• Vingt-cinq ans de sida.
    Peut-on imaginer pire anniversaire, alors qu'aucun vaccin ne se profile à l'horizon et que, chaque année, les pires prévisions se confirment ? Le sida touche aujourd'hui près de 40 millions de personnes dans le monde et fait chaque année près de 3 millions de victimes. Depuis près de vingt-cinq ans, Eric Favereau suit le sida comme journaliste à Libération. Et vit au jour le jour les mystères des premiers temps, l'inquiétude qui grandit, la panique qui s'installe, puis les malades qui refusent la fatalité.
    Pour rendre compte de ce qui n'est pas une histoire, mais une guerre de tous les instants, une résistance contre un virus qui s'attaque au plus intime de l'individu, Eric Favereau a choisi de restituer ici la chaîne humaine qui s'est construite dans cette lutte. A partir d'une dizaine d'entretiens, ou de dialogues, réalisés tout au long de ce quart de siècle avec des acteurs clés de cette lutte (chercheurs et médecins, politiques, militants...), il donne à voir tous ces gestes, anonymes ou spectaculaires, qui, à force de se répéter, ont fini par bâtir une réponse collective.
    Dans l'histoire de l'humanité, jamais une maladie n'avait suscité pareille riposte. Il y a des visages, il y a des moments... ahurissants. Séparés les uns des autres, ce ne seraient que miracles, jolis coups d'épée dans l'eau. Rassemblés, ils ont la force et la fragilité d'une dune.

    Sur commande
  • En octobre 2016, la Commission de la transparence en charge de l'évaluation au sein de la HAS rend l'avis suivant : quatre médicaments encore largement prescrits contre la maladie d'Alzheimer (Ebixa, Aricept, Exelon et Reminyl) sont jugés inefficaces. Depuis 25 ans, on compte ainsi plusieurs milliards d'euros dépensés en pure perte pour leur remboursement. Pourquoi ?
    La maladie d'Alzheimer est devenue comme un cliché. Elle est partout. Au moindre symptôme de perte de mémoire, on la convoque. Son nom est là, son nom arrive. On ne parle plus de vieillesse, mais de « maladie d'Alzheimer ». Et le vieux qui en est qualifié, est aussitôt disqualifié. Maladie du siècle, disent même certains. Mais de quoi parle-t-on ? D'une construction sociale ou d'une réalité clinique ?
    Le Pr Olivier Saint-Jean raconte ainsi comment, jeune interne au début des années 80, il a vu les « vieux » abandonnés sans soins dans de grands hospices, avant que quelques gériatres décident de les prendre en charge et de les soigner. Arrive la maladie d'Alzheimer. Elle va peu à peu remplacer la démence sénile. Les médicaments proviennent des Etats-Unis ; on soigne ; ne va-t-on pas la guérir ? Le modèle médical s'impose dans la prise en charge de la vieillesse.
    Et si la réponse était : le « care » plutôt que la « cure », c'est-à-dire une prise en charge non médicamenteuse telle que la France a développée depuis 2008 avec le Plan national Alzheimer : centres et hôpitaux de jour, équipes d'intervention à domicile, unités d'accueil spécialisé à l'hôpital et en Ehpad, techniques de rééducation cognitive, aides aux aidants, séjours de répit, gestionnaires de cas complexes...

empty