• Dès 1976, Françoise Dolto connaît un immense succès grâce à son émission quotidienne sur France Inter, « Lorsque l'enfant paraît ». Elle répond à des lettres de parents en difficulté face à l'éducation de leur enfant. Sans prétendre donner des recettes, elle définit une attitude : chercher les raisons de chaque problème rencontré et y répondre avec la justesse que l'attitude psychanalytique lui permet.

  • Les étapes majeures sont, dans la trajectoire de l'enfant, ces moments de passage intenses mais critiques qu'il doit traverser pour arriver à l'adolescence, puis à l'âge adulte.
    Le sevrage, la motricité, la propreté, les relations avec les autres sont les épreuves mêmes sur lesquelles il se construit à la conquête de son autonomie. Forte de son expérience de thérapeute et de sa vie familiale, Françoise Dolto nous montre dans des exemples de vie quotidienne comment les difficultés non résolues dans l'éducation provoquent la souffrance. Elle nous invite à «parler vrai», à adopter une «attitude flexible, vivante, toujours en éveil, à l'écoute».
    Sans cesse, Françoise Dolto nous dit que le petit d'homme est un être de langage et que l'éduquer c'est le rendre autonome, «lui donner les règles, les repères, les interdits majeurs qui lui assureront cette sécurité existentielle qui seule peut soutenir son dynamisme et les forces vives de son désir».

  • Jamais, peut-être, n'avait-on parlé d'une façon aussi belle et aussi juste de l'enfant. De sa vérité, de son désir. Au risque de choquer.
    Confrontée à un collectif d'enquête sur de multiples sujets - la représentation de l'enfant dans l'Histoire, sa place dans notre société, l'accueil à la naissance, l'école - Françoise Dolto, à travers son propre passé, son expérience de psychanalyste d'enfants, de mère de famille aussi, réagit.
    A sa manière habituelle, énonçant des vérités parfois difficiles à entendre, défendant jusqu'au bout la cause des enfants contre une éducation qui pervertit par excès de protection, contre le culte de la norme unique, la soumission aux modes du jour, l'imposition du modèle parental.
    Toutes ses réponses, toutes ses solutions sont guidées par une seule idée : en respectant l'enfant, on respecte l'être humain.

  • Tout est langage reprend et précise le contenu d'une conférence adressée à des psychologues, des médecins et des travailleurs sociaux dont l'intitulé était : «Le dire et le faire. Tout est langage. L'importance des paroles dites aux enfants et devant eux.» À travers ses réponses, Françoise Dolto tisse la trame d'une compréhension analytique de ce qui est déterminant pour la subjectivité humaine. Elle affirme la nécessité en toutes circonstances - le divorce, la mort, la circoncision, l'adolescence, l'adoption, etc. - du parler à l'enfant. Elle montre que c'est souvent jusque dans et par son corps que l'enfant exprime ce qu'il ne peut parfois signifier autrement.

  • Dans ce deuxième tome de réponses aux lettres reçues à France Inter, Françoise Dolto a rassemblé et approfondi certaines questions : l'ordre et le désordre, la fausse idée d'un développement « normal », l'adolescence, les interrogations des enfants sur la sexualité. Elle éclaire les rôles respectifs.

  • Sur le ton de la confidence, Françoise Dolto, avec des mots simples et audacieux, ose aborder ce sujet tabou à notre époque: la mort. Comment en parler avec ceux qui vont mourir, avec ceux qui n'ont plus envie de vivre, avec ceux qui ont perdu un être cher ?
    Comment parler de la mort avec les enfants ?

  • Devant les problèmes toujours renaissants et toujours changeants de l'éducation, Françoise Dolto poursuit ici son dialogue avec les auditeurs de France Inter.
    Dans la lignée des volumes précédents, elle insiste sur la nécessité pour l'enfant d'être désiré, respecté, et dès sa naissance reconnu comme un être de langage.

  • La méthode Dolto dans toute sa perfection, la suite logique de La cause des enfants.

  • En remettant au coeur de l'analyse la parole de l'enfant, en proie à la perte de repères lors du divorce de ses parents, Françoise Dolto offre un regard neuf sur la séparation d'un couple : elle relève l'urgence du dialogue familial.
    C'est en quelque sorte un livre de citoyenne, psychanalyste de métier qui, on le sait, s'intéresse à la prévention des difficultés liées aux souffrances inconscientes des enfants ; souffrances toujours articulées au non-dit ou à un mensonge implicite, fussent-ils maintenus au nom du « bien » de l'enfant.
    Ni guide pratique ni objet de débat, et pourtant un peu les deux à la fois, cet ouvrage est écrit pour les parents et les enfants, et, surtout, en faveur du rétablissement de la communication.

