• « C'est parce que nous ne sommes plus une grande puissance qu'il nous faut une grande politique, parce que, si nous n'avons pas une grande politique, comme nous ne sommes plus une grande puissance, nous ne serons plus rien. » Ce commentaire, recueilli auprès du général de Gaulle au soir de sa vie, résume la problématique de la politique étrangère française depuis plus d'un demi-siècle : accorder ses ambitions à la mesure réelle de ses possibilités. Car si elle est objectivement devenue une puissance moyenne, la France aspire toujours à un rôle international influent.
    De l'après-guerre aux premières années du quinquennat d'Emmanuel Macron, ce livre montre les constantes de la diplomatie française : la quête de grandeur, mais aussi la construction européenne et la recherche d'un ordre mondial.
    Mais les grands principes de cette politique et ses modes d'action sont-ils encore adaptés aux âpres réalités d'un monde multipolaire ? La France peut-elle enrayer le délitement du projet européen, qui représente pour elle un indispensable relai d'influence, et contribuer à préserver le système multilatéral issu de la table rase de 1945 ?

  • En mars 2003, les États-Unis de George W. Bush, soutenus par la Grande-Bretagne de Tony Blair, envahissaient l'Irak pour mettre à bas le régime de Saddam Hussein, leur bête noire depuis le conflit du Golfe en 1991. Une guerre menée sans l'autorisation des Nations unies et au terme d'une crise internationale sans précédent qui les avait spectaculairement opposés à la France de Jacques Chirac. Point d'orgue de cet affrontement diplomatique planétaire, le discours de Dominique de Villepin à l'ONU, le 14 février 2003, est resté dans les annales.
    Ce livre retrace l'histoire de cette crise francoaméricaine d'une intensité inégalée depuis le défi lancé aux États-Unis par le général de Gaulle. Il montre pourquoi et comment l'Irak en est venu à opposer les deux plus anciens alliés du monde occidental et à diviser l'Europe, l'Alliance atlantique et la communauté internationale dans son ensemble. Nourrie de documents d'archives inédits et d'entretiens avec des dizaines d'acteurs et témoins de ces événements, c'est l'histoire secrète d'une des plus grandes crises internationales de l'époque contemporaine qui est ici racontée.

  • Quel rôle la France a-t-elle joué dans la l'in de la guerre froide ? Quelle a été la politique mitterrandienne face à l'émancipation de l'Europe de l'Est, à l'unification allemande et à la désagrégation de l'URSS ? La diplomatie française a-t-elle, comme on l'a souvent dit, fait preuve de conservatisme, si ce n'est de frilosité ? A-t-elle cherché à freiner, voire à entraver ces évolutions ? Ou bien a-t-elle, au contraire, pris toute sa part à ces changements, jouant ainsi un rôle significatif dans la transition de l'Europe de Yalta à celle de Maastricht ? Frédéric Bozo reconstitue pour la première fois de manière précise la trame de la politique française dans cette période décisive.
    Documents à l'appui, il explique en toute objectivité les choix de François Mitterrand et en dresse le bilan sans préjugés ni parti pris. On n'a pas fini d'écrire l'histoire de la fin de la guerre froide. Ce livre constitue une contribution majeure à cet effort nécessaire.

    Sur commande
  • Du 19 au 21 novembre 1990, une trentaine de chefs d'États, parmi lesquels George Bush, Mikhaïl Gorbatchev, Helmut Kohl, François Mitterrand et Margaret Thatcher se réunissent à Paris pour signer la charte de Paris pour une nouvelle Europe.
    Immédiatement après la réunification allemande et le traité sur les forces conventionnelles en Europe, la charte de Paris marque le triomphe de « l'esprit d'Helsinki » : quarante-cinq ans après Yalta, elle tourne le dos à la Guerre froide pour ouvrir une phase nouvelle de l'histoire de l'Europe, fondée sur la démocratie et le respect des droits de l'homme.
    À partir d'archives inédites, d'entretiens avec les principaux acteurs de l'époque et du travail des historiens, l'ouvrage offre un regard neuf sur cette séquence historique exceptionnelle. Il éclaire également l'évolution de l'Europe ces trente dernières années et trace des perspectives pour l'avenir du continent.

  • Some thirty heads of State, including George Bush, Mikhaïl Gorbatchev, Helmut Kohl, François Mitterrand, and Margaret Thatcher, met in Paris from November 19-21, 1990, to sign the Charter of Paris for a new Europe.
    Coming on the heels of German reunification and the treaty on conventional forces in Europe, the Charter of Paris marked the triumph of the 'spirit of Helsinki'. Fortyfive years after Yalta, the Charter turned its back on the cold war and ushered in a new phase in European history, based on democracy and respect for human rights. Built on a foundation of unpublished archives, interviews with key actors of the time and the work of historians, this volume provides a fresh look at an exceptional moment in history. It also sheds light on changes in Europe in the past thirty years and outlines future perspectives for the continent.

    Sur commande
  • Le retour de la France dans l'OTAN, une nouveauté ? Non, c'est la troisième fois au moins que l'on peut parler de tentative de réintégration de la France dans la structure intégrée de l'OTAN !
    Déjà en 1995-1996, avec l'arrivée de Jacques Chirac à la présidence de la République, il en avait été très fortement question : trente ans après la sortie, c'était bien le moment de faire le point sur l'événement de 1966, ses prodromes, ses modalités et ses suites.
    Au cours des articles qui vont suivre, tous les aspects de cette question des rapports de la France avec l'OTAN sont passés en revue : diplomatiques, bien sûr, mais aussi militaires ; sans oublier les questions de politique intérieure et d'opinion publique et les réactions des États-Unis et des principaux pays européens à la décision du général de Gaulle, qui avait accueilli favorablement le traité de Washington, mais rejetait l'organisation et surtout l'intégration.
    On le sait, la tentative de Jacques Chirac a échoué et l'on a assisté à une réintégration rampante. Est-ce que, cette fois, ce sera la bonne ? La France reviendra-t-elle à part entière dans l'Alliance ?

empty