• Aucun domaine de l'univers de la culture n'échappe à l'emprise de l'économie. Ce livre fait le point sur les analyses économiques du spectacle vivant, des marchés de l'art, du patrimoine et des industries culturelles. Il montre comment se sont développées des grilles de lecture originales, qui empruntent à la théorie économique tout en forgeant des outils spécifiques.
    Dans cette nouvelle édition, l'auteure rend compte des développements induits par le numérique jusque dans les secteurs restés dans un premier temps à l'écart du changement. Elle analyse les fondements et les outils de la politique culturelle et en dessine les principales évolutions.

  • Le patrimoine culturel est l'objet d'engouements collectifs, mais aussi de terribles atteintes. Son champ n'a cessé de s'étendre, et il revêt une dimension immatérielle et symbolique qui en fonde la valeur. L'analyse économique du patrimoine permet d'explorer les déterminants de la demande, de prendre la mesure des coûts de la conservation et de la mise à disposition des publics, d'évaluer la pertinence des aides en direction des propriétaires privés de monuments protégés. Elle montre que les modes de financement ne sont jamais indifférents aux stratégies des établissements culturels.
    Ce livre met en évidence et discute l'importance des retombées économiques du patrimoine. Il décrit et analyse les politiques patrimoniales jusque dans leur dimension internationale. Entre objet de culte et objet menacé (usure du temps, négligence et guerres), le patrimoine doit une part de l'attention qui lui est accordée à sa dimension économique. Il ne faut ni la dédaigner ni la surestimer.

  • On avait cru que l'édition saurait tirer avantage de l'aventure douloureuse du secteur musical. Il n'en est rien. On avait pensé que le livre pratique, le livre de consultation, migreraient vers le numérique et que le roman était « à l'abri ». Partout où se développe le marché du livre numérique, le roman a les faveurs des lecteurs digitaux. On tablait sur le triomphe de l'ordinateur. La tablette et le téléphone sont en passe de le supplanter. On s'était dit que les libraires indépendants étaient menacés mais que les chaînes spécialisées, fortes de leur marque et de leur taille, sauraient résister. Nombre d'entre elles font faillite.
    A l'heure numérique, il faut tout réinventer. C'est ce que permet cet essai, qui questionne aussi les séparations familières entre le journal et le livre, entre le blog et l'article, entre le manuscrit et le texte édité, car le numérique impose un continuum mais aussi de nouvelles ruptures entre toutes les formes de l'écrit. Il modifie tous les aspects de la chaîne de l'imprimé - financier, industriel, commercial, technologique, mais aussi juridique, intellectuel et artistique -, et remet en perspective le métier de tous ceux qui y travaillent. Les réponses qu'apportent Françoise Benhamou aux questions que chacun se pose dessinent par anticipation le monde à naître des bouleversements que le livre est en train d'affronter.

  • Développement du numérique, restrictions budgétaires, influence de la réglementation européenne... de nombreux facteurs extérieurs interrogent les fondements de la politique culturelle. « L'exception française » est-elle toujours un modèle alors que les repères changent ? Afin d'y voir plus clair, l'auteure aborde de façon raisonnée et argumentée les différentes questions qui occupent régulièrement le devant de la scène, de la baisse des budgets aux nouvelles pratiques et consommations en passant par la toujours difficile démocratisation de l'accès à la culture ou bien l'importance du rayonnement français à l'international.

  • Aucun domaine de l'économie culturelle n'échappe à l'emprise de l'économie.
    Ce livre fait le point sur les analyses économiques du spectacle vivant, des marchés de l'art, du patrimoine et des industries culturelles, en montrant comment se sont développées des grilles de lecture originales, qui empruntent à la théorie économique tout en forgeant de nouveaux outils. l'auteur rend compte des consommations culturelles et des particularités des marchés du travail artistique. elle propose un éclairage original sur les fondements et les incidences économiques des politiques culturelles.
    Cette nouvelle édition permet de surcroît de prendre la mesure des bouleversements des modèles économiques induits par le numérique.

  • À la fois état des lieux de la pensée économique sur le droit d'auteur et synthèse originale des principaux débats sur sa légitimité et son champ d'application, cet ouvrage montre comment les débats qui naissent aux XVIIIe et XIXe siècles sur la propriété intellectuelle se retrouvent, en des termes renouvelés, dans les années 2000. Y sont également développées les questions économiques et les nouvelles perspectives liées aux enjeux stratégiques que constituent désormais les droits d'auteur.

  • Aucun domaine de l'économie culturelle n'échappe à l'emprise de l'économie. Ce livre fait le point sur les analyses économiques du spectacle vivant, des marchés de l'art, du patrimoine et des industries culturelles, en montrant comment se sont développées des grilles de lecture originales, qui empruntent à la théorie économique tout en forgeant de nouveaux outils. L'auteur rend compte des développements induits par le numérique jusque dans des secteurs qui auraient pu rester à l'écart du changement. Elle analyse les fondements et les outils de la politique culturelle, et elle en dessine les principales évolutions.

