• Lorsque Che Guevara écrit ce " manuel " à l'usage de la gauche radicale latino-américaine, en 1959-1960, les barbudos ont triomphé à Cuba depuis deux ans d'une armée régulière appuyée par Washington.
    Il y synthétise son expérience de l'insurrection et poursuit plusieurs objectifs : rompre avec le " fatalisme géographique " selon lequel la proximité des Etats-Unis rend impossible toute révolution, combattre le conservatisme et l'opportunisme des vieux partis communistes, redéfinir une stratégie continentale et préparer d'autres victoires révolutionnaires en faisant de la cordillère des Andes la Sierra Maestra de l'Amérique latine.
    Selon el Che, les mouvements révolutionnaires d'Amérique latine doivent s'inspirer de trois principes confirmés par la révolution cubaine : les forces populaires peuvent gagner une guerre conter l'armée du pouvoir et la guérilla est la forme de lutte la plus adaptée pour y parvenir ; il ne faut pas toujours attendre que toutes les conditions soient réunies pour lancer l'insurrection ; dans l'Amérique sous-développée, la lutte armée doit être menée dans les campagnes, où vit la majorité d'une population opprimée et exploitée.
    Ernesto Guevara n'est pas seulement un " guérillero héroïque ". C'est un dirigeant politique et un théoricien de la révolution à la recherche d'un projet de développement alternatif. On perçoit dans ces textes les préoccupations sociales et politiques qui ont été les siennes durant les six années qu'il a passées à Cuba après la crise du pouvoir et la fin de la guerre civile.

  • Che Guevara est à la fois une icône de la jeunesse rebelle à travers le monde et un produit marchand. Mais qu?y a-t-il vraiment derrière cette image ? Les écrits et discours de Guevara, depuis ses voyages à travers l?Amérique latine jusqu?à ses combats dans la sierra Maestra, à Cuba, au Congo et en Bolivie, sont imprégnés d?une violence démesurée. Le Che a dessiné à grands traits le portrait d?un « homme nouveau » dont lui-même, après sa mort, est devenu l?incarnation unique et totale. Mais, lorsqu?il était au faîte du pouvoir à Cuba, aux côtés de Fidel et de Raúl Castro, Ernesto Guevara a aussi officié comme geôlier de la forteresse de La Cabaña à La Havane. Il a été pendant de longs mois, au début de la Révolution cubaine, l?un des principaux exécuteurs d?un tribunal révolutionnaire impitoyable, n?hésitant pas à condamner à mort et à faire fusiller nombre de partisans supposés de l?ancien régime dictatorial, et ce, sans le moindre état d?âme. Une constante apparaît dans ses notes, tour à tour prophétiques ou ancrées dans le quotidien sordide de la lutte contre l?« impérialisme » : la volonté de former des révolutionnaires, dans un esprit de guerre permanent, sans autre fin que le sacrifice.

  • Lorsque Che Guevara disparaît de la vie publique en 1965, il est encore ministre du gouvernement cubain et vient de prononcer un discours, à Alger, au Séminaire économique afro-asiatique.
    A cette occasion, il accuse publiquement les pays socialistes de " complicité " avec l'exploitation impérialiste. Quelques jours après, à la veille de son engagement dans la guérilla congolaise, il adresse une lettre d'Afrique au journaliste uruguayen Carlos Quijano, directeur de la revue Marcha, qui sera publiée sous le titre: " Le socialisme et l'homme à Cuba "; il y dépeint les difficultés de la révolution cubaine, tire les leçons de ses propres expériences et met en garde contre les vices du " socialisme réel ".
    Six mois avant sa capture et son assassinat par les militaires boliviens, en octobre 1967, ce qui deviendra la revue cubaine Tricontinental publie un message du Che, intitulé " Créer deux, trois, une multitude de Vietnam, telle est la consigne ". Guevara y donne une analyse détaillée de la résistance anti-impérialiste en cours au Vietnam, en Afrique, mais aussi en Amérique latine; il décrit minutieusement la tactique et la stratégie que devraient suivre les pays du tiers-monde dans leurs luttes de libération nationale, en particulier contre l'impérialisme.
    Ces trois grands textes du Che, illustrant sa conception éthique du pouvoir, sont incontestablement ceux de sa rupture avec le régime soviétique.

