• L´ouvrage a pour but d´analyser le problème du pouvoir et les diverses figures qu´il peut présenter. Depuis la parution de Du pouvoir par Bertrand de Jouvenel en 1945, c'est le premier ouvrage qui articule les approches sociologique, anthropologique, politique, psychosociologique et psychanalytique du pouvoir. Si une attention particulière est portée à ses aspects répressifs, sont étudiés ici les fondements du pouvoir et ses liaisons avec la sexualité, la guerre, la mort, l´argent, le désir de soumission, mais également la vie et la bonté. Le pouvoir est abordé aussi bien au niveau macrosociologique (l´Etat), qu´au niveau psychosociologique (les relations du pouvoir) et psychologique (la manière dont est vécu le pouvoir par ceux qui l´exercent et par ceux qui s´y soumettent}. L'auteur pose alors un problème essentiel : un pouvoir dépourvu de fondement et d´incidence mortifère peut-il exister ? Eugène Enriquez est professeur émerite de sociologie à UFR de Sciences sociales de Paris 7

  • Cet ouvrage poursuit un double objectif : préciser les différents niveaux d'analyse des organisations, présenter trois recherches-interventions dans des milieux différents, une communauté religieuse, une entreprise de grande distribution, un centre d'hébergement de femmes en difficulté. L'auteur souhaite ainsi contribuer à l'édification d'une sociologie clinique en montrant la nécessaire évolution des méthodes de consultation et d'intervention favorisant le changement.

  • Un ouvrage de référence sur la psychosociologie : repères conceptuels et méthodo-logiques, auteurs précurseurs et fondateurs de la discipline. Enrichie de dix notices inédites, cette nouvelle édition rend compte de l'actualité de cette discipline.

    Les articles ont été rédigés par les chefs de file de la psychosociologie qui ont contribué à diffuser l'influence de la discipline dans de nombreux domaines (sciences de l'éducation, formation, pédagogie, enquête sociale et économique - travaux sur l'opinion publique, études de marché ou de motivation -, compréhension, analyse et traitement des situations sociales, en psychothérapie ou dans le travail social en général) et ont renouvelé les perspectives concernant les groupes et les relations de groupe, les structures d'organisation, les processus de changement, le traitement des conflits sociaux et leurs incidences sur les personnes.

    Le présent ouvrage dirigé par Jacqueline Barus-Michel, Eugène Enriquez et André Lévy, psychosociologues, enseignants et chercheurs, a été conçu et réalisé dans le cadre du CIRFIP (Centre international de recherche, formation et intervention psychosociologiques). Avec notamment, Gérard Mendel, Jean-Claude Filloux, Jacques Ardoino, Jean Dubost, Max Pagès, Florence Giust-Desprairies, Guy et Jacqueline Palmade, Vincent de Gaulejac, André Sirota, Dominique Lhuilier, Guy Jobert, Gilles Amado, Georges Lapassade, Ophélia Avron, Jacques Cosnier, Rémi Hess, Anne Ancelin-Schutzenberger, André de Peretti.

  • A la suite de Freud, Reich, Fromm, Marcuse, ou encore Mitscherlich, les auteurs, à leur tour, s'interrogent sur les racines du mal, de la violence, de la destructivité qui exercent en profondeur une activité souvent indiscernable dans des sociétés hâtivement perçues comme relativement consensuelles et pacifiées. Dans un dialogue qui se réfère à la sociologie, la politique, la psychologie, la psychanalyse, ils se demandent si nos sociétés démocratiques ne sont pas devenues malades, et s'il n'est pas pertinent de parler plus généralement d'une pathologie des sociétés civilisées.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty