Sciences humaines & sociales

  • Les textes rassemblés dans cet ouvrage, issus du colloque de Saint-Étienne de 2010, mettent en lumière l'importance politique et idéologique qu'a eue La Revue socialiste, fondée et dirigée par Benoît Malon de 1885 à sa mort en 1893. Le passé de Benoît Malon, il a été membre de l'Internationale et de la Commune, son absence d'ambition partisane et son goût de la synthèse lui permettent de faire de sa revue un véritable laboratoire d'idées, un lieu d'échanges ouvert à tous, avec une dimension européenne.

    Sur commande
  • La première partie du texte s'attache à démontrer que la poésie en général, d'expression anglaise en particulier, s'inscrit comme par résurgence dans une continuité (la tradition), transcendant siècles et mouvements, grâce, entre autres, au mythe, au symbole et à des figures fondamentales, l'oxymore principalement. En fournissent une preuve les "traités" théoriques des poètes eux-mêmes (textes s'étalant sur quatre siècles) qui préconisent une approche d'interprétation, de décodage de leurs textes (une herméneutique ouverte), la seule capable de permettre une initiation menant à une forme de révélation, cheminement qui reste l'apanage du lecteur-disciple, candidat à une reconnaissance, de nature ésotérique, à laquelle semble participer un fondement numérologique où le message de surface peut trouver confirmation (2ème temps). La traduction étant une variante herméneutique, suit une réflexion sur le pourquoi de la traduction de la poésie, étayée par des témoignages d'époques diverses (3ème volet). La seconde partie rassemble des analyses de poèmes spécifiques, exemples confirmant les données de la première (Sidney, Shakespeare, Marvell, Herrick, Coleridge, Wordsworth, Shelley, Poe et Carroll).

    Sur commande
  • Malgré les efforts de Gambetta, malgré le courage des soldats, la guerre de 1870-1871 provoque l'effondrement de la France. Ce drame national est considéré ici au prisme de l'histoire du mouvement républicain et du mouvement ouvrier : tous deux en 1870 se rejoignent pour défendre la patrie en danger. Les différentes communications portent sur l'attitude du parti républicain face à la guerre, et sur ses personnalités émergentes : Gambetta ; Martin Nadaud, Jousserandot, Garibaldi ; sans oublier les républicains stéphanois et les soldats de la Garde nationale. L'étude de Marc Vuilleumier consacrée à l'Internationale montre la complexité des attitudes des dirigeants du mouvement ouvrier international. À travers ces destins d'hommes dans la guerre, des éclairages nouveaux apparaissent. On retrouve ainsi Benoît Malon, l'un des jeunes responsables de l'Internationale à Paris, dénonçant d'abord la guerre depuis sa prison puis, libéré le 4 septembre 1870, se ralliant à la politique de la patrie en danger. Et sa compagne, la romancière André Léo, qui écrit dans Le Siècle : la voix d'une femme dans le tumulte du début de la guerre. L'Histoire trouve également ses prolongements dans la littérature : poètes et romanciers expriment une vérité magnifiée par l'écriture. Au moment où la France commémore le Centenaire de 1914, les interrogations auxquelles durent faire face les républicains de 1870 prennent tout leur sens : comment, pour l'Internationale ouvrière, concilier attachement à la paix et volonté de défendre le territoire de la patrie ? Les textes rassemblés dans cet ouvrage sont issus du 5e colloque organisé en 2013 à Montbrison (Loire) par l'Association des Amis de Benoît Malon.

    Sur commande
empty