• Le portail

    François Bizot

    François Bizot, membre de l'École française d'Extrême-Orient, est fait prisonnier au Cambodge par les Khmers rouges, en 1971. Enchaîné, il passe trois mois dans un camp de maquisards. Chaque jour, il est interrogé par l'un des plus grands bourreaux du vingtième siècle, futur responsable de plusieurs dizaines de milliers de morts, aujourd'hui jugé pour crimes contre l'humanité : Douch.
    Au moment de la chute de Phnom Penh, en 1975, François Bizot est désigné par les Khmers rouges comme l'interprète du Comité de sécurité militaire de la ville chargé des étrangers auprès des autorités françaises. Il est le témoin privilégié d'une des grandes tragédies dont certains intellectuels français ont été les complices.
    Pour la première fois, François Bizot raconte sa détention. Grâce à une écriture splendide et à un retour tragique sur son passé, l'auteur nous fait pénétrer au coeur du pays khmer, tout en nous dévoilant les terribles contradictions qui - dans les forêts du Cambodge comme ailleurs - habitent l'homme depuis toujours.

  • « Je ne savais pas qu'orchestrer le mal pouvait n'exclure ni la sincérité ni la générosité. J'imaginais que la sauvagerie était une chose innée, le tribut payé à la nature par les individus dangereux, indépendamment de toutes les déterminations. Je croyais que tuer, frapper, dénonçait un tempérament, provenait d'un besoin dominant, d'une nature. J'ignorais que l'humanité qui fait de chacun de nous le père aimé, le fils aimé, l'être chéri, puisse ne jamais céder la place un seul instant aux monstres qu'elle enfante.» 1971. Camp M.13. Cambodge. François Bizot doit sa libération à un homme de trois ans son cadet. Cet homme, c'est « Douch » responsable du camp S.21, haut-lieu de tortures et de meurtres des khmers rouges. Et l'auteur de déceler l'homme derrière le bourreau, et d' exposer l'horreur d'une nature aussi démoniaque qu'indissociablement humaine.

  • Le saut du varan

    François Bizot

    Phnom Penh, 1970. Au lendemain du coup d'État qui porte au pouvoir un gouvernement favorable aux Américains, un diplomate français rattrape la Cambodgienne qui lui a volé de l'argent et la ramène chez lui de force. Cinq mois plus tard, le corps de la jeune fille est retrouvé dans la brousse, au nord d'Angkor. Près d'elle, un plateau rituel destiné aux offrandes.
    Étrange affaire qui risque de prendre un tour politique et provoque la rencontre de deux hommes : Boni, l'inspecteur, dont le besoin de consolation est devenu insatiable, et Rénot, l'ethnologue, qui jouit de la vie sans culpabilité.
    Après Le portail, récit bouleversant de sa captivité dans les geôles cambodgiennes, François Bizot poursuit son exploration des grandeurs et misères de l'âme humaine. Il mêle les genres dans ce premier roman pour nous emporter au coeur des forêts immémoriales de l'arrière-pays khmer, là où subsistent de mystérieuses traditions, bientôt sous la menace des incursions khmères rouges et des Américains.

  • Anglais The Gate

    François Bizot

    Grand format N.C.
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Indisponible
  • Sur commande
  • Publié en 1976, réédité aux éditions Grasset en 2003, Les Déclassés relate les débuts dans la vie d'un jeune garçon, Hugues. Ce héros de seize ans est confronté à la lutte des classes, à l'affrontement féroce et camouflé d'une grande bourgeoisie descendante et d'une moyenne bourgeoisie montante. Son ami, Jean-Paul, appartient à la première. Son ami Patrick, qui mène une vie de boums et de flirts, à la seconde. Hugues se cherche. Son seul allié : Karl Marx, qu'il lit avec passion et dont il décide de suivre les préceptes. Il milite dans des partis révolutionnaires, fréquente des bandes de jeunes révoltés, participe, plein d'espoir, à mai 1968. Mais il découvre bientôt que la vie d'étudiant est vide de sens. Dans un bric-à-brac érotico-politique, il rencontre la politique, les flics, la drogue, le MLF, le gauchisme, des antipsychiatres, et les militantes de l'underground. L'époque change, ses amis aussi... Las des vains débats et des assemblées générales, il part pour les Etats-Unis, où il essaye la drogue, découvre la musique rock, fréquente les mouvements hippies, et se passionne pour une Beat Generation en pleine expansion.
    Entre Paris et la province, le lancer de pavés et l'apprentissage de la sexualité, Jean-François Bizot offre un saisissant road movie des années 1970.

