• Un roman d'humour, d'amour presque...
    Jubilatoire de la première à la dernière ligne. Une ivrognerie à rallonge plutôt... et qui se finit quasiment comme un polar. Forcément... " Fort " de son cursus frauduleux, l'Arsouille nous entraîne dans cette virée enivrante, au gré de ce qu'il sait du monde des " grands brûlés " de l'intérieur. Sur quel terrain, sinon celui de la picole, pouvaient se retrouver un vieux voyou de soixante-seize ans et un ancien commissaire à la retraite ? Parties de 421 aussi acharnées qu'anisées au zinc, entrecoupées de souvenirs de drôles d'indiens, contre de sacrés pistoleros ; passées cinq ou six tournées, qui était Buffalo Bill, qui était Geronimo ? Allez savoir...

    Sur commande
  • Cette étude commence dès 1873 par la première crise internationale de l'économie capitaliste contemporaine et s'achève avec la récession américaine de mars 2001.
    Elle s'articule autour de trois problématiques : l'histoire économique des cycles des affaires et des crises bancaires et financières ; l'analyse économique des politiques suivies lors des périodes de récession ; la théorie économique et les débats sur les origines de l'instabilité de l'économie capitaliste. Deux conclusions s'imposent : - la première n'est guère rassurante : des crises économiques et financières on peut dire que "plus ça change et plus c'est la même chose", comme le montre la comparaison entre les crises de 1890 et de 2001 en Argentine.
    - la seconde est optimiste : nos institutions sont plus fiables, plus "intelligentes" qu'elles ne l'étaient entre 1914 et 1950. Il ne faut pas donc craindre, ou attendre, une nouvelle " Grande Dépression ". Néanmoins le cycle économique n'est pas mort et sans doute est-il impossible d'empêcher les " phases récurrentes d'optimisme et de pessimisme qui se traduisent périodiquement par l'apparition (ou la disparition) d'excès spéculatifs ".
    (Alan Greenspan).

  • Edifiant !
    C'est le mot pour qualifier cet ouvrage.
    Jamais, en France, un délinquant professionnel n'était allé aussi loin dans un témoignage sur la pègre.

    Frank Henry, 43 ans, multirécidiviste, dit Frankus dans le Milieu, fut l'un des membres du dernier Gang des Postiches. En trente ans de délinquance, des maisons de correction aux quartiers de haute sécurité pour les malfaiteurs les plus endurcis, en passant par les bas-fonds de la capitale, il accumule quatre passages en correctionnelle, et... cinq en cours d'assises ! Condamné à un total de... 64 ans de réclusion, par le jeu des confusions de peines (pour concomitance des faits), il n'en a effectué « que »... 21 !
    Actuellement, il purge, à la centrale de Melun, ce qu'il affirme être son tout dernier châtiment. Et c'est de sa cellule qu'il nous livre ce récit exceptionnel.
    Au travers de treize nouvelles autobiographiques, formant un genre de confession-thérapie, Frank Henry nous fait entrer dans le quotidien criminel et froid d'un braqueur fiché au grand banditisme, sorte de Panthéon malfrat.

    Le style est ironique et authentique à la fois. Et l'humour, s'il est décalé, est néanmoins présent dans cet exposé sans précédent.

    De par la prescription légale, l'auteur ne pourra plus jamais être inculpé de complicité pour certains crimes, non punis, relatés dans ce recueil exutoire.

  • A la conquete de bagdad

    Frank Henry

    À la conquête de Bagdad / Frank Henry Date de l'édition originale : 1917 Collection : Collection "Patrie" ; nº 40 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • Neuf et trois onze

    Frank Henry

    Jean-Marie Ilitch Mougeron est né dans les derniers mois de la guerre, dans les corons du Nord de la France. C'est dans les mines de charbon qu'il deviendra « Jeannot le Teckel » et qu'il se construira une destinée exceptionnelle...

    Tout a commencé à la suite de l'annonce d'une catastrophe par le Teckel : il se produisit alors un effroyable coup de grisou, dans lequel périrent son père, sa mère et une bonne centaine d'autres mineurs de fond. Dès lors, il n'en fallait pas plus pour qu'on lui érige un trône de visionnaire, de mage... et qu'on en attende les auspices et les serments espérés de tous. Mais comment l'aîné des Mougeron, ce candide, pouvait-il souscrire à tant d'espérance, lui qui n'avait rien demandé à personne ? Qu'importe, on entendrait ainsi ce qu'on voulait entendre, la moindre de ses paroles étant sujette à mille interprétations ou suggestions.

    Je l'ai retrouvé, le loustic, sur la fin de son existence, après qu'il eut été, vingt piges plus tôt, l'homme le plus écouté du Milieu parisien. On le surnommait alors l'Extralucide...

    Mais avant cela, je l'avais suivi de la plume sur tout son parcours de vie, tel un biographe acharné et passionné, des mines du grand ch'Nord à la rue Saint-Denis, en passant par l'Égypte antique des pharaons et les syndicats. Et si j'ai écrit cette histoire du fin fond de ma cellule, c'est parce que j'ai, moi aussi et comme tant d'autres, cru en lui...

    Pauvre de moi.

empty