Hozhoni

  • Depuis des millénaires, au fondement des sociétés humaines, le rapport entre Dieu et l'homme définit l'espace du religieux et du sacré. Une « science des religions » digne de ce nom se doit ainsi de marier métaphysique et anthropologie. En s'attachant à décrypter le langage de la religion - le symbolisme universel - Frithjof Schuon met ici en exergue le contenu quintessentiel du phénomène religieux à travers les âges, qu'il décrit comme une religio perennis, une religion informelle, sous-jacente, universelle et pérenne. « Ce phénomène rend compte de la double mission de l'homme, de son dharma à deux dimensions : connaître l'Absolu à partir du contingent, et manifester le premier dans le second ».
    En pur métaphysicien, Schuon n'hésite pas à affronter l'« ambiguïté de l'exotérisme » - autrement dit les contradictions et limites des formes religieuses, des mentalités et des prescriptions qui leur sont inhérentes -, à éclairer les incohérences scripturaires, à répondre aux outrances théologiques et aux difficultés dogmatiques comme l'éternité annoncée de l'enfer ou l'insoluble question de la prédestination et du mal.
    Dans ce livre centré sur le Christianisme et l'Islam - et sans éluder les divergences internes à chacune de ces voies -, il parvient brillamment à éclairer la raison d'être de la religion et la nécessité d'une authentique compréhension « ésotérique », dégagée du formalisme et des méandres théologiques ou philosophiques.
    A l'instar de René Guénon, Frithjof Schuon est considéré comme un éminent interprète de la Sagesse intemporelle et universelle.
    Un ouvrage de référence remarquablement synthétique.

  • Ce recueil d'articles, de chapitres et de textes inédits sélectionnés dans l'oeuvre de l'un des plus grands spirituels de notre époque a pour ambition de contribuer à redonner l'enthousiasme des premiers chrétiens découvrant une Voie nouvelle.
    En soulevant les voiles de l'accoutumance, de l'indifférence et de l'oubli, le but est d'aider le lecteur à acquérir une perception nouvelle du christianisme, un sens plus aiguisé de la signification sous-jacente et du pouvoir transformateur de ses doctrines, symboles et méthodes spirituels.
    Largement reconnu comme l'un des éminents spécialistes du XXe siècle dans le domaine des religions comparées, Schuon est l'un des principaux porte-parole de l'école traditionnelle et pérenne. La profondeur et la compétence révélées dès de ses premiers écrits lui ont apporté une reconnaissance internationale des années 30 jusqu'à sa mort en 1998.
    Frithjof Schuon était cependant bien plus qu'un érudit. Artiste et poète accompli, il était avant tout un homme de prière, dont le message fondamental, quelle que soit son expression, restait toujours lié à l'importance de la foi et de la pratique spirituelle. « Même si nos écrits n'avaient en moyenne pas d'autre résultat que la restitution, pour quelques-uns, de cette barque salvatrice qu'est la prière », a-t-il écrit un jour, « nous devrions à Dieu de nous tenir pour profondément satisfait ».

  • Cet ouvrage réunit tous les écrits de Frithjof Schuon consacrés au bouddhisme.
    On y retrouve tout ce qui fait la force des exposés de ce métaphysicien hors du commun : « Essentialité, universalité et ampleur caractérisent les écrits de Frithjof Schuon. (...) Schuon possède le don d'atteindre le coeur même du sujet traité, d'aller au-delà des formes, au Centre informel de celles-ci, qu'elles soient religieuses, artistiques ou liées à certains aspects ou traits des ordres humains ou cosmiques » (Seyyed Hossein Nasr).
    L'originalité du Bouddhisme, son message de renoncement et de com- passion, sa perspective cosmologique ou sa similarité avec la voie chré- tienne et ses liens avec la sagesse universelle y sont étudiés avec brio tout autant que le Zen ou des notions telles que le koan, le Nirvâna, les six Pâramitâs du Mahâyâna ou le « mystère des Bodhisattvas ».
    Initialement publié par les éditions Nataraj en 1997, cet ouvrage pro- fond et éclairant est désormais diffusé par Hozhoni sous une jaquette renouvelée.

    « Le soleil est lumière et chaleur, et de même, la nature profonde des choses est vérité et miséricorde ; ces deux qualités se trouvent dans tout ce qui existe, puisque tout ce qui existe se trouve en elles et vit par elles : elles constituent donc en un sens le Bouddha même, sa sagesse, sa paix, sa miséricorde, sa beauté salvatrice. Il est la porte vers l'Essence bienheureuse des choses et il est cette Essence même. »

  • Frithjof Schuon (1907-1998) a laissé une oeuvre écrite considérable d'une trentaine d'ouvrages centrés sur la métaphysique traditionnelle et la spi- ritualité.
    En marge de cette oeuvre profonde et rigoureuse, et sous l'égide d'une célèbre formule de La Divine Comédie de Dante qu'il aimait citer, le lec- teur découvrira ici des méditations à caractère privé dont certaines constituent les pages d'un voyage spirituel tandis que d'autres relatent des impressions contemplatives suscitées au contact d'un sanctuaire ou d'un site naturel.
    Centrale, on y découvrira une longue évocation de l'ambiance du monde primordial des Indiens d'Amérique dont Schuon fit l'expérience dans les années cinquante et soixante, au point qu'ils inspirent définitivement sa peinture et sa vision du monde.
    On comprend dès l'abord que le périple extérieur n'est pour lui que le support d'un parcours spirituel. En route, le spirituel fait l'expérience d'une mort dans la vie, et cette mort intérieure n'est autre que le sens le plus profond de la vocation des gyrovagues, ces spirituels de toutes traditions qui, « fils du chemin », entendent se libérer de toutes amarres dans l'abandon au grand large de Dieu. Toute vie est un périple de la nais- sance à la mort, mais la vie spirituelle se caractérise par une conscience affinée du sens intérieur de ce voyage, car « celui qui meurt avant de mourir ne meurt pas quand il meurt », selon l'adage. Chez ce spirituel inspiré, voyage et méditation se confondent et nous ouvrent des hori- zons inaperçus.

  • « Notre conscience de l'Absolu doit devenir pour nous une seconde nature, qui nous libère des méandres, des impasses et des abîmes de la contingence. » Métaphysicien et homme de prière, Frithjof Schuon (1907-1998) est l'auteur de nombreux ouvrages qui ont fait de lui l'un des principaux représentants de la Sophia perennis, la Sagesse intemporelle et universelle présente au coeur de tous les grands patrimoines de l'humanité. Les aphorismes ou extraits ici rassemblés offrent une belle ouverture sur sa perspective et son enseignement spirituel aux antipodes du sectarisme.
    Composé d'une quarantaine de mots-clefs (Sérénité, Mesure, Bonheur, Beauté, Orgueil, Grâce, Liberté, Noblesse, Ego, Réforme, Dieu ou Monde.) - comme tous les titres de la collection Fragments, inaugurée par La puissance de la modération de Pierre Rabhi - et suivi d'un Abrégé métaphysique offrant plusieurs définitions qui permettent d'accéder à la terminologie de l'auteur, cet ouvrage est un appel à l'intelligence de la foi, à l'intériorité et au sens du sacré.
    « L'intelligence n'est belle que quand elle ne détruit pas la foi, et la foi n'est belle que quand elle ne s'oppose pas à l'intelligence. »

empty