• Pamphlets

    Frédéric Bastiat

    Les Pamphlets de Bastiat (1801-1850) édités sour ce titre en 1850 et complétés par le célèbre Ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas excèdent en réalité le genre pamphlétaire convenu. Ce sont autant de brefs mais denses essais à visée pédagogique conjuguant critique de la spoliation impliquée par les projets étatistes et socialistes au moment de la révolution de 1848, et esquisse d'une théorie libérale de la justice sociale attachée à promouvoir la liberté individuelle dans les champs les plus variés de la vie économique et parfois bien au-delà : la solidarité, la fonction de l'argent, l'exercice du droit de propriété, l'enseignement, l'intervention de l'État, l'impôt, les rapports entre le droit et la loi...
    Déjà classiques outre-Atlantique, ces pamphlets incisifs et jubilatoires constituent un apport original à la théorie économique et posent les jalons d'une véritable théorie de la justice.

  • Chacun se plaint de la bureaucratie et de la monarchie présidentielle. La France est malade de centralisme et d'étatisme. Mais à chaque élection, on propose plus d'État et plus de règles. Sans doute est-ce par réaction à cette maladie que la France a nourri quelques-uns des plus grands défenseurs des libertés politiques - Montesquieu (1689-1755), Tocqueville (1805-1859)- ou économiques - Jean-Baptiste Say (1767-1832), Frédéric Bastiat (1801-1850).
    Déjà de son vivant Bastiat dérangeait. Chef d'entreprise, journaliste, parle- mentaire, redoutable satiriste, où le classer ? Son indépendance, son humour déconcertent. À l'Assemblée nationale, il siège à gauche. Il combat la peine de mort, l'esclavage, le colonialisme. Il défend la liberté du commerce, le droit de grève, les caisses mutuelles, la liberté de la presse. « Il y a trop de législateurs, organisateurs, instituteurs de sociétés, conducteurs de peuples, pères des nations, écrit-il. Trop de gens se placent au-dessus de l'humanité pour la régenter. » Bastiat est l'un des pères de l'économie moderne, et l'un des inspirateurs de l'École autrichienne (Menger, Hayek). Et c'est en France, paradoxalement, qu'il semble le plus oublié. Présenté par l'un des meilleurs connaisseurs de sa pensée, les trois textes courts et brillants que rassemble ce petit livre incitent à repenser la place centrale de l'État dans notre organisation politique.
    « L'É TA t ! Qu'est-ce ? où est-il ? que fait-il ? que devrait-il faire ? Tout ce que nous en savons, c'est que c'est un personnage mystérieux, et assu- rément le plus sollicité, le plus tourmenté, le plus affairé, le plus conseillé, le plus accusé, le plus invoqué et le plus provoqué qu'il y ait au monde. Car, Monsieur, je n'ai pas l'honneur de vous connaître, mais je gage dix contre un que depuis six mois vous faites des utopies ; et si vous en faites, je gage dix contre un que vous chargez l'État de les réaliser « L'É TAT , c'est la grande fiction à travers laquelle TOUT LE MONDE s'efforce de vivre aux dépens de TOUT LE MONDE . »

  • Classique aux Etats-Unis, Frédéric Bastiat est relativement oublié en France. Pourtant ce brillant économiste du XIXème siècle est incontournable.
    En effet, il a développé une pensée libérale, caractérisée par la défense du libre-échange ou de la concurrence et l'opposition au socialisme et au colonialisme.
    Il est considéré comme un précurseur de l'école autrichienne d'économie et de l'école des choix publics.
    Texte intégral annoté.

  • Frédéric Bastiat (1801-1850) prévient : « Il m'apparaît que presque toutes les erreurs économiques qui désolent ce pays proviennent d'une fausse notion sur les fonctions du numéraire ». Pourquoi maudire l'argent ? Selon lui, c'est précisément parce qu'on le confond toujours avec la richesse. « La richesse, c'est le numéraire ; accroître le numéraire, c'est accroître la richesse ». « Si le peuple souffre, c'est qu'il n'a pas assez d'argent.
    Il en faut faire », disent les hommes politiques. Et comme il n'est pas aisé de multiplier les métaux précieux, « nous ferons du numéraire fictif, ajoutent-ils, rien n'est plus aisé, et chaque citoyen en aura plein son portefeuille ! Ils seront tous riches », ironise Bastiat. Dans cette affaire, « ce qu'on voit », c'est que l'augmentation de la quantité de monnaie permet aux banques de prêter de l'argent aux particuliers et aux États de rembourser facilement leur dette.
    Mais « ce qu'on ne voit pas », c'est que cette création de monnaie ne reposant sur aucune création de richesse réelle entraînera l'inflation et la ruine des épargnants.