  • « Nos peuples souffrent, par exemple, de l'angoissante pression que représentent les bases militaires étrangères installées sur leur territoire ; ou ils sont forcés de supporter le lourd fardeau de dettes externes qui atteignent d'incroyables proportions. L'histoire de ces handicaps est bien connue de tous. Des gouvernements fantoches, des gouvernements affaiblis par une longue lutte de libération ou par le développement des lois capitalistes du marché, ont autorisé la signature d'accords qui menacent notre stabilité interne et compromettent notre avenir. Il est temps de secouer ce joug, d'imposer la renégociation des dettes écrasantes et d'obliger les impérialistes à abandonner leurs bases d'agression. » CHE GUEVARA «En Algérie», «Le Socialisme et l'Homme à Cuba», «Créer deux, trois, une multitude de Vietnam, telle est la consigne» : en 1965 et en 1967, Ernesto «Che» Guevara (1928-1967), médecin, aventurier, révolutionnaire, délivre trois messages fameux qui s'inscrivent dans la perspective de toutes ses luttes, celle d'une justice globale. Un idéal toujours d'actualité.

  • Cette anthologie d'écrits et d'interviews de Che Guevara permet de découvrir l'approche politique et théorique de la pensée du célèbre révolutionnaire, bien loin des stéréotypes qu'on voudrait nous imposer. Ce volume contient des interviews célèbres dont celle de Josie Fanon ( épouse de Frantz Fanon, l'auteur des "Damnés de la terre ") mais aussi les textes suivants: Notes pour l'étude de l'idéologie de la révolution cubaine, Il faut que l'Université se teinte de noir, de mulâtre, d'ouvriers, de paysans, Le médecin révolutionnaire La jeunesse et la révolution Le parti marxiste-léniniste Sur la construction du parti Solidarité avec le Vietnam, Adieu aux Brigades internationales de travailleurs volontaires.

  • En juin 2011 a été rendu public à Cuba le journal d'un Combattant de Guevara. C'est un document exceptionnel qui a pour source une douzaine de carnets dans lesquels le Che tenait son journal de guerre. Couvrant les années 1956 à 1958, de la Résistance dans la Sierra Maestra à la victoire de Santa Clara ce récit presque au jour le jour décrit la vie quotidienne de l'entourage le plus proche de Fidel Castro et nous fait comprendre les grandeurs et servitudes, victoires et défaites de la Révolution Cubaine. On est aux côtés des guerrieros à bord du bateau Granma ou lors de discussions politiques et d'actions contre Batista. C'est le journal d'un commandant, homme sensible et romantique, terriblement efficace et pragmatique. C'est sans aucun doute le récit le plus complet du Che pour comprendre son combat, son engagement et sa personnalité.

    Le texte a été édité par le centre d'études sur Che Guevara.
    Il est préfacé par Armando Hart, compagnon d'armes du Che Il comprend un cahiers photos d'une trentaine de pages la plupart inédites.

  • Le 29 décembre 1951, lorsqu'il monte sur le siège arrière de la Norton 500 de son ami Alberto Granado, Ernesto Guevara ignore encore que cette traversée aventureuse de l'Amérique latine se révèlera être un véritable voyage initiatique à la découverte des peuples opprimés.


    Un film tiré du livre sera dans les salles le 8 septembre 2004 (l'affiche sera reproduite sur la jaquette du livre).

    Production : Wildwood Production Distribution en France : Diaphana Réalisation : Walter Salles (Dark Water, Avril brisé, Central do Brasil,.) Dans le rôle du jeune Che Guevara : Gael Garcia Bernal (Attraction fatale, La mauvaise éducation, Sans nouvelles de Dieu)

  • Réfléchir, avec des arguments objectifs et à partir de l'expérience de transition vers le socialisme à Cuba. Lui-même avait déjà beaucoup confronté théorie et mise en oeuvre lorsqu'il était ministre de l'Industrie et que la question du choix entre un système centralisé et l'autogestion s'était posée: les transcriptions des réunions qu'il a tenues de 1962 à 1964, pour certaines inédites, ici données, en témoignent.
    C'est avec ces préoccupations à l'esprit que le Che se lance dans l'étude minutieuse de l'économie politique socialiste. Il rédige ses Notes au cours des années 1965-1966, pendant ses séjours en Tanzanie et à Prague, après sa mission internationaliste au Congo et avant de partir pour la Bolivie.
    Dans un premier temps, il annote le Manuel d'Economie politique de l'Académie des Sciences de l'URSS et repère en marge les paragraphes qui font l'objet de ses analyses dans des cahiers indépendants et numérotés.
    C'est la première fois que les lectures de Guevara (Marx, Engels, Lénine, etc.) et leurs commentaires, ici rassemblés, sont présentés au public.
    L'ouvrage propose la totalité des réflexions qu'il destinait à la publication et des pièces inédites (lettre à Fidel Castro, notes critiques sur des ouvrages de référence du marxisme) qui précisent la vision générale de son projet.

  • With an introduction by Fidel Castro Che Guevara's famous last diary, found in his backpack after he was captured by the Bolivian Army in 1967, and which played a pivotal role in catapulting him to iconic status after his death.

