Editions De La Loupe

  • Un jeune homme achète aux enchères un carton de photos qu'il «?poste?» sur internet. Aux vues des réactions, il comprend qu'il a entre les mains des clichés d'exception, et pourtant, l'auteur des photos, Vivian Maier, est une parfaite inconnue?!
    Gaëlle Josse retrace la vie de cette américaine d'origine française, au passé chaotique, qui fut nourrice pour survivre. Les témoignages collectés, certains documents disponibles, les photos de l'artiste et enfin l'imagination de Gaëlle Josse donnent une biographie romancée subtile. Comme l'écriture de l'auteur, comme les photos de Vivian Maier?!

  • C'est l'histoire d'un fils qui part et d'une mère qui attend. C'est un couple qui se blesse et qui s'aime. C'est en Bretagne, vers les années soixante, et ce pourrait être ailleurs, partout où des femmes atten-dent ceux qui partent, partout où des mères s'inquiètent?: Une femme perd son mari, pêcheur en mer, et se remarie avec le riche pharmacien du bourg. Son fils, issu de sa première union, a du mal à s'intégrer dans cette nouvelle famille et finit lui aussi par prendre la mer. Commence alors pour la narratrice une longue attente qu'elle tentera, tant bien que mal, de combler par l'imagination du grand banquet qu'elle préparera pour son fils, à son retour.

  • New York, 3 novembre 1954. Dans cinq jours, le centre d'Ellis Island, passage obligé depuis 1892 pour les immigrants venus d'Europe, va fermer. John Mitchell, son directeur, officier du Bureau fédéral de l'immigration, resté seul dans ce lieu déserté, remonte le cours de sa vie en écrivant dans un journal les souvenirs qui le hantent : Liz, l'épouse aimée, et Nella, l'immigrante sarde porteuse d'un étrange passé.
    Un moment de vérité où il fait l'expérience de ses défaillances et se sent coupable à la suite d'événements tragiques. Même s'il sait que l'homme n'est pas maître de son destin, il tente d'en saisir le sens jusqu'au vertige.
    A travers ce récit résonne une histoire d'exil, de transgression, de passion amoureuse d'un homme face à ses choix les plus terribles.

  • « A l'heure où mes jours se ternissent comme un miroir perd son tain, le besoin de m'alléger de ce qui m'encombre devient plus fort que tout. Je garde l'espoir, naïf peut-être, qu'un tel aveu sera comme l'amputation d'un membre inguérissable qui, pour douloureuse qu'elle soit, permet de sauver le reste du corps. » Tout paraît à sa juste place dans la vie de Magdalena, épouse de Pieter Van Beyeren, administrateur de la Compagnie des Indes orientales à Delft. Rigoureuse, maîtresse d'elle-même, elle aurait pu succéder à son père. Mais le commerce est réservé aux hommes. Sa place est au foyer. Magdalena doit se limiter à cet espace intérieur, où elle a souhaité se faire représenter à son épinette, de dos. Un décor à secrets, que son journal intime dévoile. Déceptions, souvenirs, drames familiaux, mais aussi joies, et désirs interdits... Dans le silence de l'heure, derrière le précaire rempart de l'ordre et de la mesure, Magdalena transcrit les vacillements de son coeur, explorant les replis les plus secrets de l'âme.

  • Au cours d'une déambulation distraite au musée, une femme est saisie par le Saint Sébastien soigné par Irène de Georges de La Tour. Devant l'attitude d'Irène, tout en tendresse et en compassion, la femme va revivre les errements d'une histoire d'amour passée.
    En parallèle, nous suivons Georges de La Tour à Paris, pendant la création du Saint Sébastien, alors qu'il a pour projet de présenter ce tableau au roi de France. Deux voix se font écho, celle du peintre et celle de Laurent, son apprenti, chargé de copier le tableau.
    Au fil des deux histoires qui se chevauchent, avec la toile pour fil conducteur, les deux époques s'entrelacent, se complètent, jusqu'à donner chair au récit.

  • François Vallier, jeune pianiste célèbre, découvre un jour que Sophie, qu'il a aimée passionnément puis abandonnée dans des circonstances dramatiques, est internée depuis plusieurs années. Il quitte tout pour la retrouver. Confronté à un univers inconnu, il va devoir se dépouiller de son personnage, se regarder en face. La musique de nos vies parfois nous échappe. Comment la retrouver ?

    Sur commande
  • Roman russe, roman double, tout de tension et d'émotion, Noces de neige nous entraîne alternativement dans l'intimité de deux jeunes Russes : Anna, une aristocrate digne des pièces de Tchékhov, et Irina, une jeune fille d'aujourd'hui. Toutes deux voyagent dans le même train, en sens opposé, à plus d'un siècle de distance, et toutes deux vivent un moment de bifurcation, de basculement. Ces destins parallèles, mystérieusement, se croisent. Mars 1881 : Anna Alexandrovna Oulianova quitte Nice avec sa famille pour rejoindre la Russie en train. Fille d'une grande-duchesse obsédée par la fête et l'apparat, Anna se sait et se sent laide. Mathilde, la jeune Française au service de la famille, est aimée d'un cadet du Tsar. Lorsque Anna le découvre, elle en conçoit une irrémédiable jalousie. Mars 2012 : Irina Tanaiev, jeune Moscovite de vingt-six ans, embarque à bord du Riviera Express, qui relie la capitale russe à Nice. A l'arrivée, elle s'apprête à faire la connaissance du bel Enzo, un Français l'ayant contactée sur un site de rencontres de jeunes femmes de l'Est. Mais sait-elle vraiment ce qui l'attend ?

    Sur commande
  • Franz Schubert, compositeur déjà célèbre et pourtant homme déchiré et terriblement timide, est invité à passer l'été en Hongrie dans une aristocratique famille viennoise. Il y officiera comme maître de musique des deux jeunes filles de la maison. Le quotidien n'est jamais simple pour un homme comme Schubert mais la musique transcende tout et il apparaît bientôt que Caroline, la plus jeune des comtesses, est talentueuse. La faire travailler est plus qu'un simple plaisir, il semble que leurs deux âmes se comprennent, sur le clavier leurs mains se touchent...

empty