    1 autre édition :

  • Il ne faut pas confondre l'image du corps avec le schéma corporel. Le schéma corporel spécifie l'individu en tant que représentant de l'espèce : il est, en principe, le même pour tous. L'image du corps, en revanche, est propre à chacun : elle est liée au sujet et à son histoire. Support du narcissisme, elle est éminemment inconsciente. C'est l'incarnation symbolique du sujet désirant.
    Sur la base de ce concept, et en s'appuyant à chaque instant sur l'expérience analytique, Françoise Dolto suit l'élaboration de l'image du corps, phase après phase, en montrant que, chaque fois, le pas est franchi par une castration. Ce qui l'amène aussi à décrire la pathologie de l'image du corps, laquelle est, chaque fois, un échec de la symbolisation : autant dire une insuffisance du langage adressé à l'enfant et un manquement de l'interdit.

    1 autre édition :

  • Dans ce troisième volume du Séminaire, Françoise Dolto interroge le devenir de la psychanalyse à partir de son impact sur les destins d'enfants. Or le destin n'est en rien individuel, puisque l'inconscient est formé de l'histoire de trois générations au moins. Il apparaît alors nécessaire de questionner l'incidence du travail analytique d'une génération à l'autre, démarquant ainsi la psychanalyse du culturel et du discours social.
    La plupart des cas présentés ici sont exceptionnels, en raison de la prise de parole dynamique propre à la psychanalyse et de l'écoute si singulière de Françoise Dolto.

  • Des psychothérapeutes posent à Françoise Dolto des questions relatives à des cas précis. Elle intervient avec une maîtrise saisissante, établissant des analogies avec des cas semblables, repérant les résistances du thérapeute lui-même et donnant des indications sur la marche à suivre.
    L'analyse d'enfants requiert l'écoute d'un langage qui n'est pas toujours verbal. Françoise Dolto guide les jeunes psychanalystes dans ce travail délicat et éclaire leurs questions : comment amener les enfants à s'exprimer ? Comment respecter la relation de l'enfant avec ses parents tout en poursuivant la cure qui, pour ces derniers aussi, est souvent éprouvante ?
    L'on comprend alors qu'un enfant, même très jeune, a déjà un long passé : le sien, plus celui de ses parents.

    1 autre édition :

  • Ce deuxième volume du Séminaire de Françoise Dolto porte sur l'éthique de la psychanalyse d'enfants, c'est-à-dire sur le respect de l'enfant comme sujet capable d'assumer sa souffrance et son désir. L'exigence éthique de Françoise Dolto oriente toute sa clinique : repérer la place du sujet dans ce qu'il dit, écouter sa parole prise dans son symptôme, dans le discours de ses parents, voire dans la cacophonie généalogique.
    Sont présentés en alternance les réponses de Françoise Dolto aux questions de thérapeutes sur leur pratique ou des cures conduites par la psychanalyste, et des échanges sur des questions techniques. Parmi celles-ci : le déroulement des entretiens préliminaires, les critères de la fin d'une psychothérapie, le cadrage d'un traitement, le paiement symbolique.

    1 autre édition :

  • « Je souhaite intéresser ici les lecteurs au témoignage d'une femme sur les femmes. Sous le titre général de La libido génitale et son destin féminin, je vais essayer, dépouillant le mot destin de ses résonances fatales, magiques ou déterministes, de témoigner en femme, en mère et en psychanalyste pratiquant depuis plus de vingt ans des faits d'observation que j'ai pu glaner concernant la sexualité dans son développement chez les filles, ne retenant ici que les traits que j'ai pu rencontrer chez le plus grand nombre. » À partir de cette expérience clinique très riche, Françoise Dolto explore le cheminement dynamique, de la naissance à la vieillesse, d'une libido au féminin, elle en suit les manifestations dans la vie érotique et passionnelle, dans la relation à l'autre et à la famille, déployant pour ce faire toutes les harmoniques du désir et de l'amour.

    1 autre édition :

  • Lire Françoise Dolto aujourd'hui dans ces articles et conférences, réunis ici pour la première fois, c'est la découvrir libre, étonnante, contemporaine. C'est éprouver la force d'une éthique qui la pousse à s'adresser à tous, parents et éducateurs, plaidant la cause des enfants et mettant les apports de la psychanalyse au service de l'éducation.
    Concrète, elle nous parle des enfants qu'elle a rencontrés dans sa vie professionnelle et privée, aux prises avec la réalité, dans des situations familiales qui mettent en jeu leur équilibre : l'arrivée du puîné, la séparation ou le divorce des parents, l'échec scolaire...
    Attentive, elle nous met à l'écoute des mots, des gestes, des comportements, des signes qui traduisent les souffrances enfantines. Elle nous rappelle que l'enfant est « un être de langage et que bien des difficultés trouvent leur résolution lorsqu'on les lui explique au mieux de son développement. ».
    « Éduquer, c'est susciter l'intelligence, les forces créatives d'un enfant tout en lui donnant ses propres limites pour qu'il se sente libre de penser, de sentir et de juger autrement que nous-mêmes, tout en nous aimant. »

  • Enfances

    Francoise Dolto

    Ce dialogue mère-fille retrace les premières années de la vie de Françoise Dolto. La célèbre psychanalyste lève le voile sur sa vocation précoce, partage ses réflexions sur ce qui peut construire ou détruire un enfant. Les interrogations de Dolto petite fille, tour à tour douloureuses et enjouées, ont une portée universelle. Un témoignage autobiographique unique et bouleversant.