  • Sur commande
  • Ce livre propose une réflexion sur l'essoufflement du modèle français d'intervention culturelle. Difficulté à rencontre r de nouveaux publics, statut problématique des auteurs et des artistes, efforts budgétaires insuffisants, difficile cohabitation entre l'Etat et le marché, entre missions de service public et activités privées, fragilisation de l'exception culturelle dans le nouveau contexte induit par la mondialisation, divergences d'intérêt entre les acteurs de la vue culturelle et le politique : c'est à un examen critique et très informé que se livre Françoise Benhamou. Du théâtre au cinéma en passant par la télévision ou l'édition, un livre qui frappe par la richesse de l'information, la fermeté des diagnostics et les pistes esquissées dans le cadre d'une perspective européenne.

    Sur commande
  • Les essais réunis dans ce livre envisagent l'oeuvre de Patrice Chéreau comme un univers artistique en constante réinvention, depuis ses débuts dans les années 1960 jusqu'à ses dernières créations. Qu'ils évoquent sa relation à l'acteur, à l'image, au texte, au spectateur, ou la dimension politique de son geste, ils lient l'art de Chéreau à son désir jamais démenti de « raconter des histoires » - c'est-à-dire de mettre en partage l'expérience du réel.

  • Considérer Koltès comme un dramaturge, ce n'est pas minorer les enjeux d'une oeuvre marquée par la littérature et par le cinéma, autant que par le théâtre. C'est être attentif eu dialogue de son écriture avec la scène, qu'elle soit rêvée ou réelle. Les essais réunis dans ce livre traitent de la façon dont Koltès a voulu répondre par le théâtre à la réalité contemporaine, en accordant une importance particulière au statut de l'énigme et du secret dans son oeuvre.

    L'ouvrage se compose d'une série d'essais sur le théâtre et l'écriture de Bernard-Marie Koltès : sur l'importance du thème de l'ombre et la lumière, sur l'invention par Koltès des « lieux » de ses pièces en rapport avec l'art de Chéreau, sur le rapport de ces lieux à l'espace du théâtre, sur la place centrale de l'enfance des Amertumes à Roberto Zucco, sur la pertinence ou l'« intempestivité » de Koltès dans l'époque, sur des motifs cachés dans Combat de nègre et de chiens. Il sera augmenté d'une introduction en forme de synthèse à propos de vingt-cinq ans de relation critique et théâtrale à cette oeuvre et d'un chapitre sur les représentations de l'étranger sur scène, inspiré par la mise en scène de Combat de nègre par Michael Thalheimer et de la polémique à la Comédie-Française sur Aziz dans Le Retour au désert.

  • Je ne crois pas qu'on puisse chercher quelque chose au théâtre sans un cadre de pensée. Encore faut-il que ce cadre permette l'expérimentation de la répétition, et même la favorise, la provoque, la rende nécessaire ; autrement dit, que la réflexion dramaturgique conserve une ouverture qui appelle sa transformation par la scène. C'est ce processus de contamination de la pensée par le jeu, et réciproquement, que je nomme dramaturgie de plateau.

  • En quoi l'économie de l'immatériel et le cadre juridique qui en définit les règles influencent, perturbent, modifient, facilitent les missions de protection et de valorisation classiques du patrimoine en termes de conservation, de sélection, d'accès et de diffusion ? Il est ici question des nouveaux modes de conservation du patrimoine et des bouleversements qui en découlent : en effet, le numérique peut aujourd'hui jouer un rôle en faveur de la protection, de la valorisation et du partage du patrimoine.

  • La mondialisation avec son expansion à l'ensemble des secteurs de la société continue de susciter craintes et inquiétudes. Le Conseil d'analyse économique estime qu'une meilleure compréhension des aspects immatériels de la mondialisation lèverait en partie ces réticences. Le groupe de travail du CAE dirigé par Daniel Cohen et Thierry Verdier a cherché à produire des statistiques qui permettent de mieux saisir la réalité de la mondialisation dans le domaine des biens immatériels. Les auteurs du rapport proposent également plusieurs mesures de politique économique. Il s'agit sur ce sujet d'une approche plutôt inédite qui témoigne d'une réelle volonté d'éclaircissement. La première concerne le secteur du livre en proie, lui aussi, au développement du numérique. Pour favoriser la diffusion des ouvrages, l'idée retenue est celle du téléchargement des livres après une période de dix ans, sur la base d'un abonnement forfaitaire. La deuxième recommandation concerne l'interconnexion des abonnements multimédia. La troisième, plaide en faveur d'une politique tarifaire européenne en matière de biens pharmaceutiques. Enfin, la quatrième mesure concerne la révision des quotas de diffusion audiovisuels. Comme tous les rapports du CAE, cet ouvrage propose, en fin de volume, un résumé d'une dizaine de pages en français, puis en anglais.

  • le droit d'auteur est l'objet de débats passionnés ; le sujet est passé du cercle fermé des spécialistes à un véritable enjeu de société.
    la contestation numérique constitue la manifestation la plus visible des multiples remises en question dont il a pu être la cible. a partir d'un retour sur les fondements de ce droit, ce livre de deux économistes montre la tension permanente entre la recherche de la diffusion la plus large des oeuvres de l'esprit et la volonté de protéger, respecter et rémunérer la création. il propose tout à la fois un état des lieux de la pensée économique sur le droit d'auteur et une synthèse originale des principaux débats sur la légitimité, le champ d'application et les enjeux stratégiques de ce droit.

empty