    Sur commande
  • Le 7 octobre 1871, Flaubert écrit à George Sand : " Dans trois ans tous les Français peuvent savoir lire.
    Croyez-vous que nous en serons plus avancés ? Imaginez au contraire que, dans chaque commune, il y ait un bourgeois, un seul, ayant lu Bastiat, et que ce bourgeois-là soit respecté, les choses changeraient ! ".

  • Ce volume fait suite à celui des Harmonies économiques. Les Harmonies sociales, écrit posthume, rédigé à Rome et publié par ses amis en 1851, étayent véritablement le legs intellectuel de Frédéric Bastiat. Elles répondent à la question des causes des dissonances observables dans la société réelle et qui résultent de l'action du Spoliateur, ce que nous nommerions aujourd'hui le fiscalisme Voici comment l'auteur les présente :

    Nous avons vu toutes les Harmonies sociales contenues en germe dans ces deux principes : propriété, liberté. Nous verrons que toutes les dissonances sociales ne sont que le développement de ces deux autres principes antagoniques aux premiers : spoliation, oppression.

    Et même, les mots propriété, liberté n'expriment que deux aspects de la même idée. Au point de vue économique, la liberté se rapporte à l'acte de produire, la propriété aux produits.

    Et puisque la valeur a sa raison d'être dans l'acte humain, on peut dire que la liberté implique et comprend la propriété.

    Il en est de même de l'oppression à l'égard de la spoliation.

    Liberté ! Voilà, en définitive, le principe harmonique.

    Oppression ! Voilà le principe dissonant ; la lutte de ces deux puissances remplit les annales du genre humain.

    Et comme l'oppression a pour but de réaliser une appropriation injuste, - comme elle se résout et se résume en spoliation, c'est la spoliation que je mettrai en scène.

    Notre tâche ne sera donc accomplie que lorsque nous aurons fait la complète monographie de la spoliation.

    Sur commande
  • Oeuvres complètes de Frédéric Bastiat. Cobden et la ligue / mises en ordre, revues et annotées d'après les manuscrits de l'auteur (par P. Paillottet et R. de Fontenay] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202317v

    Sur commande
  • Oeuvres complètes de Frédéric Bastiat. Harmonies économiques / mises en ordre, revues et annotées d'après les manuscrits de l'auteur (par P. Paillottet et R. de Fontenay] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202320j

    Sur commande
  • Oeuvres complètes de Frédéric Bastiat. Le libre-échange / mises en ordre, revues et annotées d'après les manuscrits de l'auteur (par P. Paillottet et R. de Fontenay] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202316g

    Sur commande
  • Oeuvres complètes de Frédéric Bastiat. Sophismes économiques / mises en ordre, revues et annotées d'après les manuscrits de l'auteur (par P. Paillottet et R. de Fontenay] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2023187

    Sur commande
  • Oeuvres complètes de Frédéric Bastiat. Correspondance. Mélanges / mises en ordre, revues et annotées d'après les manuscrits de l'auteur (par P. Paillottet et R. de Fontenay] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2023153

    Sur commande
  • Oeuvres complètes de Frédéric Bastiat. Petits pamphlets / Frédéric Bastiat / mises en ordre, revues et annotées d'après les manuscrits de l'auteur (par P. Paillottet et R. de Fontenay] http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202319m

    Sur commande
  • Baccalauréat et socialisme, par M. F. Bastiat,... http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5687580k

    Sur commande
  • Ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas, ou L'économie politique en une leçon (5e édition) / par M. F. Bastiat,... http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54734414

    Sur commande
  • L'État. Maudit argent. Par M. Frédéric Bastiat,... http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56881118

    Sur commande
  • The Law

    Frederic Bastiat

    "Law is Justice" - Bastiat's most famous work is THE LAW, originally published as a pamphlet in 1850. It defines a just system of laws and then demonstrates how such law facilitates a free society. In The Law, Bastiat wrote that everyone has a right to protect "his person, his liberty, and his property".

    Sample: "And, in all sincerity, can anything more be required at the hands of the law? Can the law, whose necessary sanction is force, be reasonably employed upon anything beyond securing to every one his right? I defy any one to remove it from this circle without perverting it, and consequently turning force against right. And as this is the most fatal, the most illogical social perversion which can possibly be imagined, it must be admitted that the true solution, so much sought after, of the social problem, is contained in these simple words-Law is organised Justice."