  • « La solitude m'a toujours accompagnée, de près ou de loin, comme elle accompagne tous ceux qui, seuls, tentent de voir et d'entendre, là où d'aucuns ne font que regarder et écouter. Ami inestimable, ennemi mortelle - solitude qui ressource, solitude qui détruit, elle nous pousse à atteindre et à dépasser nos limites. » La solitude caractérise le petit humain dès la naissance et le place dès lors dans une dépendance radicale à Autrui. Se référant constamment à ses rencontres cliniques et aux faits de sa vie privée, Françoise Dolto déploie une grande fresque de l'histoire du sujet, de l'origine à la fin. La plupart des grands thèmes de son oeuvre y sont présents, avec des variations sensibles de ton et de temps, car ce livre polyphonique traverse plus de vingt ans de sa recherche.

  • Cet ouvrage veut avant tout sensibiliser les lecteurs à la dimension de l'inconscient dans les troubles du développement des enfants - troubles tant somatiques que caractériels, affectifs ou intellectuels. Après un bref exposé de la théorie freudienne, on trouvera un compte rendu clinique de seize cas d'enfants suivis en consultation psychologique dans un hôpital général : la mise en lumière de ce qui s'est passé dans ces séances de psychothérapie rendra patente au lecteur l'articulation de la pratique et de la théorie.

  • Cas dominique (le)

    Françoise Dolto

    • Points
    • 1 January 1974

    Voici une analyse d'adolescent présentée dans son cours entier, avec la transcription intégrale des propos tenus et des réactions de l'enfant, de ses parents et du psychanalyste.
    Voici, en même temps, un exemple spectaculaire de cure d'un très grand "inadapté " - au départ, une sorte de fantôme - qui, après douze séances, aura retrouvé ses repères dans la réalité et sera prêt à affronter désormais la vie familiale et ses problèmes.

  • Coffret de quatre volumes vendus ensemble.

    Que Françoise Dolto parle d'éducation sexuelle, de l'importance des grands- parents, ou des deuils de l'enfance, ses observations viennent de la vie de tous les jours, elles sont émaillées d'anecdotes, et sa langue est toujours limpide. Ses textes s'adressent à tous les parents.

  • Dans cet Autoportrait d'une psychanalyste, Françoise Dolto répond à un confrère, Alain Manier, quelques semaines avant sa mort. Des premières constatations de la " petite clinicienne de 4 ans ", à ses dernières observations, elle examine plus profondément ses relations avec sa famille, parle de l'influence réciproque de Laforgue, Lacan et de la Société psychanalytique de Paris, retrace ses amitiés et son amour pour Boris Dolto, explore les soubassements de sa vocation et de son évolution. L'approche est raisonnée, axée sur un métier qui a occupé sa vie, mais le ton reste le même : une sorte de malice, de simplicité facétieuse qui lui ont toujours épargné l'aridité dogmatique. Après Enfances, Autoportrait d'une psychanalyste forme le second volet d'une passionnante autobiographie dialoguée.

    1 autre édition :

  • Quelques-uns des plus célèbres écrits qui ont jalonné la carrière de Françoise Dolto : de la clinique - la cure à l'aide de la poupée-fleur, la jalousie à la naissance d'un puîné, la genèse du sentiment maternel - à la théorie- étapes et accidents de l'oedipe, le destin au jeu du désir, au-delà de l'amour l'aimance. Avec cette clé constante : que, s'il revient au besoin d'être satisfait, le désir, lui, doit être reconnu.

  • L'enfant du miroir est une introduction simple allant au coeur des questions les plus actuelles sur la psychanalyse et sur l'enfant.
    Françoise dolto dialogue avec j.-d. nasio autour de thèmes comme : le rôle du miroir dans la vie d'un enfant, le sommeil et la respiration, la fonction du visage, le cas d'un enfant schizophrène, la mélancolie, qu'est-ce qu'un dessin d'enfant ? ce volume contient en outre un texte de françoise dolto sur la psychothérapie telle qu'elle est pratiquée dans les dispensaires et cmpp, illustré de quelques exemples de séances de traitement.

  • " Il me semble qu'il arrivera sûrement un jour où tu oublieras tes déceptions d'éducatrice devant ta fille qui te paraît à tort en opposition avec toi et qui n'est que différente, avec les dons que tu lui as donnés, qui t'aime et t'estime à la fois comme une fille le peut vis-à-vis de sa mère et vis-à-vis d'une femme qu'elle juge à sa valeur. " Cette lettre du 28 septembre 1935 de Françoise Dolto à sa mère Suzanne Marette est édifiante. Les relations des deux femmes ont toujours été complexes et leur correspondance sur près de cinquante ans en témoigne. Mais grâce à son travail et à la psychanalyse, Françoise Dolto aura su traverser le " halo d'opacité hostile " qui la maintenait prisonnière avec sa mère. Et elle le fit, comme elle ne cesse de le répéter et de le lui écrire, en ressentant une grande compassion pour sa mère dont elle comprenait la souffrance de fille.

empty