• La France du XIXe siècle Le XIXe siècle selon les historiens commence avec la chute de l'Empire napoléonien et s'achève avec la déclaration de la Grande Guerre. Cet ouvrage retrace ce moment capital pour la formation de l'identité de la France, en prenant en compte l'évolution historiographique, depuis les travaux d'Ernest Labrousse jusqu'à l'histoire actuelle des «représentations».

  • S'il est une période de l'histoire de France qui a fait l'objet de nombreux travaux et recherches, c'est la Restauration, dont les premières histoires datent de la fin de 1830, dès le lendemain de son renversement par l'insurrection de juillet.
    Historiographie essentiellement politique, lieu de batailles féroces d'interprétations qui, jusqu'à nos jours, ne se départissent guère de la clef d'interprétation livrée dès les années 1830 par le premier historien de la période, Jean-Baptiste Capefigue : « On ne pourra bien saisir le caractère de ce mouvement qu'en suivant le fil de la grande intrigue qui, depuis le 13 juillet 1789, a remué la France et l'Europe ; car, chose étonnante, dans toutes les phases de sa fortune, la maison des Bourbons est demeurée avec ses grandeurs, ses préjugés et ses chimères ! ».
    Avec Francis Démier, la focale se déplace : La Restauration n'est plus seulement la « mise au tombeau » de la monarchie narrée par Chateubriand, qui viendrait clore l'épisode ouvert par la crise de juillet 1789 par la démonstration en 1830 de « l'impossible retour du passé ».
    Elle est tout autant l'ouverture à l'avenir d'une France économiquement industrieuse et bientôt industrielle, se lançant dans la modernisation, cette France dont Balzac a superbement dressé la physiologie et dont Joseph Lainé, alors député de la Gironde, déclarait devant la Chambre, le 6 mai 1820, dans une formule lapidaire qui peut résumés ce livre : «.les intérêts matériels sont devenus prépondérants ».

  • Le xixe siècle des historiens commence avec la chute de l'empire napoléonien et s'achève avec la déclaration de la grande guerre.
    Cet ouvrage retrace ce moment capital pour la formation de l'identité de la france, en prenant en compte l'évolution historiographique, depuis les travaux d'ernest labrousse jusqu'à l'histoire actuelle des " représentations ".

  • Auteur en 1848 du décret sur le droit au travail, Louis Blanc incarne, face au verbe romantique de Lamartine, l'exigence du social. Louis Blanc fut " un des plus authentiques fondateurs de l'idée socialiste en France " écrit Maurice Agulhon. Pourtant, Louis Blanc est bien oublié aujourd'hui. Complexe, contradictoire, l'itinéraire politique de Louis Blanc est à l'image de la construction de la démocratie en France, des journées révolutionnaires de 1830 aux années d'après la Commune et de la fondation de la Troisième République.


    Sur commande
  • Un grand renouvellement des documents.

    En plus des doubles pages de leçon et de dossiers, ce nouveau manuel propose :

    En Histoire o des doubles pages " Patrimoine " qui permettent d'étudier les grands documents inscrits au programme de 4e en les plaçant dans le contexte historique.

    O des pages " Les sources de l'Histoire " qui permettent d'étudier des documents originaux présentés intégralement (une lettre de cachet,...).

    En Géographie o Des doubles pages " Carte et paysages " qui mettent à disposition une très belle cartographie d'atlas associée à un diaporama des types de paysages.

    O Chaque chapitre donne lieu à la réalisation guidée pas à pas d'une carte de synthèse ; ceci constitue un excellent moyen de révision pour les élèves et un petit exercice d'entraînement aux méthodes géographiques du Brevet des Collèges et du Lycée.

  • Cet ouvrage distingue le voyage comme expérience fondatrice d'une interprétation nouvelle de l'Europe. L'aristocrate anglais du Grand Tour va vers les foyers de la culture classique, itinéraire dans la formation d'une élite et regard désinvolte d'une Angleterre dominante sur le passé du vieux continent. Le XIXe siècle inverse les itinéraires et conduit vers l'Angleterre de la révolution industrielle et de la monarchie parlementaire qui bouscule une Europe du retard. Ce ne sont plus les ruines romaines qui captivent l'attention, mais les glaciers des Alpes qui fascinent Turner. La fièvre manufacturière et technicienne anglaise, longtemps admirée, inquiète les voyageurs du continent confrontés à l'Europe des révolutions. Un second XIXe siècle des chemins de fer bouleverse encore les formes du voyage. L'Allemagne désormais attire les ingénieurs et les missions d'enquête sur les politiques sociales. La modernité vieillit vite. Dès les années 1930, Churchill, repense avec nostalgie à cet "âge d'or qui s'est arrêté en 1914". Mais ce grand voyageur abandonne le chemin de fer pour l'avion et préfère la liberté de l'automobile pour rejoindre la Riviera.

empty