A l'heure où le terrorisme islamiste a essaimé un peu partout, cet album
    ose aborder la question du fanatisme religieux et plaide pour la fraternité entre les civilisations.

  • Jugés "éblouissants de verve et d'esprit" par Goethe, les albums de Rodolphe Töpffer sont aujourd'hui considérés comme les premières bandes dessinées. Imités, contrefaits, traduits en plusieurs langues, ils se frayèrent même la voie des États-Unis, la future patrie des comics. Töpffer est aussi l'auteur de romans et d'essais sur l'art. Non content d'avoir créé les conditions de la bande dessinée moderne, Töpffer en fut aussi le premier théoricien. Ce sont ces textes qui sont ici réunis, introduits par une étude qui replace le créateur genevois dans une continuité historique, détaille les circonstances de son « invention » et analyse les ressorts de ses histoires, dont la folle gaieté est toujours agissante sur les lecteurs d'aujourd'hui.

  • Entre esthétique et sémiotique, cet ouvrage aborde la question plus générale de la lecture de l'image, considérée successivement comme un énonçable, un descriptible, un interprétable. Il démontre que les images multiples, organisées en séquences, subissent des déterminations différentes des images uniques, qu'elles soient peintures ou illustrations. Leur solidarité est gouvernée par le découpage et par la mise en page, la conduite du récit et la gestion de l'espace ne cessant de s'informer mutuellement. Partant de la description minutieuse des différentes unités constructives, l'auteur explique les mécanismes producteurs de sens. Dix-huit planches empruntées à des auteurs dissemblables sont ainsi analysées. Sans éluder les fonctions du verbal, l'ouvrage établit la primauté du visuel dans le discours de la bande dessinée.
    Thierry Groensteen est auteur de nombreux ouvrages sur la bande dessinée.

  • Le petit catalogue du Musé de la Bande Dessinée invite à une promenade commentée parmi les univers fictionnels du Neuvième Art. Une centaine de planches tirées de la collection y sont regroupées par affinités thématiques. Les différentes familles de héros et les divers genres narratifs font l'objet de présentations synthétiques et claires. La plupart des grands maîtres des littératures dessinées sont représentés dans cette anthologie compacte, parfaite introduction au patrimoine et à l'actualité d'un art qui comptera bientôt deux siècles d'existence.

  • Président du premier festival d'Angoulême, Alain Saint-Ogan (1895-1974) fut le créateur de Zig et Puce, la bande dessinée française la plus populaire de l'entre-deux-guerres, mais aussi de Monsieur Poche, l'ours Prosper et Le Rayon mystérieux. Son activité s'étendit aux dessins d'actualité, à l'écriture et à l'illustration de romans, ou encore à l'animation d'émissions radiophoniques. Richement illustré, voici le premier ouvrage consacré à ce géant du neuvième art, dont il propose notamment une biographie très fouillée. Thierry Groensteen et Harry Morgan.

  • Joann Sfar domine le paysage de la création contemporaine en bande dessinée.
    Le Chat du rabbin, Petit Vampire, Pascin, Donjon, Klezmer sont quelques-unes des oeuvres phares d'un auteur qui ne cesse d'écrire, pour lui-même ou ses complices (David B, Emmanuel Guibert et Lewis Trondheim entre autres). Sfar est aussi réalisateur de films, directeur de collection chez Gallimard et commissaire d'exposition (Brassens à la Cité de la Musique). Dans ce livre de conversations, Thierry Groensteen l'interroge méthodiquement sur sa vie et son oeuvre et, en grand spécialiste de la bande dessinée, le fait inlassablement parler de sa passion : le dessin. Richement illustré, ce livre à deux voix deviendra vite indispensable à tous ceux qu'intéresse l'une des oeuvres les plus riches de notre temps.

  • Un art en expansion propose un retour sur un demi-siècle de création en bandes dessinées.
    Dix oeuvres-phares de la modernité sont passées au crible d'une relecture attentive qui en détaille les enjeux et en fait ressortir le caractère novateur. Dix jalons essentiels dans l'expansion d'un art qui a progressivement pris conscience de lui-même et de ses potentialités.
    Un livre qui donne envie de retourner aux oeuvres, et qui montre la maturité et la puissance expressive atteintes par un art que l'on croyait jadis voué aux seuls récits de genre et au divertissement des plus jeunes.

  • Ce nouveau livre approfondit, prolonge et complète le Système de la bande dessinée paru en 1999. Il apporte des précisions sur les concepts fondateurs de solidarité iconique, de séquence, et sur les modalités de la lecture. Il se confronte à de nouveaux objets, comme le livre de jeunesse, la bande dessinée numérique ou la bande dessinée abstraite. Il aborde des questions de fond qui avaient été laissées de côté, comme la problématique du rythme et celle du narrateur. Enfin, il se conclut par une mise en situation de la bande dessinée par rapport à la scène artistique contemporaine.
    En somme, alors que le premier volume décrivait les fondements et les grandes articulations du système, son architecture et sa dynamique propres, celui-ci s'attache davantage à en analyser les différents usages.
    Thierry Groensteen a dirigé Les Cahiers de la bande dessinée dans les années 1980 puis le Musée de la bande dessinée d'Angoulême de 1993 à 2001. Fondateur de la revue Neuvième Art et des Éditions de l'An 2, il est aujourd'hui directeur de collection chez Actes Sud et enseignant à l'École européenne supérieure de l'Image. Il a écrit de nombreux ouvrages sur la bande dessinée, dont Un objet culturel non identifié (L'An 2, 2006), La Bande dessinée, mode d'emploi (Les Impressions nouvelles, 2008), La Bande dessinée, son histoire et ses maîtres (Skira Flammarion, 2009) et Parodies : la bande dessinée au second degré (Skira Flammarion, 2010).

  • En cent quatre-vingt pages que ne traverse aucun personnage, Martin Vaughn-James bâtit un univers obsessionnel d'une rare puissance à partir de l'incessante transformation de quelques lieux et quelques objets : chambres peu à peu envahies par le sable, murs qui se lézardent à vue d'oeil, larges taches d'huile, d'encre ou de sang, végétation proliférante qui recouvre des ruines, tableaux et cadres amoncelés dessinant le plus aberrant des musées. La Cage est un somptueux labyrinthe, un ouvrage étrange devenu un classique. L'ouvrage est accompagné d'une préface de l'auteur, qui le resitue dans le contexte des années 70, de la contre-culture et du Nouveau Roman.

empty