• Depuis la redécouverte de la poésie provençale du Moyen Âge par le romantisme, la poésie du Nord de la France, séparée de son modèle provençal de plus d'un demi-siècle et née sous des auspices sociologiques très différents de ceux du Midi, a toujours été sujette à une certaine dépréciation. Les jugements portés sur la soi-disant École Sicilienne, influencés surtout par la lyrique provençale, mais aussi par celle du Nord, ont souffert de préjugés semblables. Pareillement, la Seconde Rhétorique du Moyen Âge tardif semblait être destinée à jouer un rôle inférieur en comparaison de la grande poésie lyrique italienne de l'époque. C'est que, contrairement à cette dernière qui s'est ouverte à la 'modernité', la lyrique française est restée fidèle à la tradition rhétorique et courtoise. Les études rassemblées ici, fruit d'une trentaine d'années de réflexion sur ce sujet, se proposent de cerner la spécificité historique et générique et de faire valoir l'originalité tout autre des deux grandes époques du lyrisme français du Moyen Âge en ancien et en moyen français, en insistant surtout sur la nouvelle fonction sociale de la poésie courtoise et post-courtoise du Nord de la France.

    Sur commande
empty