Societe Des Ecrivains

  • Juliette et Jean-Baptiste Guérin sont en séjour, pour une durée de trois semaines, dans l'une des plus belles vallées des Alpes valaisannes. Un jour, de retour du Grand col Ferret, situé à 2 537 m d'altitude, sur la frontière entre la Suisse et l'Italie, le jeune couple va faire, sur la fin de la descente, au hasard d'un sauvage raccourci, une bien étrange rencontre... Rencontre qui, non seulement va modifier le cours de leurs vacances, jusque-là paisibles, mais peut-être aussi, à plus ou moins longue échéance, celui de leur vie.

  • Diplômé de l'école Boulle, lauréat de l'Académie française, Georges Etienne est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages. Passionné de montagne depuis sa jeunesse, chaque été, il parcourt les Alpes, sac au dos, en rapportant matière à des recueils de poésie ou a des sujets de romans. Avec " Les sentiers du vertige ", il nous prouve une fois encore qu'il est resté fidèle à son inspiration.

    1940 - Alors qu'ils ont vingt ans, l'amitié d'enfance de Pierre, orphelin, et de Françoise, qui vit avec sa mère, se transforme en amour. Mais voilà que la guerre les sépare : tandis que Françoise reste à Saint-Denis, leur ville natale, Pierre - qu'un accident survenu quatre ans plus tôt a privé de l'usage de la main gauche - parvient à atteindre Gières, près de Grenoble, où réside son ami Jean Barlement, fils d'un avocat du barreau de Grenoble, qu'il a connu lors de sa convalescence consécutive à son accident, et accepte d'assurer le gardiennage d'un refuge dans le massif de Belledonne.
    En septembre de l'année suivante, Françoise, qui vient de perdre sa mère, réussit à franchir la ligne de démarcation pour rejoindre son fiancé.
    Si celui-ci aime passionnément la montagne, c'est loin d'être le cas de la jeune fille. Cette divergence de sentiments n'entame pourtant pas la profondeur de leur amour puisque, à la suite de nombreux mois d'épreuves de toutes sortes, le 30 janvier 1943, ils se marient enfin.
    Quelle va être la destinée du couple ? Quant à Jean qui ayant déserté, à la mi-septembre 1941, l'armée dite " de l'armistice ", a pu gagner les rangs de la France Libre et s'engager dans la division Leclerc, il ne retrouvera son cher Dauphiné que le 28 septembre 1944.

empty