  • Patrick a vingt-six ans, il ne sait plus où il en est. Nous sommes en novembre 1976 et les croyances se ramollissent. Pour échapper à cette morosité, sa petite amie Pascale se maquille, se contemple, rôde avec les décadents qui s'épuisent à singer. New York : plus moyen de passer une soirée avec elle. Patrick se tourne vers ses vieux camarades, les anciens militants. Là aussi, une débâcle. Alors il veut oublier Pascale et les utopies ridiculisées par la crise du pétrole : il part tout seul en Asie. Les lieux communs de l'Europe ne tiennent pas le choc.Puis il rentre à Paris et retrouve Pascale, la politique, le chômage, la publicité et les interrogations de sa génération. Là n'était pas l'aventure... Déçu par ce milieu dérisoire, il finira par repartir.

  • Parti réformiste ? Parti révolutionnaire ? Parti de cadres élégants ? Parti de notables rondouillards ? Parti d'ouvriers décidés ? Parti socialiste moderne pur et dur, parti social démocrate mou et doux ? Parti électoral ou parti militant ? Parti attrape tout, parti démocratique ? Parti d'opposition ou parti de pouvoir ? Tout à la fois, c'est le Parti Socialiste.150 000 militants se sont engagés au nouveau parti socialiste dans le sillage impérial de François Mitterrand. Et les voilà en butte aux critiques des communistes : ceux-ci lui reprochent autant son succès que l'ouverture de sa doctrine et la variété de ses rangs. André Bergeron, réformiste et syndicaliste côtoie Michel Rocard venu d'endroits plus agités. D'anciens maoistes rencontrent des vieux maires assagis dans les couloirs des congrès. Le C.E.R.E.S. veut organiser un parti de masse sur une ligne de classe. Et pourtant tout ce monde marche ensemble, et si l'on se querelle, c'est en bon ordre, dans le respect des règles, pour peaufiner une définition nouvelle du socialisme français.François Mitterrand a réussi à fédérer des syndicalistes CFDT et CGT, les restes de l'ancienne SFIO, certains transfuges du PSU, ses amis de la convention, un groupe d'ex-communistes déçus, agrémentés d'un reste de gauchisme. Avec eux, il veut bâtir un grand parti. Une idéologie se cherche qui amalgame l'ancien esprit coopératif du siècle dernier, Jaurès, Proudhon et Marx, une pincée de Mao, un zeste de tradition libertaire, l'espoir de l'autogestion, mais aussi un jacobinisme têtu.À la fin de 1974, après les Assises du Socialisme, Jean-François Bizot en a eu assez de ronchonner : ce parti récupère tout et n'importe quoi . Il a été voir, et s'est rallié deux amis, Patrice Van Eersel et Léon Mercadet, anciens gauchistes comme lui, suffisamment perplexes et suffisamment ouverts, pour partir en voyage dans le Social-démocratie. Dix mois d'enquête à trois. Ils ont couru les routes, les congrès, les fédérations, les entreprises, interviewant quelque trois cents militants, leaders, et notables, et à leur grande surprise, sans déplaisir. Ils racontent les hommes, les idées, les traditions, les mécanismes, la démocratie, et l'originalité de ce parti auquel les sondages accordent entre le quart et le tiers des intentions de vote.

    Sur commande
  • Sur commande
  • En forme de manuscrit raturé, une confession artistique du fondateur d'Actuel.
    "OK j'ai peur de me retrouver.
    Fallait que je m'en sorte tout seul.
    Autant tabasser mes bavures d'un coup de craie vengeur, Stabilobosser, se ridiculiser dans l'expressionnisme abstrait.
    Oui, pour sauver mes clichés, Mes renvois d'enfant." Après deux romans où l'autobiographie empruntait le détour du récit à la troisième personne, les confessions poétiques d'un enfant terrible, parce que "tout ce qu'on n'a pas craché pourrit." Entre Cendrars et les Beats, un auto-portrait sans complaisance en forme de palimpseste rageur et bariolé.