    Poche N.C.
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • The writings of one of the greatest icons of the twentieth century -- revolutionary leader Ernesto 'Che' Guevara. These diaries follow on from the events recorded in 'The Motorcycle Diaries' and recount the experiences that would make Che a figure known around the world.

    Poche N.C.
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • In January 1952, two young men from Buenos Aires set out to explore South America on 'La Poderosa', the Powerful One: a 500cc Norton. One of them was the twenty-three-year-old Che Guevara. These are Che's diaries charting his motorcycle odyssey from Argentina through Chile and Peru ending finally in Venezuela.

    Poche N.C.
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • Je t'embrasse avec toute ma ferveur révolutionnaire Nouv.

    Toute sa vie, Ernesto Che Guevara a été un voyageur ; il a écrit beaucoup de lettres. Celles qui sont rassemblées ici recouvrent toutes les périodes de sa vie, de ses premières pérégrinations à moto à travers l'Amérique Latine jusqu'à ses dernières aventures tragiques au Congo et en Bolivie, en passant bien sûr par la révolution cubaine.
    Des plus personnelles aux plus intensément politiques, cette correspondance donne à voir le Che fils, ami, amant, guérillero, leader politique, philosophe et poète - un homme souvent enjoué, drôle, parfois sarcastique et profondément affectueux.
    « Quand on écrit un discours, on fait attention à la langue, à la ponctuation, etc. Mais dans une lettre à un ami ou à un membre de votre famille, vous ne vous souciez pas de ces choses. C'est vous qui parlez, avec votre voix authentique. C'est ce que j'aime dans ces lettres ; elles montrent qui était vraiment le Che et comment il pensait. C'est le véritable témoignage politique de mon père. ».
    Aleida Guevara, fille du Che

    awaiting publication
  • Voyage à motocyclette Nouv.

    Le 29 décembre 1951, Ernesto Guevara, à presque vingtquatre ans, n'est encore qu'un jeune étudiant en médecine, fils de bonne famille, désireux de découvrir le monde. Il grimpe à l'arrière de la Norton 500 de son ami Alberto Granado pour une grande traversée de l'Amérique latine, véritable voyage initiatique qui embarque le lecteur à travers la variété des paysages, des architectures et des populations du pays.
    De péripéties en péripéties, au contact de la précarité des habitants du continent, le Che devient lentement le révolutionnaire qu'on connaîtra par la suite.
    Sorte de Sur la route de Kerouac à la salsa argentine, Voyage à motocyclette contient tous les ingrédients des grands récits de voyage et peut être considéré comme un classique de la littérature sud-américaine.
    « Lorsque j'ai lu ces notes pour la première fois, j'ai immédiatement reconnu l'homme qui a narré ses aventures d'une manière si spontanée.
    Par moments, j'ai eu l'impression de me trouver sur la motocyclette, à la place de Granado, m'accrochant au dos de mon père, voyageant avec lui à travers les montagnes et autour des lacs. ».
    Aleida Guevara

    awaiting publication
  • Auteur :
    Alors qu'il est étudiant en médecine, et qu'il ne manifeste que très peu de préoccupations politiques, en 1951, Guevara entreprit un premier voyage, à travers l'Amérique du Sud, en compagnie de son ami Granado. C'est à ce moment que leur destin se forme et que va prendre naissance la figure mythique du Che. A partir de 1952, il tient le journal intime de son deuxième grand voyage en Amérique du Sud et Centrale (les années 1953-1955) - « otra vez » : de nouveau -, et qui se conclut par la rencontre décisive avec Fidel Castro au Mexique.

    Livre :
    Tout à la fois série de « portraits » consacrée à ses compagnons, rencontres avec l'Histoire, observations et conclusions politques sur la nécessité de lutter contre les ingérences américaines et le système social en place. Divisé en 2 parties, l'ouvrage comporte une série de documents complémentaires : correspondance intime ; articles de journaux, publiés au cours de son voyage; enfin, de nombreuses photos de style « touristique » des ruines incas et mayas sauf que ce « touriste » n'est autre que le « Che ».
    Le grand intérêt de ce livre est donc de nous révéler Ernesto Guevara avant qu'il devienne le « Che ».

