• Les débats français autour de l'euthanasie et du suicide assisté sont en général monopolisés par les partisans et les adversaires radicaux du « droit de mourir dans la dignité ». Eric Fourneret, philosophe spécialisé en philosophie morale et en éthique appliquée, rompt avec cette confrontation binaire des « pour » et des « contre » en posant des questions de fond qui ne se laissent pas trancher si facilement.
    Ces questions ont trait avant tout aux visions déterministe et libertarienne de la volonté humaine, mais aussi au rapport complexe entre le choix individuel de celui qui « veut mourir » et le contexte collectif dans lequel s'inscrit ce choix. Les cas de la Belgique et de la Suisse sont analysés, comme celui des États-Unis (notamment l'Oregon), et bien sûr, la pratique française structurée par la loi Claeys-Leonetti. L' « obsession de la compassion » est critiquée sans concession, tout autant que les dérives qui peuvent mener à une « obstination palliative ».
    Sans polémique, cet ouvrage ne plaide que pour une attention envers l'humain dans toute sa complexité.

  • Les fondamentaux de la pensée du soin, du prendre soin, de l'agir soignant et des questions de formation soignante.

  • Le contexte de maladie peut très vite polluer la relation entre les personnes. Or, dans la maladie, autrui est indispensable : le malade a besoin du soignant et de ses proches pour être soigné et soutenu ; le soignant a besoin du malade et de ceux qui le connaissent bien pour répondre au mieux à ses besoins ; les proches ont besoin du malade et des soignants dans leur confrontation brutale à la maladie.
    Cet ouvrage n'est ni un manuel de philosophie, ni un document scientifique mais un essai cherchant à décortiquer certaines situations dans la relation de soin qui se révèlent complexes à vivre et à penser. Les différentes conceptions de l'éthique y sont approchées pour saisir les enjeux moraux et sociaux de situations complexes (fin de vie, prélèvement d'organes, essais cliniques, annonce de mauvaise nouvelle, prise de décision, place des proches dans la relation de soins, etc.), afin d'apporter quelques outils de réflexion et favoriser l'esprit critique de chaque citoyen confronté à ces situations.
    Une enquête de terrain autant qu'un grand livre de philosophie et d'humanité qui, en donnant des réponses claires, aide à penser la maladie, la sienne comme celle de ses proches et à répondre à des situations compliquées ou tragiques.

  • Afin de savoir pourquoi l'euthanasie fait toujours débat, il faut analyser la demande personnelle d'euthanasie, sa revendication collective en étant attentif à l'expression et aux situations des gens ordinaires de la vie. Il s'agit d'examiner les différentes positions et les témoignages tout en maintenant l'angle éthique, de montrer que le raisonnement normatif, bien que nécessaire, n'est pas la seule voie possible d'exploration de la situation et du sens de l'expérience morale. Il s'agit alors d'appliquer une éthique descriptive fondée sur l'attention aux intonations et aux expressions singulières. Penser l'euthanasie, ce n'est donc pas seulement raisonner sur ce sujet c'est également entendre et voir ce qui est important dans une situation donnée. L'enjeu de cette réflexion est donc de faire redescendre la problématique sur le sol raboteux de l'ordinaire. La mort y apparaît-elle encore comme la seule réponse possible pour celui qui est empêché de vivre ? Rien n'est moins sûr.

    Sur commande
empty