Littérature générale

  • Un soir, chez un ami, une femme fait la connaissance d'un homme étrange, mais fascinée par son intelligence et son côté mystérieux, elle devient sa maîtresse. Peu à peu, les certitudes de cette intellectuelle citadine, rationnelle et athée vacillent lorsqu'elle commence à voir en lui le mal incarné et la cause de tous les fléaux du monde.

  • L'atelier de la chair

    Emmanuelle Pol

    • Finitude
    • 16 February 2011

    Mi-horrifiée, mi-troublée, une séduisante jeune femme hésite à s'avouer son attirance pour les hommes âgés.
    Leurs rides, leurs chairs fatiguées la bouleversent et, surtout, la tentent. Elle décide alors de jeter son dévolu sur un célèbre sculpteur septuagénaire rencontré aux Beaux-Arts. C'est une passion immédiate, intellectuelle, physique, qui fait vaciller ses certitudes de jeune femme émancipée. Elle se découvre objet sous les doigts du vieil homme autoritaire, consentante, étonnamment soumise. Emmanuelle Pol, pour son premier roman, explore audacieusement les étapes d'une initiation amoureuse hors norme et le commerce secret qui unit le fantasme à la réalité.

  • Le prix des âmes

    Emmanuelle Pol

    Un soir, un peu par hasard, Lucie couche avec un homme qui se méprend sur son compte et lui tend quelques billets. La colère et l'indignation cèdent vite le pas au trouble, à la curiosité, puis à l'intérêt financier. Finalement, pourquoi pas ? Lucie devient une « occasionnelle », sans honte ni remords.
    Mais la révélation de cette « occupation » bouleverse son psy. C'est un vieux médecin, en plein doute sur sa réelle utilité, sur le réconfort apporté à ses patients et sur la légitimité de se faire payer pour ça. Se sentir si semblable à Lucie - lui essayant de soulager les âmes, elle les corps - le laisse désemparé.

    Dans un style à la fois mordant et sobre, avec cet humour subtil qui a fait le succès de ses précédents romans, Emmanuelle Pol épingle les faux-semblants d'une société qui feint d'ignorer que tout se monnaie, du corps à la parole.

empty