  • Ce livre est une réédition fidèle de l'ouvrage Le Socialisme et l'homme publié en 1967 par les éditions Maspero. Outre un choix des textes les plus importants du " Che ", ce livre s'ouvre sur le discours prononcé par Fidel Castro à la Havane, le 18 octobre 1967, lors de la veillée solennelle en hommage à sa mémoire.
    En plus du " Socialisme et l'homme ", ce volume contient le " discours d'Alger ", " Qu'est-ce qu'un jeune communiste ? ", " Créer deux, trois... de nombreux Vietnam, voilà le mot d'ordre. " et d'autres textes emblématiques d'Ernesto Guevara.
    On y découvre un homme inébranlable quant à ses idées politiques.
    Ne s'agissant ni d'un journal de voyage, ni d'entretiens, ces textes sont les plus à même de nous donner une idée de l'idéologie du personnage. Il était nécessaire de les rééditer face au marché qui a récupéré l'icône Guevara pour en faire une coquille vide, inoffensive pour l'ordre établi.

  • The definitive, authorised version of Che's manifesto on revolution, including his final revisions, completed just before his death. It is both an incisive handbook and an invaluable historical source.

    Poche N.C.
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
    Sur commande
  • En cette année 2017, qui marque le cinquantième anniversaire de son assassinat dans une petite école des Andes boliviennes - il n'eut même pas droit à ce qu'on appelle « la mort au champ d'honneur » - Ernesto Cuevara de la Serna a-t-il encore quelque chose à dire aux nouvelles générations ? Le monde contemporain semble en effet avoir des rapports plus que distendus avec celui des années 1950 et 1960. Les problèmes qui perçaient seulement à cette époque sont devenus d'une extrême prégnance et gravité aujourd'hui, et les solutions, qui semblaient encore possibles en ce temps-là, paraissent de nos jours inopérantes parce qu'en porte-à-faux. Les idées mûries par Guevara au cours d'un itinéraire terrestre hors du commun, depuis l'adolescent parti découvrir l'Amérique latine en moto, jusqu'au dirigeant politique de la Révolution cubaine, qui lui a donné ses titres de gloires, sont-elles encore valables et utiles ? Le « Che » est-il encore lisible aujourd'hui ?
    Cet ouvrage propose un itinéraire chronologique et idéologique du Che, alimentés d'extraits puisés dans ses écrits de jeunesse, ses lettres, ses journaux de voyage, ses réflexions de lecture, mais aussi dans ses écrits d'homme public à Cuba : discours, présentations télévisées, journaux de campagnes et ses interventions devant le Conseil de direction du ministère de l'Industrie. Ces textes nous offrent ses réflexions sur la construction au jour le jour d'une nouvelle société à Cuba, sur les difficultés tout comme la nécessité de changer les choses, sans, faute de manuel, savoir vraiment s'y prendre, de faire sortir un pays du sous-développement, de faire comprendre à la classe ouvrière qu'elle doit s'éduquer et rejeter l'héritage d'une pensée capitaliste dominante, afin de bâtir une société fondée sur un socialisme économique et de conscience, et qui choisit l'internationalisme prolétarien comme ouverture aux peuples frères du tiers-monde en le concrétisant non seulement dans les mots mais aussi dans l'action.
    Ce volume est composé de textes connus, moins connus ou inédits en français qui offrent un panorama de la pensée de Che Guevara qui nous semblaient manquer au lecteur francophone.

  • Diario de bolivia

    Ernesto Che Guevara

    Sur commande
  • Dans le mieux connu de ses écrits, Che Guevara explique les tâches et les défis politiques de direction qui se posent dans la transition du capitalisme au socialisme. Contient le discours prononcé à l'occasion du vingtième anniversaire de la mort de Che Guevara par le président cubain Fidel Castro.

    Photos. Maintenant avec index et caractères typographiques plus grands.

  • Le 22 décembre 1944, un jeune communiste vietnamien, Vo Nguyen Giap, est placé par son parti à la tête de la branche armée du mouvement de libération : trente et un hommes, trois femmes, deux revolvers, quelques fusils, une mitrailleuse. Le 7 mai 1954, dans la vallée de Dien Bien Phu, les trente quatre hommes de Giap sont devenus 55 000 combattants aguerris qui infligent une défaite écrasante au corps expéditionnaire français : 5 400 morts, 10 000 prisonniers dont un général, 16 colonels et lieutenants-colonels, 1 749 officiers et sous-officiers. C'est la fin du colonialisme français en Indochine, le prélude à l'intervention américaine et à une nouvelle guerre que Giap mènera avec autant de détermination, d'intelligence, et de succès. Le général Giap s'est ainsi révélé un des meilleurs praticiens de la guerre populaire, théorisée au début du XIXe siècle par Carl von Clausewitz dans son monumental De la guerre. Quelles relations peut-on établir entre la théorie de Clausewitz et les analyses, les choix et la personne du général Giap, qui en fut un lecteur attentif.
    C'est cette question qui intéresse tant l'histoire de la stratégie que celle des luttes révolutionnaires qu'étudie ici T. Derbent.

empty