• Jusqu'à présent, beaucoup d'homosexuels sont devenus pères dans un contexte hétéroparental avant de se déclarer publiquement homosexuels et de choisir un mode de vie correspondant. L'originalité de cette recherche est de s'intéresser aux hommes gays qui désirent devenir pères ou qui le sont devenus uniquement dans un contexte homoparental. En France, les gays qui souhaitent devenir pères se heurtent à de nombreux obstacles : l'adoption, autorisée pour des couples mariés et des célibataires de plus de 28 ans, est généralement refusée aux candidats homosexuels ; le recours à une maternité pour autrui est formellement interdit ; quant à la coparentalité, elle nécessite de trouver une future mère en accord avec le projet. Par ailleurs, outre les obstacles biologiques et juridiques, le modèle familial prôné par l'ordre social et symbolique rend difficile l'expression d'un tel désir. Première étude française sur la paternité gay, ce livre dévoile les arcanes du désir masculin d'enfant et explore les prémisses d'une nouvelle paternité. Une trentaine de gays y témoignent de leur désir et des arrangements qu'ils ont imaginés pour devenir pères.

  • La « parentalité » est un terme qui s'est peu à peu imposé en France à côté du concept de « parenté ». Issue d'un groupe de travail pluridisciplinaire, cette notion définissait avec D. Houzel les différents aspects d'être parent. A-t-elle rempli sa fonction pour soutenir les points de vue des différents professionnels ou acteurs sociaux sur le terrain ? A-t-elle  perdu de sa pertinence en se généralisant et en gommant la différence entre l'homme et la femme ? Ou bien commence-t-elle seulement à mieux caractériser les différentes dimensions de l'expérience de parent ? Ce numéro réinterroge, vingt ans après, cette notion au regard de l'évolution de la société.

  • L'évolution de la législation en 2013 concernant le mariage des couples de même sexe et l'adoption a « normalisé » ces situations même si l'insémination avec donneur, pour les couples lesbiens, et la gestation pour autrui restent illégales en France. Ce mouvement historique, initié en 1999 avec le Pacs, justifie des recherches sociologiques et anthropologiques visant à rendre compte de ses effets sur les familles dites « homoparentales », qui ne se constituent plus sur les mêmes principes, en genre et/ou en nombre, que la famille traditionnelle nucléaire. Par ailleurs, il paraît urgent que l'approche clinique référée à la psychanalyse s'empare des ces questions, avec ses problématiques propres, car si elle l'a fait en partie dans les débats, de manière souvent empirique et controversée, elle ne s'est pas attelée à de véritables recherches en ce domaine. Elle est également en retard par rapport à la psychologie du développement en ce qui concerne l'approche clinique des enfants de l'homoparentalité pour lesquels de nombreuses études, surtout à l'étranger, existent. Ce numéro privilégiera donc des recherches portant sur l'évolution récente des familles homoparentales d'un point de vue socio-anthropologique ainsi que les recherches cliniques référées à la psychanalyse visant à étudier le « faire-famille » du point de vue tant des parents que des enfants.

    Sur commande
  • Cet ouvrage confronte les regards de plusieurs chercheurs universitaires français et étrangers sur la question de la filiation et son expression contemporaine. La question de la famille, de la parentalité, des liens qui nous unissent les uns aux autres est au centre de la réflexion pour pointer une évolution des modèles qui introduit un changement dans les représentations.
    A l'heure du XXIe siècle, qu'est-ce qu'un père, qu'est-ce qu'une mère, qu'est-ce qui fonde le lien de filiation, nous "fait fils de" ou "fille de" ? Où sont passées les références normatives traditionnelles dans les configurations familiales nouvelles, où l'accès à la parentalité s'organise par le biais, de l'adoption, de la gestation pour autrui ou dans le cadre de l'homoparentalité ?
    Comment la filiation engage-t-elle par ailleurs les enjeux de l'affiliation et vient-elle interroger au-delà de l'appartenance familiale, les appartenances plus largement groupales du sujet ? Et, lorsque le malaise s'invite dans la filiation, quelles sont les issues possibles autant sur la scène psychique que sur la scène sociale ? Comment les pratiques professionnelles et institutionnelles peuvent-elles prévenir les risques de désaffiliation et favoriser les processus de ré-affiliation ? Cet ouvrage qui s'inscrit dans une approche transdisciplinaire, avec des contributeurs psychologues, sociologues, psychanalystes, psychosociologues, propose une réflexion enrichie par la diversité des approches théoriques dont la complémentarité contribue à mieux cerner les nouvelles figures de la filiation.

    Sur commande
empty