  • Il y eut jusqu'à vingt millions de lecteurs pour la Free Press, de Los Angeles à Berlin et de Vancouver à Milan.
    L'essentiel d'une génération y exprima la révolution souterraine qui allait changer la société. On y vit surgir les combats féministes, la lutte pour l'avortement, les Gay Prides, le trou d'ozone et l'effet de serre, le goût pour le bouddhisme, la parole des ghettos. Plus de mille journaux aux graphismes magnifiques, des aventures cocasses, des polémiques convaincues, des répressions et des flicages.
    Cette liberté et cette variété d'expressions font rêver.

  • " Du jour au lendemain, on me dit que le cancer me squatte.
    J'ai de la chance : j'appartiens à un pays dont la recherche médicale n'est pas encore complètement saccagée. On m'apprend que mon cas est "avancé" et qu'il s'agit de mener une guerre lourde. Jamais fait un pareil reportage, aussi long, dans un univers parallèle : l'humanité. Face à la douleur, la mienne. Face au stress des hôpitaux, heures sup et responsabilités croissantes. J'apprends pas à pas cette guerre, les offensives chirurgicales, les bombardements intensifs, la poursuite des cellules terroristes.
    Les experts et les anciens me recommandent d'inventer mes traitements personnels. Ça, c'est ma propagande : il s'agit de gonfler le moral de mes troupes... Face au regard des autres, à leur tour transformés : les effarouchés, les compatissants, les fuyards, les infidèles. On ne sort pas pareil de cette chronique d'un cancer moderne. Comme, paraît-il, de toutes les guerres : amnésique de préférence, avec une autre histoire devant soi.
    " J.F.B.
    Trois cents pages suffisent à métamorphoser la pudeur en livre, la douleur en poésie entêtante, à faire reculer la fatalité.

    Sur commande
  • Chronique picaresque des années 60 et 70, sabbat délirant, éducation sentimentale et politique, Les Déclassés, publié pour la première fois aux Editions Le Sagittaire en 1976, est devenu le roman culte, non-américain, d'une génération française.
    On y croise tous les gauchismes, les avant-gardes, les Black Panthers, le MLF à ses débuts, freaks, hippies et toute la compagnie.
    " Bizot apporte soudain dans cette rentrée minaudante l'air vif des constats sans frime. Son équipée fraternelle dans les délires et les déboires de son temps mérite d'être aux années 1970 ce que fut pour les années folles Le Sabbat de Maurice Sachs. " Bertrand Poirot-Delpech, Le Monde (30 sept.
    1976) " Ce que cet excellent livre, qui est une sorte de Condition humaine sans pathos et sans héroïsme creux nous apporte avant tout, c'est une philosophie de la vie distanciée, pudique, stoïque. " Jacques De Decker, Le Soir (27 oct. 1976)

    Sur commande
  • Vaudou et compagnie

    Jean-François Bizot

    • Panama
    • 22 September 2005

    " Le reportage en profondeur demande une souplesse de surfeur, mais les courants qui vous emmènent sont des courants de fond.
    Il ne s'agit pas d'enquête ou d'investigation. Le reportage en profondeur fonctionne à l'empathie et révèle les plaques tectoniques qui font bouger les sociétés. Vous êtes l'un des trois Blancs qui traînent à Soweto et vous sentez, en 1988, que l'apartheid va basculer. En provoquant les rencontres, en allant où l'on ne vous attend pas, vous croisez le respect, et alors on vous déballe ce qui se trame.
    Pareil dans la chaleur poisseuse qui suit les révolutions de sergent, quand le vaudou se livre, dans la tête d'un métisse ou la garçonnière d'un chef d'Etat, au contact du Black Panther Party ou avec les héritiers des négriers français. Ces histoires-là ne se démodent pas plus vite que le climat qui change n'érode la plage. " J.-F. Bizot.

  • New wave

    Jean-François Bizot

    • Panama
    • 11 October 2007

    Après le succés de la Free Press, l'équipe d'Actuel remet ça !
    Les années 80, la musique, le début du recyclage du passé. Une période d'une grande audace graphique. Des images inoubliables et un texte acéré. Le livre référence des quadras. De Grace Jones, Mondino à Bowie ou Joy Division, androgynie et transformisme avec Klaus Nomi ou Boy George, des débuts de la world music avec Peter Gabriel à ceux du rap avec Africa Bambataa en passant par le métissage musical de Madness ou des Specials, la découverte de Jean-Michel Basquiat, les créations délirantes et transgenres de Jean-Paul Gautier, etc. Un livre somme sur cette période de créativitré intense, dont les répercussions sont plus que présentes de nos jours.

empty