  • Le Classcompilé n° 147 contient les oeuvres de Frédéric Bastiat
    Frédéric Bastiat , né le 30 juin 1801 à Bayonne et mort le 24 décembre 1850 à Rome , est un économiste , homme politique et penseur libéral français . Entré tardivement dans le débat public, il marque la France du milieu du xix e siècle en prenant part aux débats économiques : il collabore régulièrement au Journal des économistes et entretient une polémique virulente avec Proudhon. Élu à l'Assemblée, il participe à la vie politique française en votant tantôt avec la gauche, tantôt avec la droite.
    Contenu de ce volume :
    OEUVRES COMPLÈTES
    Tome premier
    Tome deuxième
    Tome troisième
    Tome quatrième
    TomE cinquième
    TOME SIXIÈME
    /> TOME SEPTIÈME
    VOIR AUSSI
    Une Correspondance inédite
    Les livrels de lci-eBooks sont des compilations d'oeuvres appartenant au domaine public : les textes d'un même auteur sont regroupés dans un eBook à la mise en page soignée, pour la plus grande commodité du lecteur. On trouvera le catalogue sur le site de l'éditeur.

  • Vetoomus

    Frédéric Bastiat

    Vetoomus on Frédéric Bastiatin kuuluisa satiiri, joka käsittelee lobbaajia ja etujärjestjen omia intressejä. Tämä essee muistuttaa lainlaatijoiden epäjohdonmukaisuudesta ja yhteiskuntapolitiikan monista tarkoitusperistä.




    Frédéric Bastiat (1801-1850) oli ranskalainen valtiomies, taloustieteilijä ja kirjailija. Hänen kirjallinen tuotantonsa on inspiroinut jälkipolvia jatkamaan hänen perinnettään näihin päiviin asti.

  • Mitä nähdään ja mitä ei nähdä on Frédéric Bastiatin yksi tunnetuimmista kirjoituksista.




    Bastiat tuo esiin monien talouspoliittisten päätsten lyhytnäkisyyden ja niistä seuraavat haitalliset seurannaisvaikutukset. Hänen argumentaationsa on helppotajuista, mutta samalla pettämätntä. Jos ikkunoita rikkomalla saadaan elvytettyä taloutta, niin miksei rikota kaikkia ikkunoita?







    Frédéric Bastiat (1801-1850) oli ranskalainen valtiomies, taloustieteilijä ja kirjailija. Hänen kirjallinen tuotantonsa on inspiroinut jälkipolvia jatkamaan hänen perinnettään näihin päiviin asti muun muassa Henry Hazlittin Talous yhdeltä istumalta ja Jim Coxin Ytimekäs opas talouteen teosten muodossa.

  • Laki

    Frédéric Bastiat

    Laki on Frédéric Bastiatin yksi tunnetuimmista kirjoituksista. Se on edelleen yhtä ajankohtainen kuin ensijulkaisunsa aikana yli sata vuotta sitten.




    Bastiatin viesti on selkeä ja hänen ideansa kirkkaita. Laki käsittelee yhteiskunnallista oikeudenmukaisuutta, lain merkitystä ja tarkoitusta sekä hyvinvointivaltion perusperiaatteita.







    Frédéric Bastiat (1801-1850) oli ranskalainen valtiomies, taloustieteilijä ja kirjailija. Hänen kirjallinen tuotantonsa on inspiroinut jälkipolvia jatkamaan hänen perinnettään näihin päiviin asti.


  • Selkeät argumentit, kirkas ajattelu ja kyseenalaistamaton logiikka ovat tehneet Frédéric Bastiatin kirjoituksista klassikoita, joiden tasoon vain harva yltää. Hänen tunnetuimmat teoksensa Näkyvä ja näkymätn, Laki ja Vetoomus avaavat poliittisen ja taloudellisen retoriikan epäjohdonmukaisuudet yksinkertaisiksi periaatteiksi.




    Bastiat paljastaa yhteiskunnallisten päätsten epäsuotuisat seurannaisvaikutukset ja monien talouspoliittisten keinojen lyhytnäkisyyden.







    Frédéric Bastiat (1801-1850) oli ranskalainen valtiomies, taloustieteilijä ja kirjailija. Hänen kirjallinen tuotantonsa on inspiroinut jälkipolvia jatkamaan hänen perinnettään näihin päiviin asti muun muassa Henry Hazlittin Talous yhdeltä istumalta ja Jim Coxin Ytimekäs opas talouteen teosten muodossa.

  • L'auteur libéral livre sa vision minimaliste de l'Etat.

    Sur commande
empty